Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Autonomie, insertion, citoyenneté : les politiques publiques en questions
Jeunesse : assouplir les parcours de vie
Les quatre modes locaux de régulation sociale
Jeunes ruraux : travaux et références

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> communal
Le conseil des enfants de Savigny-le-Temple
Un forum initiatives : de l’idée au projet
Municipales et cantonales 2008 : les propositions de l’anacej
La politique du partenariat à petits pas

> études ou recherches
63% des jeunes privilégient le conseil dans les lieux d’information qu’ils fréquentent
Politiques de jeunesse : six idéaux-types
Portrait social d’une jeunesse en mutation
Culture des institutions, cultures des familles : alliance ou malentendu ?

> rencontres
Une rencontre européenne sur les professionnels de jeunesse et d’éducation non formelle
Quelle implication des actrices et des acteurs jeunesse dans la lutte contre les discriminations ?
L’absentéisme ferait-il progresser l’école ?
« Les jeunes, la société, les médias » : constats, questions, pistes »

> grand Est
En Alsace : la jeunesse comme ressource
Franche Comté : L’info jeunesse en séminaire
Alsace : pratiques d’information des jeunes
Bourgogne : Des kiosques dans les lycées pour une éducation à la citoyenneté


Reims

Temps libre des jeunes : une analyse et des propositions

Mis en ligne le vendredi 12 janvier 2007.

Les événements de l’automne 2005 et le mouvement anti-CPE de 2006 ont conduit la Ville de Reims (Marne) à s’interroger et à mener des études sur les besoins et les attentes des jeunes notamment pendant leur temps libre.

L’intérêt de la démarche mise en place est notamment caractérisée par un étalement dans le temps et par une diversité d’outils d’investigation.

Deux enquêtes ont tout d’abord été lancées par la Ville afin d’analyser les pratiques des jeunes rémois.

Une première enquête quantitative, a tout d’abord été confiée à l’Agence d’urbanisme et a permis de recueillir près de 2000 questionnaires adressés aux collégiens (11-14 ans) et aux lycéens (15-18 ans).

Une seconde enquête plus qualitative, a été menée par la Direction de l’éducation à la junior Entreprise de Reims Management School et a concerné les jeunes âgés de 16 à 18 ans interrogés dans la rue.

Enfin, un appel à expression des jeunes âgés de 11 à 18 ans comportant 14 questions a été lancé pendant l’été 2006 à travers une vaste opération de communication (Kwad’9) diffusée et élaborée autour de 5 thématiques.

Cette campagne d’appel à l’expression a été conçue avec différents acteurs locaux réunis en comité de pilotage dans le but de structurer un dialogue institutionnel.

Un forum des acteurs du temps libre de la jeunesse a été organisé le 1er décembre. Il s’est donné pour objectifs

- de valoriser et de diffuser les paroles et les productions recueillies durant l’été auprès des jeunes
- de permettre aux acteurs de partager un diagnostic sur les pratiques et les attentes des jeunes en matière de temps libre
- de développer une culture commune
- de développer le travail en réseau
- d’élaborer des propositions et actions nouvelles qui viendront enrichir les actions déjà conduites par les acteurs locaux auprès des jeunes.

La première enquête réalisée sur l’offre de loisirs à Reims et les pratiques des jeunes a permis de dégager quelques caractéristiques parmi lesquelles :

- les jeunes sont disponibles pour pratiquer des activités essentiellement les samedi et pendant les petites vacances scolaires, et 80% de ces activités sont pratiqués avec des amis
- la pratique au sein d’un club ou d’une association est plus limitée (60%) et concerne en majorité les activités sportives.
- Les activités sportives sont les plus pratiquées et demandées, avec un désir de pratiquer dans le quartier où ils résident.

- Le centre ville et les espaces commerciaux sont des espaces où les jeunes désirent se rendre pour se retrouver dans un cadre totalement "libre".

- La question de l’information est récurrente : les supports, l’adaptation aux publics, les périodes de parution... L’outil de communication le plus adapté semble être le « bouche à oreille »

La deuxième enquête et l’appel à expression relèvent des pratiques à la fois différenciées (filles-garçons) mais aussi structurantes. Sur cette dernière question on relève notamment :

- L’importance de la mobilité : le déplacement est l’une des clés du temps libre des jeunes et de leur vision de la ville
- L’importance de l’espace urbain : l’accès aux équipements
- La place de l’adulte
- L’importance de la communication

Une intervention de Chantal de Linarès [1] a notamment montré l’importance des relations entre jeunes et adultes à travers les activités :

« L’enjeu des activités n’est pas l’activité elle-même mais le sens qu’elle prend pour les jeunes . Activités, ludiques, identitaires, narcissiques etc.... ce sens c’est l’adulte dans la construction d’une relation qui va aider à le découvrir .

L’enjeu pour les adolescents c’est de pouvoir se séparer de leur famille et de rencontrer d’autres adultes qui en sont pas des substituts de parents mais des "autres" d’une autre génération,avec une expérience . d’où l’importance de la figure de l’animateur qui n’est pas seulement un accompagnateur d‘activités .

Pour construire cette relation, il est essentiel de prendre en compte les espaces de vie des adolescents et les temporalités qui sont les leurs. C’est dans ces espaces et dans ces temps qu’ils se construisent ...  »

Réagissant à l’enquête menée à Reims, Nicolas Delesque(secrétaire général de l’Afev) a, de son côté, relevé 4 éléments :

- L’entrée temps libre, loisirs et activités n’est pour lui pas satisfaisante . Il ne s’y retrouve pas car ces termes recouvrent plein de choses en particulier en termes de construction de soi, d’échanges entre les jeunes etc....

- Il serait temps de passer d’une logique de l’offre à une logique de demande , mais non pas la demande des jeunes mais la demande aux jeunes aujourd’hui. La lutte contre le Sida par exemple est une priorité. Pourquoi ne pas réfléchir avec les jeunes et leur demander comment lutter, et de les amener participer .....

- L’individualisme ...n’est pas l’égoïsme. Cela correspond à la montée des pouvoirs des individus qui cherchent à s’affranchir de filiations trop lourdes...

- Il faut prendre en compte l’importance du concept élargi de mobilité (territoriale, sociale, culturelle

Les propositions issues du forum par les acteurs du temps libre (extraits du comité de pilotage du 11 décembre 2006)

Ces propositions s’articulent autour de 5 axes :

- Proposer des temps de travail en commun (créer un réseau des acteurs du temps libre ...)
- Acueillir de nouveaux publics (expérimenter des lieux d’accueil ouverts et informels...)
- Favoriser la participation des jeunes et de la famille (favoriser la pratique des jeunes dans le milieu familial...)
- Vers une nouvelle dynamique de projet (nouvelle méthodologie d’accompagnement et d’évaluation...)
- Trouver des réponses à la question des moyens (mettre en pla ce un système de tickets loisirs...)

Bilan et perspectives du forum des acteurs du temps libre de la jeunesse à Reims : télécharger le compte rendu de la réunion du comité de pilotage du forum (propositions issues du forum...).

Word - 52 ko
forum Reims : bilan, perspectives

[1] sociologue, chargée d’études et de recherche à l’Injep


Partagez cet article :