Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Une journée de l’alternance et de l’apprentissage
Le festival de Cannes vu par des jeunes des missions locales
Nous sommes des passeurs
Les 30 ans de la mission locale de Gennevilliers

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Jeunesses : quatre modéles européens - tous différents
Autonomie, insertion, citoyenneté : les politiques publiques en questions
Françoise Tétard pour mémoire (1953-2010)
Jeunes, équipements numériques et modes de connexion

> Agora et Débats jeunesse, Injep
« Les problèmes, ils restent pas où ils sont, ils viennent avec toi »
Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique
Jeunesse et institutions locales, un enjeu politique fort
En France, la tyrannie du diplôme est forte et intériorisée

> grand Sud-Est
Jeunes citoyens du monde
La Haute-Savoie en action !
Associatifs le Blog
Le cinéma est-il politique ?

> jeunes en difficulté
La vie juvénile de rue et de cité lors des émeutes de novembre 2005
L’élève extraordinaire dans l’école ordinaire : difficultés des élèves ou difficultés de l’école ?
Comprendre les émeutes de novembre 2005
Des jeunes en situation d’insertion prennent la parole

> participation
Un nouveau président pour l’Anacej
« La participation des jeunes dans leur territoire : un atout pour une politique jeunesse ? »
Enfants à la colo : Courcelles, une pédagogie de la liberté
Paradoxes et champ des possibles


Agglomération lyonnaise

Paradoxes autour de la participation

Par Emmanuelle Santelli et Aude Legube
Mis en ligne le jeudi 9 février 2006.

À partir d’une réflexion méthodologique sur la question des jeunes et leur quartier, cet article s’interroge sur la participation des « jeunes des quartiers [1] » aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle. Le pendant de cette question nous conduit à la non-participation d’une partie de ces jeunes aux dispositifs ou structures censés leur apporter l’aide dont ils auraient besoin. Trois types de paradoxes émergent de ce constat et posent la question des modalités d’actions à promouvoir pour les jeunes les plus en difficulté.

Sur la base d’un travail empirique réalisé dans l’agglomération lyonnaise, notre article se propose d’interroger la participation des « jeunes des quartiers » aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle, ainsi que la relative non-participation des jeunes qui sont le plus en difficulté. Si ce parti pris peut sembler surprenant, il répond aux étranges paradoxes constatés durant cette recherche.

Par Emmanuelle Santelli [2]

et Aude Legube [3]

article paru dans la revue "Agora-débats/jeunesse", n°38 - 4è trimestre 2004 - "Jeunes et violences", éditions l’Harmattan

Téléchargement de l’article

PDF - 108.2 ko
Paradoxes autour de la participation
Paru dans Agora-Débats/Jeunesse, n°38, 4è tri.2004, "jeunes et violences"

[1] Nous entendons par cette expression communément utilisée, les jeunes résidant dans les quartiers populaires et/ou périphériques qui se composent de logements sociaux, quartiers habités très majoritairement par des familles pauvres et/ou étrangères, et qui font l’objet de politiques de la ville depuis la fin des années 1980. C’est le cas du quartier retenu ici qui se situe au sud-est de l’agglomération lyonnaise.

[2] Chargée de recherche, Centre national de la recherche scientifique, Groupe de recherche sur la socialisation - ISH 14, avenue Berthelot 69363 Lyon Cedex 07 Courriel : emmanuelle.santelli@ish-lyon.cnrs.fr

[3] Assistante de recherche, CNRS, Groupe de recherche sur la socialisation - ISH 14, avenue Berthelot 69363 Lyon Cedex 07 Courriel : alegube@hotmail.com


Partagez cet article :