Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’orientation et ses enjeux dans les parcours des jeunes
Peut on se passer des CIO ?
Orientation : Les pratiques d’information des jeunes changent la donne
L’insertion des diplômés de lettres et sciences humaines

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Une étude sur les élus en charge des conseils d’enfants et de jeunes
Violences scolaires : constat, prévention et actions
L’égalité des chances, consensuelle et conservatrice ?
Colloque : Ces pédagogies qui réussissent

> mobilité des jeunes
« Jeunesses en Europe : comportements individuels et politiques publiques »
Programme européen jeunesse en action : une formation pour les élus et techniciens des collectivités territoriales
Burkina Fasso : Bani, sainte misérable
Dossier Erasmus+ Jeunesse avant le 30 avril 2015

> université
Égalité des chances : la démocratisation impossible ?
Le bac est-il donné à tout le monde ?
Bac STMG, quelles poursuites d’études ?
1er festival de cinéma amateur numérique


Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur

Un dossier d’actualité de l’Institut national de recherche pédagogique
Mis en ligne le lundi 3 janvier 2011.

La Veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique publie un dossier sur le thème "Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur" : "C’est le goût d’apprendre qui peut garantir l’investissement des étudiants dans leur nouveau métier."

Quelques chiffres extraits du dossier (source MESR et Céreq 2009) :

Accès à l’enseignement supérieur :

- 64% des jeunes d’une génération sont bacheliers et 53% entrent dans le supérieur ;
- 55% des étudiants s’inscrivent à l’université

Trajectoires et réussites :

- A l’issue de la L1, 1/4 des étudiants redoublent, 1/10 abandonnent et 2/10 s’orientent en IUT ou en STS ;
- 38% des inscrits en L1 obtiennent leur licence en 3 ans ;
- 19% des sortants de l’enseignement supérieur sont non diplômés 3 ans après

Extrait du dossier :

« Les publics accueillis, plus nombreux et moins homogènes qu’auparavant, tant en termes de capitaux (social, économique et culturel) que d’âge et de nationalité, influent sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur (Gruel et al., 2009). La question de l’échec et/ou de l’abandon, si elle n’est pas imputable à cette hétérogénéité, est bien contemporaine de la massification.

Le décrochage n’est pas réductible à la figure des « étudiants fantômes » (Legendre, 2003) qui ne vont pas en cours et ne se présentent pas aux examens. Le déficit d’affiliation (Coulon, 2005) s’inscrit dans des situations complexes. La transition entre le métier d’élève et celui d’étudiant se fait plus ou moins bien et les étudiants réagissent différemment face à leurs difficultés. Différents profils de décrocheurs apparaissent, selon la capacité des étudiants à anticiper ces difficultés, à trouver des alternatives et à relativiser leur expérience (Beaupère & Boudesseul, 2009).  »

- Consulter, télécharger le dossier sur le site de l’INRP


Partagez cet article :