Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Les « métiers flous » de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux

Quelques éléments comparatifs... un texte de Bernard Bier
Mis en ligne le lundi 30 novembre 2009.

Intervention de Bernard Bier de l’Injep lors d’une journée des coordonnateurs organisée par l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) le 28 novembre 2009.

Les métiers de la coordination se sont développés depuis plus de 30 ans, en même temps que d’autres nouveaux métiers. Fonction ou métier ? En ZEP, il s’agit d’une fonction, mais qui peut toujours se décliner en métiers, définis ensemble de tâches ou de compétences. De là à une reconnaissance institutionnelle et à une inscription dans le répertoire des métiers… ! C’est pourtant, semble-t-il, pour les coordonnateurs en ZEP un des enjeux.

Pour Bernard Bier :

« Les politiques contractualisées et territorialisées des années 1981 ont vu émerger une multitude de nouveaux métiers, ce que Gilles Jeannot a appelé les « métiers flous » (Jeannot G., Les métiers flous. Travail et action publique, 2005, éditions Octarès) : chefs de projets, agents de développement, coordonnateurs. Quelques traits de ces métiers :
- flou de la prescription (injonctions très globales : développement économique, cohésion sociale…) ;
- flou des positions dans l’organisation ;
- flou des statuts d’emploi ;
- flou de l’identité et du métier… »

Télécharger le texte : « Les "métiers flous" de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux Quelques éléments comparatifs »

PDF - 34.2 ko
Bernard Bier
Les « métiers flous » de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux - Quelques éléments comparatifs

Partagez cet article :