Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les jeunes et la vie en société
La jeunesse, fabrique du futur
Mieux connaître les jeunes pour améliorer l’école
Adulte-ado, une question de relation

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Jeunes, racisme et construction identitaire
Information jeunesse et politiques locales de jeunesse
Orientation : remettre les jeunes au coeur du système d’information
Croiser les regards : un atout pour la réussite des élèves

> Europe, international
Nouvelle version du guide « Monter un échange de jeunes »
En France, la tyrannie du diplôme est forte et intériorisée
Séminaire “Jeunesse urbaine” 2007
Louise : volontaire en Turquie

> europe
L’UFCV accompagne les projets des jeunes
L’Europe de tous les possibles dans le réseau Information Jeunesse Ile-de-France
La mobilité européenne : une étape vers l’autonomie des jeunes en insertion ?
Devenir adulte : quatre modèles européens


Les jeunes dans une société vieillissante

un dossier réalisé par le Centre d’analyse stratégique
Mis en ligne le mercredi 30 mai 2007.

Extrait de l’éditorial de Sophie Boissard (Centre d’analyse straégique)

(...)

« Quelles sont les principales caractéristiques de la jeunesse aujourd’hui, ou plutôt des jeunesses puisqu’il existe des différences notables selon les pays ? Quels rapports les jeunes entretiennent-ils avec les générations qui les précèdent ? Comment caractériser et apprécier les politiques publiques menées en leur direction, qu’elles soient éducatives, familiales ou professionnelles ? En essayant de répondre à ces questions, notre objectif est double : contribuer à mettre en perspective la situation de la jeunesse française par rapport à ses homologues européennes ; faire connaître les solutions innovantes qui ont été expérimentées avec succès par nos partenaires et qui pourraient inspirer une nouvelle politique sociale en France.

Pour ouvrir le Dossier, Régis Bigot analyse l’évolution des valeurs des jeunes. Il montre que dans plus d’un cas sur deux, celles-ci sont significativement différentes de celles des adultes. Moins radicaux que la jeunesse des années 1970, les 18-24 ans se montrent aujourd’hui plus favorables à la mondialisation que leurs aînés. Ils se montrent également plus optimistes que les adultes vis-à-vis de l’évolution de leurs conditions de vie. Ils restent enfin « en avance » sur leur temps en matière de mœurs.

Trois articles consacrés respectivement au Danemark, à l’Italie et à l’Allemagne permettent, par comparaison, de mieux comprendre la situation de la jeunesse et les politiques publiques françaises.

Pour commencer, Cécile Van de Velde propose une analyse croisée des modes d’entrée dans la vie adulte au Danemark et en France. Elle souligne l’existence de deux modèles contrastés : si la configuration danoise favorise l’indépendance précoce et de longs parcours d’alternance entre études et expériences professionnelles, le système français induit quant à lui des trajectoires plus courtes et plus précoces dominées par l’enjeu du diplôme et la dépendance à l’égard de la famille.

De leur côté, Vincenzo Cicchelli et Maurizio Merico s’intéressent au passage tardif à la vie adulte des jeunes Italiens et aux transformations des relations intergénérationnelles. Ils insistent sur le maintien au domicile parental, qui s’explique moins par les difficultés d’insertion dans le marché du travail que par le rôle primordial joué par la « famille prolongée » (famiglia lunga) en l’absence de véritables politiques en direction de la jeunesse. En effet, l’État italien renvoie à la sphère domestique la prise en charge de problèmes qui sont du ressort, en France, de l’intervention publique.

Monika Salzbrunn, quant à elle, montre que les débats relatifs à la jeunesse sont, en Allemagne, marqués par deux enjeux majeurs : la faiblesse du taux de natalité qui renvoie à la nécessité de réviser en profondeur les politiques familiales, et le niveau élevé du taux de chômage, témoignant des limites du système d’apprentissage. Pour autant, les réformes proposées par le gouvernement suscitent de vifs débats, plongeant leurs racines dans l’histoire récente de l’Allemagne.

Prolongeant ces réflexions au niveau communautaire, une analyse du BEPA (Bureau des conseillers politiques de la Commission européenne) appelle à renforcer l’investissement social et économique dans la jeunesse. Elle fait le pari qu’une politique coordonnée au plan national et européen, fondée sur des échanges de bonnes pratiques, renforcerait la cohésion sociale et contribuerait au développement du capital humain, clés reconnues de la croissance et de la compétitivité.

Le débat qui suit, entre Louis Chauvel, André Masson et Philippe Viriot-Durandal, s’intéresse aux rapports intergénérationnels et aux liens nouveaux entre les différents âges de la vie. S’ils divergent sur le diagnostic, et notamment sur le risque d’un conflit intergénérationnel, ils se retrouvent en revanche pour considérer que la place faite aux jeunes est un indicateur fondamental du dynamisme d’une société et de ses capacités à préparer l’avenir.

Le Dossier se clôt sur une analyse de la structure par âge de la représentation nationale dans différents pays de l’Union. Comparant les élus français à ceux de quatre autres pays (Allemagne, Espagne, Suède, Slovénie), l’auteur montre que l’Assemblée nationale française n’est pas « mal composée » mais marquée par une structure par âges qui diffère à la fois de la population française et des autres chambres basses en Europe. »

Consulter le dossier "Les jeunes dans une société vieillissante" sur le site : stratégie.gouv :

http://www.strategie.gouv.fr/revue/article.php3 ?id_article=343

Merci à Isabelle Fievet (centre de documentation Injep)


Partagez cet article :