Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les jeunes des quartiers prioritaires devant les politiques de jeunesse
Les « métiers flous » de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux
8e Neuj’pro les 14, 15 et 16 octobre 2009 à Vichy
Quimper : Les jeunes des quartiers populaires face aux politiques jeunesse

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> cahiers de l’action injep
Avoir moins de 18 ans et créer une association
Vers l’éducation partagée : des contrats éducatifs locaux aux projets éducatifs locaux
Construire une démarche d’évaluation partagée
L’information des jeunes sur Internet : observer, accompagner

> animation
Les animateurs socioculturels et de loisirs : un groupe professionnel précaire
L’animation socio-culturelle : un objet scientifique ?
Conseils d’enfants et école : une expérience menée à Torcy
Animateur jeunesse : éducateur ou travailleur social ?

> zones prioritaires
Brest : présentation des postes de coordinateurs jeunesse
"Des ghettos en France ?" : entretien avec Didier Lapeyronnie
Quelle laïcité en France pour le XXI ème siècle
L’évaluation par compétences pour donner plus de sens à l’école


Un numéro des Cahiers de l’action

Structures d’animation en zones urbaines sensibles

l’exemple de la communauté urbaine de Bordeaux
Mis en ligne le samedi 21 mars 2009.

Quelles sont les pratiques observées dans les structures d’animation en zones urbaines sensibles ? Quels regards jeunes et parents portent-ils sur l’offre qui leur est faite ? ... Ce numéro des Cahiers de l’action de l’Injep présente une recherche réalisée par Stéphanie Rubi [1] qui vise à contribuer utilement à la réflexion des acteurs des politiques éducatives de jeunesse.

Cet ouvrage est aussi le reflet d’une rencontre entre une institution : la DRDJS d’Aquitaine, et l’université (en l’occurrence Stéphanie Rubi travaillant sur les pratiques et sociabilits juvéniles et rattachée alors à un laboratoire de Bordeaux II).

Extrait du préambule :

« Cette recherche visait à mieux apprécier les pratiques de loisirs des enfants et jeunes résidant en Zones Urbaines Sensibles de la Communauté Urbaine de Bordeaux au travers de l’étude des structures d’animation situées dans ces territoires. Suivant les résultats de l’étude du CRÉDOC, ce sont ces mêmes enfants qui ont plus de probabilités de ne pas partir en vacances lors de la période estivale.

Quelles sont les propositions qui leurs sont faites ? Quelles sont leurs attentes ? leur niveau de satisfaction ou d’insatisfaction ? Quel est le regard des acteurs de l’animation de ces territoires sur ces enfants, leurs familles, leur métier d’animateur/trice ou de directeur/trice ? Quelles sont les forces et les dysfonctionnements qu’ils identifient ? Constatent-ils une désaffection des jeunes des structures d’animation, passé un certain âge ? Quelles explications avancent-ils à cette désaffection, et quelles actions mènent-ils – si constat il y a – pour contrer ces départs ?

Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre en restituant la parole tant des acteurs de l’animation oeuvrant dans ces territoires que celle de quelques jeunes fréquentant ou ne fréquentant pas les structures d’animation. Les objectifs de cette étude visaient ainsi à mieux comprendre les attentes et la désaffection des préadolescent-e-s et des adolescent-e-s des zones urbaines sensibles, vis-à-vis des structures d’éducation populaire »

Télécharger le texte : "Milieux populaires et animation : quelle(s) relation(s)" ?

PDF - 18.6 ko
"Milieux populaires et animation : quelle(s) relation(s)" ?

Parmi les pistes présentées dans la dernière partie de l’ouvrage figure un article inititulé "Reconnaissances"

Extraits :

« Les demandes implicites ou très explicites des acteurs de l’animation touchent, (...) à plusieurs thèmes : le renforcement de la professionnalisation ; les formations, dans le cadre de la formation permanente ; aux caractéristiques des publics des territoires dits prioritaires ; aux compétences inhérentes au travail de développement local ; aux questions relatives à la sociologie de la jeunesse ou des loisirs ; le soutien qui pourrait être apporté aux équipes par des prises de distance avec des professionnels de l’écoute ; la clarification des rôles et missions leur incombant ; la coordination neutre et le soutien institutionnel au travail partenarial ; l’appui du ministère de tutelle et de ses représentants dans leur quotidien. »

Dans le cadre d’un questionnaire, « une question ouverte était laissée aux propositions à formuler. En toute cohérence, ce sont les mêmes thèmes qui émergent de ces propositions. »

Lire, télécharger le texte :

PDF - 23.7 ko
"Reconnaissances"

Présentation de l’ouvrage, sommaire, bon de de commande sur le site Injep :

http://www.injep.fr/21-Structures-d-animation-en-zones.html

A lire aussi :

- Fiche de lecture : « Les crapuleuses », ces adolescentes déviantes de Stéphanie RUBI sur le site :

http://www.cesc.ac-versailles.fr/spip.php ?article133

- La rubrique "Politique de la ville " sur le site de la DRDJS Aquitaine :

[1] Stéphanie Rubi est maître de conférences au département des sciences de l’éducation de l’université Nancy II, chercheure au LISEC (Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication).


Partagez cet article :