Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

La suppression de la carte scolaire peut-elle améliorer la mixité sociale ?
Décès de Richard Descoings : dossier sur les conventions éducation prioritaire de Science Po Paris
Rapprocher les familles populaires de l’école - Analyse sociologique d’un lieu commun
Décrochage scolaire : Le repérage des décrocheurs

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Hommage à Françoise Tétard
Les enfants et leurs réussites. Les enjeux de la complémentarité éducative
Jeunesses : quatre modéles européens - tous différents
Culture des institutions, cultures des familles : alliance ou malentendu ?

> école
Treize projets primés au cinquième Forum des enseignants innovants
Quelle place pour l’éducatif dans l’espace scolaire ?
Montpellier : Une école sans notes et sans reproches
Notes au primaire : Qu’en est-il chez nos voisins ?


Violences à l’école : ce qu’on sait et ce qui marche

une interview d’Eric Debarbieux dans les Cahiers pédagogiques
Mis en ligne le samedi 30 mai 2009.

Éric Debarbieux, spécialiste reconnu de la violence à l’école, a répondu aux questions des Cahiers pédagogiques suite aux propositions du ministre de l’Education nationale.

Extrait :

« Les faits sont têtus, la violence à l’école est très rarement le fait d’éléments extérieurs. Les statistiques du Ministère de l’éducation nationale en 2007 montrent qu’elles constituent 2,3% des faits portés à la connaissance de l’administration dans le second degré et 2,1% dans le premier degré. En ce qui concerne les incidents envers les personnels près de neuf incidents sur dix ont pour auteur un élève, 3,5% sont des personnes extérieures à l’établissement et un peu moins de 3% des familles. Qu’on le veuille ou non, c’est donc bien la relation pédagogique qui est au cœur du problème. On peut idéologiquement le regretter, mais c’est une réalité incontournable. »

(...)

« À condition de ne pas s’enferrer dans des "solutions" idéologiques. À tout problème complexe il y a une solution simple : la mauvaise. »

http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3 ?id_article=4517

Éric Debarbieux est professeur en Sciences de l’éducation à l’université de Bordeaux. Il est le Président de l’Observatoire International de la Violence à l’Ecole et auteur notamment de « Les Dix commandements contre la violence à l’école » parus chez Odile Jacob ou de « Violence à l’école : un défi mondial ? » chez Armand Colin.


Partagez cet article :