Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Une étude de la DIV

Programme réussite éducative : le coordonnateur, un nouveau métier ?

Mis en ligne le jeudi 27 juillet 2006.

Lancé en 2005, le programme réussite éducative vise à mettre en place des parcours persponnalisés pour les enfants les plus en difficulté et leurs familles.

La DIV [1] a fait évaluer la mise en oeuvre du programme un an après son lancement. Parmi les constats relevés, un nouveau métier apparaîtrait : coordonnateur réussite éducative.

D’après la lettre de la DIV

« Deux profils se distinguent : dans la moitié des sites, les coordonnateurs des projets de réussite éducative sont des techniciens municipaux ou du personnel de l’éducation nationale. Dans les autres sites, il s’agit généralement de travailleurs sociaux ou d’animateurs culturels.

L’implication des villes dans le dispositif, voire dans les équipes pluridisciplinaires, soulève parfois des réticences, notamment de la part du Conseil général, tout particulièrement sur la question du respect de la confidentialité des informations.

Quand le coordonnateur est un travailleur social, ces réticences semblent facilement levées. Par ailleurs, il apparaît nécessaire qu’un référent soit identifié pour chaque enfant. Son rôle, ses compétences restent à définir. Sur certains sites, il se confond avec le coordonnateur de la réussite éducative.

Un cas de figure à éviter, selon les consultants, car il place le coordonnateur-animateur du réseau de professionnels dans une position ambiguë au regard de l’exigence de confidentialité. »

Véronique Legac, coordinatrice à l’Haye-les-Roses, témoigne :

« Notre équipe comprend les coordonnatrices ZEP et REP, le service municipal de la jeunesse, les centres de loisir, une association d’accompagnement à la scolarité, le centre municipal de de santé, les psycologues scolaires, le club de prévention, l’action sociale du conseil général.

Nous avons identifié plus de 90 familles, soit près de 300 enfants. Pour l’instant, nous mettons en place des actions de prévention (comme l’atelier “lire en famille”) d’aide à la parentalité avec des groupes de parole, d’accompagnement à la scolarité.

Nous accompagnons aussi les familles dans leurs démarches de santé ou de loisirs. »

Six cabinets de consultants ont audité 80 sites

Six cabinets de consultants ont audité 80 sites (dont 9 internats) répartis sur l’ensemble du territoire. Leurs rapports ont été établis sur la base d’entretiens avec les institutions impliquées : SGAR, préfectures, inspections académiques, communes, conseils généraux, coordonnateurs du Programme de réussite éducative (PRE), etc.

Ils traitent de l’organisation des structures juridiques porteuses du PRE, de la constitution des équipes de pilotage, de l’articulation du dispositif avec les autres politiques publiques, et du partage de l’information et le secret professionnel.

Pour lire l’intégralité du document publié dans le lettre mensuelle de la DIV (délégation interministérielle à la ville) n°111 de juin 2006

Télécharger la Lettre de la DIV n°111 sur le site http://www.ville.gouv.fr/

[1] Délégation interministérielle à la ville


Partagez cet article :