Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Evaluer à l’heure des compétences
Paris : Rythmes scolaires et programme éducatif local (PEdT)
Villes éducatrices : l’expérience du projet de Barcelone
Des villes éducatrices ou l’utopie du « territoire apprenant »

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> interventions
« l’Ecole, espace d’intégration sociale et culturelle » : contribution de l’Injep
Education à la citoyenneté : la nouvelle donne
Stratégie partenariale pour lutter contre la violence à l’école
Mettre en oeuvre une politique de jeunesse : quels enjeux ? quelles méthodes ?

> éducation partagée
L’Afev veut accompagner 15 000 jeunes pour la rentrée 2008
De l’accompagnement à la scolarité à l‘éducation partagée : approche historique et sociologique
Du projet éducatif territorial... à une politique d’éducation et de formation tout au long de la vie.
Saint-Étienne-du-Rouvray (76) : Assises de l’éducation

> éducation populaire
Education populaire et éducation nationale
Place des jeunes et nouvelles configurations territoriales
"La France a besoin de l’éducation populaire"
Jeunes et engagement : ouvrir les frontières


Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous »

Mis en ligne le lundi 14 juin 2010.

Intervention de Bernard Bier (Injep) lors des rencontres nationales sur l’accompagnement organisées par le GFEN :

« S’interroger sur l’accompagnement dans son lien avec le droit commun éducatif conduit à questionner tant les politiques publiques que les choix éducatifs et les pratiques pédagogiques des acteurs. Le point de vue exprimé ici est double, d’une part professionnel (l’Injep) et d’autre part militant (l’OZP) [1]. »

Extrait :

(...)

« Ainsi les évolutions du contexte éducatif nous ramènent à la question du territoire, à celle de l’approche du jeune dans son environnement familial, social, culturel… Se situer délibérément dans cette perspective c’est se donner les moyens de comprendre ce qui peut faire frein dans les apprentissages, ce qui peut entraîner le décrochage, comme ce qui peut permettre de faire levier. Comprendre les ruptures scolaires (et au-delà éducatives), soulignent Millet-Thin [2] , oblige à prendre en compte conjointement conditions familiales, sociabilités juvéniles, trajectoires scolaires, contextes sociaux et productions institutionnelles.

Les ruptures se font toujours via les interactions entre plusieurs registres de difficultés : un élément peut faire basculer dans la rupture ; et à l’inverse un seul élément peut faire aussi levier pour sortir de la spirale de la rupture ou de la « désaffiliation ». Cela nous oblige aussi à sortir des approches de la globalité de l’enfant et du jeune qui se limitent à un regard psychologisant, au profit d’une approche qui l’inscrit dans un contexte social, dans une histoire singulière et collective...

Cela doit nous conduire enfin à sortir de la confusion autour de l’« école sanctuarisée ». Une école ouverte sur son environnement, qui devient le lieu des « savoirs croisés », qui travaille les coopérations entre les acteurs du territoire, est un atout. »

(...)

Texte de Bernard Bier (Injep) :

PDF - 49.6 ko
Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous »
Bernard Bier, chargé d’études et de recherche à l’Injep

- A lire aussi sur le site de l’OZP

[1] Observatoire des zones prioritaires

[2] Millet (M.), Thin (D.), Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, 2005, PUF.


Partagez cet article :