Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Violences à l’école : accentuer les pratiques de démocratie quotidienne
Les jeunes, les valeurs de la démocratie et l’école
La radio scolaire toujours d’actualité avec le podcast sur Internet
Le conseiller principal d’éducation

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> colloques, séminaires
La confiance au programme d’un collège "ambition réussite" au Mans
« La participation des jeunes dans leur territoire : un atout pour une politique jeunesse ? »
Quelles valeurs partagent les jeunes, quelles évolutions ?
L’accompagnement, une idée neuve en éducation

> école
Favoriser le bien-être des élèves, condition de la réussite éducative
3e Forum des Enseignants Innovants : compte rendu en vidéo
Education : l’affaire de tous, un enjeu démocratique
Sécurité à l’école : l’Ecole et son contexte


Quelle place pour l’éducatif dans l’espace scolaire ?

Echos du colloque organisé par l’association nationale des CPE
Mis en ligne le samedi 24 mars 2007.

L’association nationale des conseillers principaux d’éducation a organisé les 23 et 24 mars un colloque à Marly-le-Roi. Les compétences 6 et 7 du "socle commun" (compétences sociales et civiques ; autonomie et initiative) devraient renforcer le rôle de la "vie scolaire" et des CPE.

"Nous nous intéressons aux jeunes mais nous ne sommes pas les seuls. Nous sommes là pour travailler ensemble". Ainsi s’est exprimé Jean-Guy Lebaud, président de l’association nationale des conseillers principaux d’éducation (ANCPE) en introduisant le colloque national de cette association organisé les 23 et 24 mars à Marly-le-Roi.

On trouvait ainsi parmi les 150 participants à ce colloque un nombre très majoritaire de CPE bien entendu mais aussi des chefs d’établissements, documentalistes, assistants d’éducation, formateurs d’IUFM ou encore des représentants de collectivités territoriales, d’associations d’éducation populaire, de la PJJ ou de l’Injep...

Au programme de ces deux journées de colloques, tout d’abord un après-midi déchanges autour de trois thèmes introduits par un intervenant.

- Le thème "l’école face aux enjeux éducatifs dans la société aujourd’hui" a été introduit par le sociologue Bernard Roudet  [1]. A la suite de ce débat, dont le thème était assez large, une synthèse a fait ressortir que : les relations entre l’école et la famille ont notamment été abordés lors de la discussion : quels liens entre les valeurs des familles et celles de l’école ? Quelle place pour les parents dans l’école ? Quelle transparence dans la communication avec les familles ?

Par ailleurs, l’introduction de Bernard Roudet avait notamment permis de rappeler que "Les valeurs des jeunes se contruisent entre individualisation et projets communs" ...

- Le thème "comment fait-on de l’éducatif ? dans quels espaces ? avec qui ?" a été introduit par Christian Vitali, CPE-formateur à l’IUFM de Caen et ancien président de l’ANCPE.

Lors de l’introduction à la discussion, l’intervenant s’est notamment appuyé sur l’ouvrage de François Dubet "le déclin de l’institution". Il a organisé sa contribution en trois parties : le modèle institutionnel, la crise du modèle institutionnel, le modèle post-institutionnel. Pour chaque partie, trois questions étaient posées : comment (faire de l’éducatif) ? dans quels espaces ? avec qui ?

Dans le prolongement de l’intervention ont été rappelés l’importance des espaces péri-scolaires mais aussi le rôle croissant d’institutions extérieures telles que les collectivités territoriales dont l’intervention sur les questions éducatives dépassent souvent les compétences "obligatoires".

"Il faut oser faire de l’éducatif, développer la transversalité" ont indiqué plusieurs participants. L’important étant la question du climat au sein de l’établissement et l’éducatif un moteur pour les apprentissages.

- Le thème "comment se forme-t-on à l’éducatif ? qui se forme ? qui forme ? par rapport à quel référentiel ? " a fait l’objet du 3e atelier introduit par Philippe Daviaud, CPE formateur à l’IUFM de Paris et animateur du site : http://cpe.paris.iufm.fr/.

A cette occasion, la question de l’avenir du métier de CPE a notamment été abordée. Cette question ayant été largement abordée par Jean-Pierre Obin [2] le lendemain matin. La question du référentiel de compétence a été abordée par plusieurs participants comme un élément important d’une meilleure reconnaissance du métier.

Jean-Pierre Obin, Alain Bouvier, Philippe Meirieu et Jean-louis Auduc

Quatre spécialistes sont intervenus le samedi 24 mars, dans la salle Guéhenno de l’Injep.

L’inspecteur général de l’Education nationale, Jean-Pierre Obin a abordé le thème "quelle place pour l’éducatif dans l’espace scolaire ?". Il s’est tout d’abord interrogé sur le choix du mot éducatif : pourquoi l’avoir substantivé ? "je ne vois pas ce que cela ajoute". L’intervenant a donc préféré employer le mot éducation.

Son intervention s’est notamment appuyée sur un article qu’il a rédigé dans "la revue de l’inspection générale" :

"La question de l‘éducation dans l‘École française"

« Le mot d’éducation est ambigu : il comporte un sens large et renvoie alors à l’ensemble des activités déployées dans le processus de transition vers l’état d’adulte ; il est aussi employé dans un sens plus étroit, peut-être plus commun, et distingue alors, voire oppose, la transmission des normes de comportement et des valeurs morales et celle des savoirs (l’instruction). »

En conclusion de son intervention, Jean-Pierre Obin a rappelé le rôle éminent du CPE dans la mise en oeuvre de compétences éducatives et d’organisation. Il a notamment indiqué que la création d’une agrégation pour les conseillers principaux d’éducation comme pour les professeurs documentalistes pourraient favoriser une meilleure reconnaissance de ces métiers.

Télécharger l’article de Jean-Pierre Obin sur le site : http://cpe.paris.iufm.fr/

- Alain Bouvier, ancien recteur, membre du Haut conseil de l’éducation, est intervenu sur le thème : "le socle commun, la formation des enseignants et des CPE vus du Haut conseil de l’éducation".

Il a tout d’abord rappelé le rôle du HCE : « organisme consultatif, institué par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005. A la demande du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il émet des avis et peut formuler des propositions sur la pédagogie, les programmes, l’organisation, les résultats du système éducatif et la formation des enseignants ».

L’intervenant a rappelé que chaque année, 150 000 jeunes, sur une classe d’âge de 750 000 sortent du système scolaire sans qualification ou sans diplôme. Des études montrent que 3 ans après, 40% de ces 150 000 jeunes sont au chômage.

L’intervenant a par ailleurs expliqué que la création du socle communn devait entraîner un autre rapport à l’évaluation puisque le socle concerne des compétences. On devrait donc parler de certification progressive et donc de de "pas tout au même moment" et de "pas tous au même moment".

L’intervenant considère notamment que sur cette question tout reste à faire.

Lire l’avis du Haut conseil d l’éducation sur le socle commun

Etaient au programme de l’après-midi du samedi 24 :

- Philippe Meirieu [3] avec une intervention sur le thème : « Enseignants, cadres éducatifs et personnels des établissements sont tous des "professeurs des écoles" » :

« L’espace scolaire est-il ou non un espace éducatif ? Faut-il, en son sein distinguer ce qui relève de la transmission des connaissances et ce qui relève de l’éducation de la personne ? Une telle distinction ne signifie t-elle pas l’abandon de l’idée même de l’école ? Philippe Meirieu devait tenter de montrer qu’au contraire de bien des représentations, tous les enseignants, cadres éducatifs et personnels des établissements sont bien des "professeurs d’écoles". Comment, alors, penser l’apport et le travail spécifique de chacun d’eux ? Et, en particulier, du CPE ? »

En savoir plus sur Philippe Meirieu : http://www.meirieu.com/

- Jean-Louis Auduc, directeur-adjoint de l’IUFM de Créteil, intervenait sur le thème : "l’importance du travail en équipe dans l’établissement scolaire vu comme espace laïque de savoir et de citoyenneté".

Les grandes lignes de l’intervention de Jean-Louis Auduc :

L’enjeu d’une formation des enseignants reposent à la fois sur des connaissances disciplinaires et sur un référentiel de compétences précisant l’exercice du métier enseignant et l’importance du travail en équipe dans un établissement scolaire, espace laïque de savoir et de citoyenneté.

- Le refus de la classe "sanctuaire".
- Travailler en classe en ne séparant pas le jeune de l’élève.
- Toutes les disciplines sont concernées par la dimension éducative de leur enseignement et la mise en oeuvre des points 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences : "compétences sociales et civiques : vivre en société" ; de préparer à la vie de citoyen", "l’autonomie et l’initiative".
- Gérer la mixité dans la classe et dans l’établissement. - - Ethique et pratiques de la laïcité.

La synthèse et la clôture du colloque ont été organisé avec André de Peretti, psychosociologue.

André de Peretti sur le site "Parcours diversifié"

Les organisateurs du colloque ont indiqué que les actes du colloque seraient édités courant juin.

Informations sur le site de l’ANCPE

Gérard Marquié

A lire aussi :
- un article de Bernard Roudet Les jeunes, les valeurs de la démocratie et l’école
- un compte rendu du colloque sur le site du "café pédagogique"

[1] chargé d’études et de recherche à l’Injep

[2] inspecteur général de l’Education nationale : groupe établissement et vie scolaire, président du concours de recrutement des CPE

[3] Professeur des sciences de l’éducation, Université de Lyon II


Partagez cet article :