Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Accompagner à la scolarité, égalité des chances et TIC
L’alliance conflictuelle de l’universitaire et du populaire
Landes : un collégien, un portable, quel bilan après 5 ans ?
Ce que les adoslescents disent au "Fil santé jeunes"

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Contrat d’apprentissage, les raisons de la rupture
Retour sur PISA 2009 : enseignements et précautions dans l’interprétation des résultats
Les chiffres clés de la jeunesse
Le mythe de la Google Génération

> collectivités territoriales
Mieux articuler les politiques destinées aux 11-15 ans et aux 16-25 ans
Le dynamisme des communes passe par les associations
Cartes et chèques culture : 63 dispositifs recensés
Offre jeunesse : pertinence et co-construction

> école
Octobre : premiers classements
3e Forum des Enseignants Innovants : compte rendu en vidéo
Les ressources éditoriales éducatives doivent être déscolarisées !
La Machine à trier : comment la France divise sa jeunesse

> éducation partagée
Le blogue outil d’accompagnement scolaire
L’accompagnement, une idée neuve en éducation
Brest : Le Projet éducatif local en BD
Villes éducatrices : l’expérience du projet de Barcelone


Une étude de la Direction de l’évaluation et de la prospective (DEP)

Regards sur les Contrats éducatifs locaux

Plus de 2600 contrats signés en 2004
Mis en ligne le lundi 28 novembre 2005.

D’après une note d’évaluation publiée par le ministère de l’Education nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche, le Contrat éducatif local (CEL) permet la mise en place d’une politique globale en direction des enfants et des jeunes lorsqu’il réussit à organiser un partenariat associant tous les acteurs éducatifs du territoire (communes, État, École, parents,associations et organismessociaux).

Il est souvent fédérateur, répond aux principaux objectifs prescrits et permet en général aux différents partenaires de se retrouver pour travailler ensemble.

Il participe au dynamisme des territoires et des collèges ainsi qu’à l’épanouissement personnel des jeunes, leur implication dans la vie sociale et leur réussite scolaire.

Mais les coordonnateurs des CEL regrettent la complexité des dispositifs et la lourdeur des contraintes administratives. Ils souhaitent massivement une implication plus forte des partenaires concernés (élus, enseignants, parents...) et un effort d’information et de formation envers ces derniers.

Par ailleurs, l’étude montrent que "dans 75 % des cas, c’est la commune ou la structure intercommunale qui est à l’origine du projet de CEL, car la quasi-totalité des maires y voient l’occasion de développer une politique enfance-jeunesse".

Le choix a été fait de "restreindre cette étude aux 466 CEL de métropole, proposant à des jeunes de 12-16 ans une activité de théâtre, de football ou d’informatique. Pour chacun, cinq acteurs ont été interrogés : le coordonnateur, le groupe de pilotage local (GPL), le principal du collège associé au CEL, le cas échéant, le maire ou le représentant de la communauté de communes signataires du CEL et l’intervenant concerné.

Les questions posées permettent de faire un état des lieux de la politique éducative globale locale, de la conformité des CEL aux principales recommandations des textes et de l’impact des CEL sur les jeunes et sur les territoires".

Pour prendre connaissance de la note d’évaluation


Partagez cet article :