Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Enquête sur les rythmes scolaires à Issy les Moulineaux
École, milieux et territoire
Un contrat de réussite éducative expérimenté par le conseil général avec les collèges
la "réussite éducative : pour permettre à l’enfant d’être acteur de son parcours"

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> colloques, séminaires
Quelques "vérités" sur l’aide personnalisée
En Alsace : la jeunesse comme ressource
Des lieux pour l’éducation populaire
Refonder ou fonder le service public de l’éducation ?

> éducation partagée
Un contrat de réussite éducative expérimenté par le conseil général avec les collèges
Le temps d’apprendre
Ain : Un schéma départemental des actions éducatives
Organiser des activités périscolaires : des actions vers un projet partagé

> grand Sud-Est
Mutations de la jeunesse, de l’action publique et du monde associatif
Montpellier : Une école sans notes et sans reproches
Politique jeunesse : L’accès à l’autonomie comme ligne directrice pour le conseil général
L’information jeunesse : un outil pertinent au service des politiques de jeunesse


Personnaliser les parcours et réussir ensemble

Compte rendu d’une rencontre sur la réussite éducative
Mis en ligne le mardi 26 avril 2011.

"Personnaliser les parcours et réussir ensemble, à Grenoble avec la Metro et le réseau départemental des coordonnateurs de Réussite éducative". Actes de la Rencontre départementale de la Réussite Éducative organisée le mardi 14 décembre 2010 Maison des Associations à Grenoble.

Consulter les actes de la rencontre (13 pages) sur le site du Crefe 38

Extrait de l’intervention : "Regards sur le multiple en éducation" (par Bernard Bier, sociologue [1]

« Penser le multiple c’est regarder et prendre en compte la multiplicité des jeunes, de leurs compétences, ainsi que la multiplicité des environnements dans lesquels ils se construisent et acquièrent savoirs et compétences.

Se construire dans un univers diversifié et riche, avec une offre culturelle et éducative hétérogène, est très positif. On ne grandit pas (on n’apprend pas) avec du même, de l’identique. On ne fait pas une société avec du même. Les meilleurs apprentissages sont ceux qui se font au contact de l’altérité, de la différence. En effet, une trop grande normativité (le terme de normalisation serait d’ailleurs plus juste ici) conduit à une régression cognitive et anthropologique.

La ville peut être une « ville éducatrice » en cela que enfants et jeunes peuvent apprendre de la ville par la multiplicité des environnements, des contextes, des individus, des éducateurs.

Cependant, il faut aussi porter une attention à une des dérives du « multiple », qui multiplie les dispositifs, les partenaires ou encore les réseaux de structures, sans jamais se poser la question des effets sur les enfants d’une part, et de la place des familles et des enfants d’autre part.

D’où encore la nécessité d’une mise en cohérence (ce qui ne veut pas dire uniformité) éducative. Penser l’élève ou l’enfant dans le multiple, c’est non plus opposer ce qui est de l’ordre de l’individualité à ce qui est de l’ordre du collectif, mais réconcilier l’individu et ses singularités avec le groupe ou le collectif. »

[1] Bernard Bier a été chargé d’études et de recherche à l’Injep, jusqu’en février 2011


Partagez cet article :