Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Mettre en œuvre une politique jeunesse sur les territoires : quels enjeux ?
Jeunesse, éducation, territoires : la coordination au coeur des politiques locales
Evaluation : s’inscrire dans un système d’information stable et régulier
La démarche d’éducation populaire : rendre accessible des savoirs critiques

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
L’éducation aux médias dans le second degré
Les jeunes, les valeurs de la démocratie et l’école
Les politiques de l’orientation scolaire et professionnelle
Carte scolaire et aménagement des territoires

> Agora et Débats jeunesse, Injep
Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique
Paradoxes autour de la participation
La communication juvénile à travers les blogs de lycéens
La participation locale des jeunes en Europe, enjeux et définition

> association
Reconnaître l’expérience bénévole dès le collège
L’accompagnement scolaire réinterroge forcément l’école, et le sens du travail scolaire hors de l’école
Promotion et accompagnement de la vie associative : 14 recommandations
Le rôle éducatif des politiques publiques de jeunesse

> collectivités territoriales
L’Information jeunesse : un maillon essentiel dans la construction d’un projet
Mettre en oeuvre une politique de jeunesse : quels enjeux ? quelles méthodes ?
Le congrès national de l’Anacej en vidéo
7e Neujpro : L’enjeu d’une culture partagée en matière de jeunesse et d’éducation


Politiques territoriales de jeunesse et transversalité

Un article du sociologue Jean-Pierre Halter extrait du n°43 d’Agora, débats/jeunesse
Mis en ligne le jeudi 30 août 2007.

Impulsées par l’État, la contractualisation et la territorialisation de l’action publique en direction des jeunes ont eu un impact sur l’élaboration des politiques de jeunesse et suscité l’émergence de nouveaux acteurs institutionnels, professionnels et politiques. La transversalité de l’action publique se trouve ainsi au cœur d’une recomposition qui dessine une nouvelle répartition des pouvoirs entre l’État et ses représentants, les élus locaux et leurs techniciens, la sphère associative, ses militants et ses professionnels.

extraits :

« L’État est aujourd’hui dans l’obligation de composer avec des acteurs multiples : collectivités territoriales, associations, mais aussi l’Union européenne. La contractualisation, la négociation, le partenariat, l’approche de proximité sont désormais des composantes de l’action publique dont la construction revêt un caractère métissé, à mi-chemin entre changements et recompositions.

Lors du colloque organisé en 1993 à l’Injep sur les politiques locales de jeunesse, l’un des principes fondateurs de ces politiques avait été mis en évidence, celui de la transversalité. Cet article se propose de faire le point sur les évolutions qui ont eu lieu quant à la transversalité des politiques territoriales en direction des jeunes1.

Le principe de transversalité consiste à mobiliser les services des collectivités territoriales qui interviennent directement ou indirectement auprès des jeunes pour les amener à travailler de manière transversale. Déjà en 1993, dans leurs contributions, certains élus et techniciens admettaient que l’obligation de partenariat avec l’État les avaient conduits à travailler différemment, en créant des syner- gies entre services, en mettant en commun des compétences qui favorisaient l’élaboration de stratégies, en tenant compte des différentes ressources internes dont disposaient la collectivité et les associations pour répondre de façon univoque et adaptée aux problématiques de jeunesse du territoire. Cette transversalité permettait d’avoir une vision plus globale de ces questions, une meilleure lisibilité des actions et d’agir de manière complémentaire en interne dans les institutions publiques, ainsi qu’au niveau des différents territoires d’intervention.

Deux facteurs sont, de notre point de vue, à l’origine de cette recomposition de l’action publique en direction des jeunes : le développement de l’échelon local et le repositionnement problématique des associations. »

Télécharger l’article de Jean-Pierre Halter :

PDF - 312.6 ko
Politiques territoriales de jeunesse et transversalité
un article de Jean-Pierre Halter extrait de la revue Agora, débats/jeunesse, n°43

- Consulter le sommaire du numéro 43 d’Agora, ...

- commander la revue, s’abonner ...


Partagez cet article :