Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Charente : Place aux jeunes
Accompagner les initiatives des jeunes : la nécessité d’une approche transversale
Bourses Déclics jeunes de la Fondation de France pour les 18-30 ans
A Pau, Caroline Pérot a créé "A propos", un magazine pour les 7-12 ans

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> témoignages
Au lycée, au collège et dans la cité
Echo solidaire
le Programme européen jeunesse illustré
L’Information jeunesse : un maillon essentiel dans la construction d’un projet

> emploi
Les étudiants animateurs : un petit boulot vocationnel
Val-de-Marne : Les jobs d’été en partenariat le mercredi 8 avril 2009 à Créteil
Besoins des entreprises / envies des jeunes…rencontre possible ?
L’accès au premier emploi des jeunes repose souvent sur les réseaux

> ile-de-france, centre
Hauts-de-Seine : des assises départementales de la jeunesse de janvier à septembre 2009
Des conseils pour les jeunes auteurs de Blogs
Séminaire “Jeunesse urbaine” 2007
Malakoff : rencontres de la jeunesse


Val-d’Oise

Une lauréate « DÉFI jeunes » créé son emploi.

Mis en ligne le mercredi 15 juin 2005.

« Je savais dès le début exactement ce que je voulais faire, mais je n’avais pas les bases essentielles pour savoir si mon projet était viable », se souvient Lisa Mazzetti, aujourd’hui coordinatrice artistique et pédagogique de La Compagnie des souffleurs de rêves.

Après sept ans d’expérience dans l’animation socioculturelle et une formation à une méthode d’ateliers d’écriture et de pratique théâtrale, elle décide de lancer sa propre activité en 2000. Mais sans aucune connaissance de la gestion, elle n’arrive pas à développer les activités de son association : « Je ne savais pas qu’il fallait faire des bénéfices. J’ai vendu 20 000 francs une action alors qu’elle en valait 100 000 ! », se rappelle-t-elle.

Pour pallier ce manque, Lisa Mazzetti contacte la direction départementale du travail, de l’emploi, et de la formation professionnelle d’Île-de-France, qui l’oriente vers une formation de création d’entreprise. « Je m’inscris tout de suite et attends avec impatience le premier jour de stage pendant trois mois. Sans nouvelle, je téléphone et l’on me dit que le stage est repoussé. Jusqu’à quand ? Ils ne savent pas. Comme ils m’avaient fait perdre mon temps, j’étais prête à envoyer une lettre à Martine Aubry. Mais une employée m’a parlé d’un appel à projets de jeunes créateurs d’activités dans le Val-d’Oise qui proposait aux participants une formation de créateur d’entreprise », raconte Lisa Mazzetti.

Ainsi, c’est presque par hasard, grâce à une bonne volonté, qu’elle finit par trouver la voie qui va la mener à la création de son emploi. Alors qu’elle peaufine son projet, Lisa Mazzetti rencontre Sayda Sotto de la DDJS du Val-d’Oise qui lui conseille de participer au dispositif « DÉFI jeunes ». « Je devais passer devant le jury avant celui de l’appel à projets. C’était pour moi la première étape à franchir. Si j’y arrivais, c’était bon. D’ailleurs, si j’avais échoué, je ne sais pas si j’aurais continué. Grâce à “DÉFI jeunes”, j’ai pu m’acheter un peu de matériel, mais surtout, cela m’a donné confiance en moi ! », affirme-t-elle.

Dans la lancée, elle postulera aussi au Festival de la citoyenneté : « J’ai eu le label. J’ai reçu encore un peu de sous, mais surtout, j’étais très fière et cela m’a aidée pour être crédible sur le terrain. J’ai pu décrocher ma première intervention à Argenteuil. Après j’étais lancée ! » Sa réussite, Lisa Mazzetti ne la doit qu’à elle-même : « J’ai travaillé quatre-vingt-dix heures par semaine. Dans le cadre de l’appel à projets, seuls trois participants sur treize ont réussi. Il faut dire qu’après les trois mois de cours, nous étions livrés à nous-mêmes. Il fallait une sacrée force morale pour y parvenir ! Avec la DDJS, j’ai gardé de très bons liens. Mais, personne ne m’a jamais particulièrement accompagnée. Selon moi, l’accompagnement des jeunes, ce n’est pas seulement donner des sous, c’est impulser une dynamique, tirer vers le haut. »

C’est ce que Lisa Mazzetti essaie de faire aujourd’hui avec les enfants et les adolescents en difficulté. Son projet est de favoriser leur créativité dans des ateliers d’expression qui aboutissent à des spectacles vivants présentés devant un public et dans un lieu culturel reconnu comme tel. « J’aimerais que les mômes qui ont participé à mes ateliers s’inscrivent ensuite dans un autre atelier ou montent un groupe. Ils n’ont au départ aucune initiative. Ils ont besoin d’être sollicités, voire brusqués. Les dispositifs comme “DÉFI jeunes” sont bien trop compliqués pour eux ! », affirme-t-elle.

Même si son activité n’est pas reconnue par la Direction Régionale de l’Action Culturelle, Lisa fait aujourd’hui ce qu’elle aime. « J’entends encore le conseiller d’orientation me dire : « Jamais vous ne serez comédienne, on ne peut pas manger avec ça ! » raconte-t-elle. Aujourd’hui, elle fait en sorte de ne pas brider les rêves d’enfants. Au contraire, elle leur insuffle à nouveau cette faculté.

Marie-Pierre Pernette

Artilce extrait du n°1 de la revue "jeunesse, éducation, territoire - les cahiers de l’action" : "des ressouces pour l’engagement et la participation des jeunes"


Partagez cet article :