Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les métiers du sport présentés par l’Onisep
La DP3 : à la découverte des métiers et des lycées professionnels
L’avenir des conseillers d’orientation-psychologues et des CIO
Tourisme : 31 métiers présentés par l’Onisep

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> articles, rapports
Six façons bien différentes de voir la jeunesse
Les contributions de l’Injep au Livre vert
L’égalité des chances, un miroir aux alouettes ?
Notes au primaire : Qu’en est-il chez nos voisins ?

> orientation, CIO
Orientation : quelles stratégies d’information pour les jeunes ?
La perception de l’orientation scolaire et professionnelle par les parents d’élèves
"C’est dur mais c’est à votre portée"
Conseil et orientation sur Internet : des expériences et des questions


Orientation et éducation : mettre le jeune au coeur du dispositif

Mis en ligne le lundi 8 juin 2009.

Le rapport de la mission commune d’information jeunes du Sénat consacre sa première partie (60 pages) au thème de l’orientation : "l’orientation se résume trop en France à une mécanique d’exclusion fondée sur des critères qui dévalorisent trop l’intelligence de la main"...

Plan de la première partie :

I - assurer l’efficacité et l’équité de l’orientation des jeunes

extrait du chapitre I :

« Contrairement aux principes fondateurs de l’école républicaine, l’origine sociale et les diplômes des parents sont déterminants :

L’orientation dans le second cycle du secondaire se caractérise par des disparités sociales très marquées : près de 91 % des enfants d’enseignants et près de 88 % des enfants de cadres obtiennent le baccalauréat, contre moins de 50 % des enfants d’ouvriers ; dans la voie générale, 40 % des enfants d’enseignants et 41 % des enfants de cadres obtiennent le baccalauréat scientifique, contre seulement un peu plus de 7 % des enfants d’ouvriers ; enfin, 29 % des enfants d’ouvriers ont comme diplôme un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ou un brevet d’études professionnelles (BEP), contre 5 % seulement des enfants d’enseignants et de cadres.

Au cours de ses déplacements de terrain, la mission commune d’information a également constaté de fortes disparités territoriales, inéquitables puisque, selon la région où il habite, un élève n’aura pas les mêmes possibilités d’orientation et de formation. » (page 27)

(...)

« En règle générale, la difficulté de s’insérer professionnellement avec un diplôme inférieur au baccalauréat est grande, sauf dans l’hôtellerie et le tourisme, le bâtiment et les travaux publics, les services aux particuliers, secteurs dans lesquels les recrutements au niveau du CAP ou du BEP, ou encore ceux de non-diplômés, restent significatifs. » (page 30)

La mission estime par ailleurs que « Après leur repérage, l’accompagnement des jeunes sortant de formation initiale sans diplôme repose sur la construction d’une coordination locale. » (page 41)

(...)

« L’échelle géographique retenue pour cette coordination doit être celle où s’organisent les services d’information et d’insertion des jeunes (agglomération, bassin d’emploi ou de formation,...), tout en prenant en compte les coopérations existantes dans ces domaines. Sans constituer une structure administrative supplémentaire, cette coordination doit mieux articuler, au niveau territorial pertinent, diagnostics et solutions concrètes au bénéfice des jeunes repérés. » (page 42)

(...)

« A partir du cadre établi au niveau régional, il reviendra au préfet de département, en liaison avec l’inspecteur d’académie et le directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, de désigner, après consultation des collectivités territoriales concernées, un responsable de la coordination locale. Ce dernier pourra être un cadre de l’éducation nationale (chef d’établissement, directeur de CIO, par exemple), un directeur de mission locale ou de PAIO, un cadre du service public de l’emploi, d’une collectivité territoriale, d’une association, le délégué du préfet dans un quartier ou le sous-préfet lui-même.  » (page 42)

les autres chapitres de la première partie :

II - mettre en oeuvre, sur le terrain, le principe du rapprochement entre le système éducatif et le monde professionnel

III - soutenir et valoriser les filières en alternance

IV - renforcer les dispositifs de la deuxième chance

Télécharger le rapport ou sa synthèse sur le site du Sénat :

http://www.senat.fr/rap/r08-436-1/r08-436-1.html


Partagez cet article :