Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

La jeunesse : une chance et un atout pour Brest
L’espace public, au défi de l’altérité
La carte scolaire et le territoire urbain par François Dubet
Mettre en oeuvre une politique locale de jeunesse

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
La carte scolaire et le territoire urbain par François Dubet
Individuel/collectif en éducation : un faux débat ?
Une étude sur les élus en charge des conseils d’enfants et de jeunes
Education et pédagogie de la citoyenneté : fondements et figures

> grand Ouest
Un DVD pour accompagner les politiques locales de jeunesse
Repenser la ville autour de l’enfant
"Coup de jeune" en Finistère ! : Kaléidoscope des initiatives jeunes
Refonder ou fonder le service public de l’éducation ?

> zones prioritaires
Aux portes de l’élite
Stages de 3e : Un dispositif original pour vaincre la discrimination à Paris 19e
Jeunesse et institutions locales, un enjeu politique fort
Ghetto urbain


Quimper : Les jeunes des quartiers populaires face aux politiques jeunesse

Recherche-action « Jeunesses et territoires »
Mis en ligne le lundi 5 juillet 2010.

Lors d’ un atelier recherche-action [1] "jeunesses et territoires" organisé à en avril 2010, une enquête réalisée à Quimper par Chafik HBILA a été présentée. Elle s’inscrit dans une démarche inter-régionale de recherche-action animée par RésO Villes en partenariat avec l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire).

Extrait de la synthèse de l’enquête :

(...)

« Le quartier de Kermoysan est le seul territoire de Quimper situé en zone prioritaire. Comme l’essentiel des quartiers populaires prioritaires des villes de l’Ouest, il concentre en lui un certain nombre de difficultés socioéconomiques.

A l’échelle de la ville, Kermoysan est aussi stigmatisé en raison du taux de population étrangère qui y vit – très faible en comparaison à certains grands ensembles de l’Ouest – nettement supérieur au reste de la ville (environ 10% contre 1%), ce qui fait de lui le quartier « des turcs et des maghrébins » dans les représentations d’une large partie des quimpérois.

Les jeunes qui vivent dans ce quartier n’échappent pas aux constats déjà réalisés dans d’autres quartiers. Nous retiendrons que :

- ils sont fortement attachés à leur quartier, qu’ils érigent en véritable marque d’identité ;
- une large partie d’entre eux fonctionne par groupes de pairs qui sont de véritables producteurs de normes et de valeurs ;
- ils rencontrent de nombreuses difficultés à l’école et qu’ils investissent les filières tertiaires les moins valorisés dans le secondaire ;
- ils constituent, certainement plus que les autres jeunes, des variables d’ajustement des conjonctures économiques et, qu’à ce titre, ils subissent la crise actuelle de plein fouet ;
- ils sont très peu mobiles d’un point de vue physique et culturel, peinant à investir des normes sociales différentes de celles produites dans le quartier ;
- ils sont stigmatisés dans la ville et subissent des discriminations à l’embauche ;
- ceux d’entre eux qui réussissent sont tentés de quitter le quartier même s’ils y gardent des liens ;
- ils ne sont pas engagés dans des actions citoyennes en dehors des associations créées à partir d’une pratique et d’une passion.
- Enfin, nous retiendrons que les jeunes filles se distinguent des garçons dans la mesure où elles accèdent aux responsabilités plus vite, sont contraintes à la mobilité pour accéder à l’anonymat (dans le quartiers, elles sont constamment sous pression du contrôle social : « tout le monde connaît tout le monde ») et elles portent un jugement très dur en direction des garçons. »

(...)

Synthèse de l’enquête réalisée par Chafik HBILA dans de Kermoysan à Quimper (page 15 à 29 du compte rendu)

PDF - 304 ko
atelier recherche-action "jeunesses et territoires
Sixième journée, QUIMPER le jeudi 29 avril 2010 - RésOvilles/Injep

A lire aussi dans ce compte rendu :

- "Le travail contre autrui" un texte d’Alain Vulbeau, sociologue, professeur des universités Équipe Crise, École, Terrains sensibles, CREF, Université Paris Ouest (pages 30 à 36)

A lire aussi, dans le cadre de la démarche "RésOvilles/Injep" :

- Angers : Une enquête socioethnographique sur les jeunes des quartiers

- Ethnographie de la jeunesse des quartiers prioritaires

- Brest : présentation des postes de coordinateurs jeunesse

- Les jeunes des territoires de Maine-et-Loire et les structures d’animation socioculturelle

[1] RésO Villes a engagé avec sept villes du grand Ouest – Lorient, Quimper, Brest, Rennes, Angers, Nantes et Saint-Nazaire – une recherche-action sur la connaissance du public jeunes 16-25 ans des quartiers prioritaires. Le but de la démarche, que l’INJEP soutient en tant que partenaire, est d’interroger l’offre politique en direction des jeunes des quartiers afin, d’une part, d’en apprécier la pertinence et, d’autre part, de mettre en avant les faisceaux de représentations, d’enjeux et de constats à partir desquels se construit cette offre....


Partagez cet article :