Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Bondy blog à Marseille et à Neuilly
Numérique : Les pratiques s’invitent au milieu d’autres activités
Les usages de l’internet mobile, une enquête ethnographique
Facebook et Twitter à l’INSA de Toulouse

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Insertion des jeunes sortis sans diplômes : un besoin fondamental d’accompagnement
Les professionnels de la jeunesse : unité ou éclatement
L’approche orientante : une collaboration de tous les partenaires
"18-25 ans : portrait d’une génération"

> Europe, international
Regards sur L’Europe
Jeunesses : quatre modéles européens - tous différents
Service volontaire européen, le parcours de Julien : témoignage en vidéo
Mieux connaître les jeunes pour améliorer l’école

> école
Regards sur les Contrats éducatifs locaux
Education : l’affaire de tous, un enjeu démocratique
Enseigner des connaissances, transmettre une culture ?
La carte scolaire et le territoire urbain par François Dubet

> TIC
Faire connaître son association sur Internet : les conseils d’Animafac
Utiliser Twitter en conseil de classe
Le Web 2.0 et l’école : un dossier des Cahiers pédagogiques
Comment les jeunes s’informent-ils à l’heure du numérique ?


Une enquête européenne sur l’appropriation des médias par les jeunes de 12 à 18 ans

Usages d’Internet : un fossé entre l’école et la maison

Le Clemi publie une synthèse de l’étude "Médiappro"
Mis en ligne le mardi 12 septembre 2006.

Neuf pays européens - Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et Royaume-Uni - associés au Québec, ont effectué une recherche conjointe sur les jeunes de 12 à 18 ans et leurs relations aux médias électroniques (Internet, téléphonie mobile, jeux en ligne). L’équipe de travail était composée de spécialistes de l’éducation aux médias travaillant dans des universités, des ministères, des associations et des fondations.

Cette étude, conduite de janvier 2005 à juin 2006, s’inscrit dans le plan d’action de la Commission Européenne « Internet plus sûr ».

(extrait de la synthèse de l’étude Médiappro réalisée par le Clemi [1]) :

« La conclusion la plus frappante de l’ensemble de cette étude réside dans le fossé marqué entre les usages de l’Internet à la maison et à l’école. Dans tous les pays, Québec inclus, ce fossé s’impose en termes de fréquence d’utilisation, d’accès, de régulation, d’apprentissage et de développement d’aptitudes, et de type d’activités.

Les données montrent que c’est un gouffre qui s’ouvre. Toutes les fonctions importantes pour les jeunes existent hors de l’école, comme l’essentiel de leurs apprentissages (surtout de l’auto-apprentissage et de l’apprentissage entre pairs).

Dans le même temps, les écoles restreignent l’accès, interdisent certaines pratiques sans aucune nécessité, ne parviennent pas à comprendre la fonction communicationnelle d’Internet, et, pire que tout, échouent à transmettre les compétences de recherche documentaire, d’évaluation des sites, de recherche et de production créative qui devraient être les plus importantes pour elles.

On note partout clairement que les jeunes ne peuvent pas acquérir les savoir-faire nécessaires dans de bonnes conditions. Alors que dans certains pays, ils se révèlent des usagers sophistiqués de l’Internet, comprenant bien les aspects moraux et culturels, en France en particulier, il existe des pays où ils sont beaucoup plus faibles, surtout en ce qui concerne les questions d’ordre légal qui sont liées à ces médias.

En outre, il est évident dans tous les pays qu’ils surestiment leur propre capacité à évaluer. Ce sont des types de connaissances et de compétences critiques que seule l’école peut transmettre.

Alors que la littérature académique discute beaucoup du potentiel créatif des nouveaux médias, on constate ici que le travail créatif est limité, et qu’une minorité de jeunes développent des sites personnels ou des blogs. De plus, ces objets peuvent facilement être laissés en sommeil. A nouveau, il y aurait un rôle évident à jouer pour les écoles dans le développement de ces aptitudes plus délicates à acquérir.

 »

Une situation qui a profondément évolué depuis 2000

En 2000, le Clemi avait conduit le volet français d’une enquête similaire regroupant 6 pays [2]. Elle portait sur la manière dont les jeunes de 12-17 ans percevaient et utilisaient Internet, au moment où son implantation en était à ses débuts. Six ans plus tard, la recherche Mediappro montre que la situation a profondément évolué avec la généralisation des pratiques, mais certaines tendances qui apparaissaient alors se trouvent confortées.

L’enquête 2005-2006 a été construite autour de quatre thématiques : l’environnement multimédiatique des jeunes, les connaissances et compétences communicationnelles et sociales, les dynamiques psycho-sociales, l’avenir et les enjeux démocratiques. La conclusion de cette étude dresse le constat d’un réel fossé entre les usages d’Internet à la maison et à l’école. Toutes les fonctions importantes pour les jeunes existent hors de l’école, comme l’essentiel de leurs apprentissages (surtout de l’auto-apprentissage et de l’apprentissage entre pairs).

Le Clemi propose sur son site une synthèse de cette étude élaborée par Evelyne Bevort et Isabelle Bréda.

[1] Centre de liaison de l’enseignement et des moyens d’information

[2] Les Jeunes et Internet. Enquête menée en 2000, auprès d’élèves de 12 à 17 ans de Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, Québec et Suisse. Pour le volet français, Évelyne Bevort et Isabelle Bréda (Clemi). Résultats français disponibles sur http://www.clemi.org/jeunes_internet.html.


Partagez cet article :