Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Temps libre des jeunes : une analyse et des propositions
Mieux connaître les jeunes pour améliorer l’école
Dossier : Assises académiques de prévention de l’illettrisme
Les jeunes et la République ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Appel à communications : « Jeunesses, âges de la vie, générations »
Bretagne et Pays de la Loire : une recherche-action sur les politiques de jeunesse
La participation des jeunes : un enjeu pour les valeurs démocratiques
Internet mobile : percée et disparités

> interventions
Politiques de jeunesse : six idéaux-types
L’espace public, au défi de l’altérité
L’accueil de loisirs : un espace éducatif entre l’école et la famille
L’information des jeunes : pratiques de jeunes et pratiques professionnelles


Qu’entend on par autonomie des jeunes ?

Une conférence de la sociologue Elsa Ramos
Mis en ligne le lundi 1er mars 2010.

Elsa RAMOS, Sociologue, Maître de conférence à l’Université Paris Descartes est intervenue lors du 9e Neujpro (rencontre des élus et professionnels de jeunesse) en octobre 2010 à Vichy sur le thème : qu’entend-on par autonomie des jeunes.

Extrait :

« Il nous faut là distinguer deux notions, celle d’indépendance et celle d’autonomie. L’indépendance se définit à partir de catégories objectives : c’est un état dans lequel se trouve l’individu, lorsqu’il dispose de ressources suffisantes pour gérer sa vie sans le soutien financier, matériel, parental.

D’une certaine façon, c’est une définition statutaire, que le jeune acquiert : être indépendant de ses parents, avoir un travail, avoir une famille. L’indépendance apparaît fortement comme synonyme de l’émancipation de la maison parentale.

Cependant, on ne peut pas réduire l’autonomie à l’indépendance ; les adolescents, les jeunes adultes chez leurs parents, malgré la cohabitation et un degré plus ou moins fort de dépendance avec leurs parents peuvent se déclarer adultes ou/et autonomes. Il s’agit aussi de comprendre ces déclarations.

Etre dépendant ne signifie pas nécessairement ne pas être autonome et ne pas être adulte. Ainsi, l’autonomie renvoie à l’idée que l’individu se donne lui-même ses propres règles ; elle est considérée comme une perception positive de soi, vers laquelle l’individu tend ; c’est donc une catégorie de l’identité, qui implique que l’individu, ici l’adolescent, le jeune adulte, doit participer le plus dans l’élaboration de ce monde, de l’univers dans lequel il vit. »

Lire le texte de l’intervention (sur le site www.allier.fr) :

http://www.allier.fr/uploads/Document/fd/WEB_CHEMIN_3140_1261490167.pdf

A lire aussi :

La Page personnelle d’Elsa Ramos :

http://www.cerlis.fr/pagesperso/permanents/ramoselsa.htm


Partagez cet article :