Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

"Le Brevet de l’Engagement" expérimenté par les Francas Pays de la Loire
Reconnaître l’expérience bénévole dès le collège
"Les individualistes solidaires" : une étude menée auprès des 15-35 ans
Marseille : Place Publique Junior du 6 au 8 juillet

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Le mythe de la Google Génération
Numérique : Les pratiques s’invitent au milieu d’autres activités
Croiser les regards : un atout pour la réussite des élèves
Violences scolaires : constat, prévention et actions

> Agora et Débats jeunesse, Injep
Jeunes de rue et trafic de stups
Politiques locales de jeunesse
Jeunes "riches" et "pauvres" : conférence débat le 15 juin 2010
« Les problèmes, ils restent pas où ils sont, ils viennent avec toi »


Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique

Mis en ligne le vendredi 20 juin 2008.

Un article de Jacques Ion [1] paru dans l’ouvrage "un engagement à l’épreuve de la théorie : itinéraires et travaux de Geneviève Poujol" dans la collection Injep "débats jeunesses".

« Je voudrais dans ce qui suit défendre le propos suivant : si l’éducation populaire est en crise, c’est parce que, dans un contexte d’individuation, se transforment les modalités d’émancipation civique sur lesquelles elle s’est appuyée historiquement, modalités fondées sur ce que j’appelle l’idéal éducatif.

En guise d’introduction, je commencerai par réfuter deux arguments souvent répétés pour expliquer la crise de l’éducation populaire, ce qui me permettra de préciser ce que j’entends par individuation.

- Contrairement à ce qui est souvent avancé, nous ne vivons pas la montée des individualismes. (...)
- Nous ne vivons pas la fin des idéologies. (...) »

Télécharger l’article [2] de Jacques Ion

PDF - 267.9 ko
Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique

Article paru dans la collection débats jeunesses

"un engagement à l’épreuve de la théorie : itinéraires et travaux de Geneviève Poujol", sous la direction de Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez et Françoise Tétard

250 pages - 23 euros

[1] Né en 1942 en Savoie, moniteur de gym, sociologue dans un bureau d’études puis chercheur au CNRS, Jacques Ion est actuellement directeur de recherche au MODYS (universités de Lyon et Saint-Étienne). Il a côtoyé Geneviève Poujol au cours des années 1970 et 1980, lors de l’aventure des Cahiers de l’animation et de la création de la Société française des chercheurs sur les associations.

[2] Le texte qui suit ne prétend pas à l’originalité. Il s’appuie sur des analyses déjà publiées et développées notamment dans La fin des militants ?, L’Atelier, Paris, 1997 ; L’engagement au pluriel, Presses universitaires de Saint-Étienne, SaintÉtienne, 2001 ou encore Militer aujourd’hui,Autrement/Presses de Sciences-Po, Paris, 2005, et reprend quelques propos d’une conférence tenue lors du colloque Les horizons de l’animation à l’université Lyon-I, les 18 et 19 novembre 2004.


Partagez cet article :