Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’égalité des chances, consensuelle et conservatrice ?
L’école de la 2e chance, la "grande école" des décrocheurs motivés
Contrat d’apprentissage, les raisons de la rupture
703 millions d’euros pour les collèges de Seine Saint Denis

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Jeunesse "Les fractures majeures ne sont pas générationnelles, mais plus que jamais sociales et territoriales"
"13-18 Questions de justice" : des enseignants de collèges témoignent de leurs expériences
Individuel/collectif en éducation : un faux débat ?
Twitter et le numérique dans le champ éducatif

> université
Profils du décrochage étudiant à l’université
Démotivation et inégalités sociales : deux premiers critères d’échec dans l’enseignement supérieur
Explorer les possibles
Le GENEPI fête ses 30 ans


Les orientations prises par les bacheliers au cours des dix dernières années ont évolué

Que deviennent les bacheliers après leur bac ?
Mis en ligne le lundi 5 juillet 2010.

L’évolution des orientations prises par les bacheliers au cours des dix dernières années se caractérise principalement par une diminution de leurs inscriptions en licence au profit d’écoles recrutant après le baccalauréat dans des domaines très variés ; cette baisse affecte surtout les bacheliers les plus fragiles.

L’étude présentée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche montre une forte hausse de l’accès des bacheliers professionnels à l’enseignement supérieur, en particulier par la voie de l’alternance.

40% des bacheliers technologiques n’ont pas obtenu la formation désirée , principalement du fait du manque de place en STS. « C’est pourtant en STS [1] que la situation est la plus difficile : 36% des étudiants ne s’intéressent pas à leur sujet d’étude, 28% ont des difficultés financières. » [2]

Par ailleurs, les nouveaux bacheliers envisagent de plus en plus de faire des études longues : la moitié d’entre eux souhaitent poursuivre jusqu’au niveau master contre un tiers six ans plus tôt.

En matière d’information sur l’orientation, l’étude montre qu’Internet joue un rôle croissant :

« Internet occupe désormais une place prépondérante, particulièrement pour les bacheliers généraux et quelle que soit l’orientation choisie. Près de deux nouveaux bacheliers sur trois disent en effet s’être renseignés sur Internet et près de la moitié (45 %) citent cette source parmi les deux qui leur ont été les plus utiles, soit une hausse de 30 points par rapport à 2002.

Les journées portes ouvertes ou rencontres avec des établissements d’enseignement supérieur, qui occupaient jusqu’ici la première place dans l’information des lycéens, ainsi que les forums ou salons spécialisés continuent à jouer un rôle important, particulièrement dans le choix d’un IUT, d’une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) ou d’une école. Viennent ensuite les familles, plus souvent citées comme source d’information par les bacheliers généraux, particulièrement lorsqu’ils s’inscrivent en CPGE. »

Le rôle des "pairs" n’est par contre pas abordé par l’étude alors que ces derniers apparaissent comme une source importante tout particulièrement dans le domaine de l’orientation. C’est en tout cas ce que montre plusieurs études dont celles réalisées par l’Injep depuis 2006.

L’étude du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche

A lire aussi :

- Les jeunes et l’information sur leur orientation : Contribution au groupe de travail orientation du "Livre vert"

[1] Section de technicien supérieur

[2] Café pédagogique


Partagez cet article :