Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

"18-24 ans" : 94% des internautes se connectent tous les jours sur internet à domicile
Des pratiques éducatives avec Facebook et Twitter
Attentats du 13 novembre 2015 : en parler avec des enfants et des jeunes
Usages du numérique chez les jeunes

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> articles, rapports
Rapport de l’évaluation de l’action "13-18 Questions de justice" dans l’agglomération de La Rochelle
Une histoire de la mixité
Internet : usages et clivages
Quels métiers en 2015 ?

> information des jeunes
Un guide "anti galère" pour les jeunes du Val d’Oise
L’information des jeunes dans les politiques publiques d’éducation et de jeunesse
Le "vrai du faux" pour décrypter l’info
Jeunes en Charente Martime : quelles demandes, quelles pratiques en matière d’information ?

> médias
"FMR", une radio faite par des jeunes
Expressions, débats, sondages aux 4e assises de la presse écrite jeunesse
Concours national des journaux scolaires et lycéens
Attentats du 13 novembre 2015 : en parler avec des enfants et des jeunes

> TIC
Jeunes et pratiques numériques en bibliothèque en Seine-St-Denis
Dossier : Facebook, Twitter, YouTube... Les réseaux sociaux en classe
Le web social dans un système éducatif souvent plus centré sur l’enseignant que sur l’élève
Les usages de l’internet mobile, une enquête ethnographique


Nouveaux médias : risques et opportunités

Un rapport intitulé "Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?"
Mis en ligne le dimanche 23 novembre 2008.

Rapport de M. David Assouline, fait au nom de la commission des affaires culturelles du Sénat :

Le rapport estime qu’il est inutile de se lamenter sur « l’invasion des nouveaux médias » mais qu’il faut, bien au contraire, réfléchir dès maintenant aux meilleurs moyens d’encourager les pratiques numériques des jeunes en faisant en sorte qu’elles leur soient le plus profitable possible.

Plan du Rapport d’information "Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? " :

http://www.senat.fr/rap/r08-046/r08-046_mono.html

Le rapport est divisé en 5 parties :

I. UNE JEUNESSE AU CoeUR DE LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

- La France est ainsi championne du monde du nombre de blogs par internaute : http://www.senat.fr/rap/r08-046/r08-0464.html

(...)

II. LES NOUVEAUX MÉDIAS : UNE CHANCE POUR LA JEUNESSE

- Les nouveaux médias : un outil qui développe de nouvelles compétences :

http://www.senat.fr/rap/r08-046/r08-0466.html

(...)

III. LES NOUVEAUX MÉDIAS, UNE MENACE POUR LA JEUNESSE ?

- La divulgation des informations personnelles

(...)

IV. UN EFFORT UTILE DE MAÎTRISE DES NOUVEAUX MÉDIAS

- La protection des mineurs dans les médias traditionnels : un régime juridique complet mais archaïque

(...)

V. L’IMPÉRATIF ÉDUCATIF

- L’école, nécessaire média des médias

(...)

Le rapport préconise par ailleurs une quinzaine de propositions, dont
- la création d’une autorité de protection de l’enfance dans les médias,
- la délivrance d’un label de qualité aux logiciels de contrôle parental,
- la mise en place d’un module de dix heures annuelles d’éducation aux médias en quatrième et en seconde,
- le renforcement du rôle des professeurs documentalistes ainsi que le renforcement de la coopération internationale sur la constitution des listes noires de sites interdits.

- préconisations du rapporteur

A noter, parmi les personnes auditionnées :

Audition de M. Jean-Claude RICHEZ, responsable de l’unité recherche, études et formation de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) (7 mai 2008)

« M. Jean-Claude Richez a tout d’abord noté que l’appropriation de l’outil Internet se fait à 58 % dans les familles, le plus souvent de façon individuelle, l’école ne pesant que pour 10 %. Il a remarqué que cet état de fait était la manifestation de la faible interaction entre le monde des jeunes et l’école, alors que les jeunes ont une attente en matière d’accompagnement éducatif aux médias. Cette absence renforce les logiques d’éducation par les pairs, déjà très fortes dans le domaine des médias. Les technologies de l’information bouleversent les modes de socialisation et de transmission, et constitue le lieu privilégié de l’éducation informelle.

Il regrette par conséquent que rien ne soit prévu dans les équipements de proximité pour les 11-15 ans pour mettre à disposition Internet avec l’accompagnement d’adultes ne relevant ni de l’école, ni de la sphère familiale. Il a estimé que l’impératif était de partir des pratiques et de l’expérience des jeunes et qu’il serait utile que l’État reconnaisse davantage la qualification de personnes ressources, tels que les éducateurs et animateurs professionnels de jeunesse. Il a noté que l’éducation non formelle était mieux valorisée dans d’autres pays et qu’elle permettait de transmettre des valeurs et des connaissances dans des domaines où l’école intervient peu.

Il a néanmoins rappelé la nécessité que l’école s’intéresse aux nouveaux médias et estimé que chacun des professeurs, dans sa discipline, devait tenter de les intégrer dans ses pratiques éducatives. Il a regretté que les nouvelles technologies soient simplement utilisées comme instrument de la pédagogie traditionnelle, et que leur nouveauté et leur spécificité soient insuffisamment prises en compte. Par exemple, en termes d’utilisation des blogs, la France est en retard. Ce qui est valorisé dans les blogs, c’est la mise en scène de soi. On pourrait très bien intégrer dans l’évaluation des jeunes la maîtrise de l’outil.

Il a en outre déploré que les politiques d’« information jeunesse » soient aujourd’hui davantage dans des logiques de diffusion sans que l’on pose au préalable la question de l’appropriation par les jeunes de l’information et de ses modalités dans lesquelles internet joue un rôle prépondérant et pose comme question centrale celle de l’accompagnement comme l’ont montré un certain nombre de recherches menées récemment par l’INJEP [1]

Sur la question de l’éducation informelle, M. Jean-Claude Richez a ajouté qu’il fallait investir beaucoup plus les lieux publics et les équipements de proximité (centres sociaux, maisons des jeunes et de la culture, maisons de quartiers, maisons pour tous, espaces jeunes, ...). Les pays, comme la Finlande, où l’on fait une plus grande place à l’éducation non formelle ont des résultats supérieurs à la France en matière de compréhension des nouveaux médias.  »

Ressources jeunesse

[1] ndlr : études réalisées en Seine-St-Denis, en Savoie, en Charente Maritime, en Ardèche et à Angoulême


Partagez cet article :