Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à réussir à l’école ?
Mettre en oeuvre une politique locale de jeunesse
Brest : présentation des postes de coordinateurs jeunesse
La diversité des politiques de jeunesse des conseils généraux

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> Agora et Débats jeunesse, Injep
Politiques locales de jeunesse
Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique
En France, la tyrannie du diplôme est forte et intériorisée
La junior association, un espace de politisation ?

> animation
"La laïcité à l’usage des éducateurs"
Les animateurs socioculturels et de loisirs : un groupe professionnel précaire
Le PAJ de St-Jean-d’Angély coordonne l’animation jeunesse dans la communauté de commune
Place des jeunes et nouvelles configurations territoriales

> emploi
La JOC consulte 31000 jeunes et propose 200 tables rondes
Les animateurs socioculturels et de loisirs : un groupe professionnel précaire
Les animateurs socioculturels
Val-de-Marne : Les jobs d’été en partenariat le mercredi 8 avril 2009 à Créteil


Les étudiants animateurs : un petit boulot vocationnel

Un article paru dans la revue Agora débats/jeunesse
Mis en ligne le mercredi 26 novembre 2008.

Un article de Vanessa Pinto [1]

L’exercice par certains étudiants d’un « petit boulot » dans l’animation résulte d’un ajustement entre, d’une part, les propriétés à la fois objectives et subjectives de cette population et, d’autre part, les caractéristiques et les exigences d’un secteur historiquement marqué par une pratique bénévole et des valeurs spécifiques.

Cet article, qui repose sur une enquête ethnographique, tente de montrer en quoi ces étudiants ont vocation à occuper occasionnellement cet emploi et à y être consi- dérés comme idéalement ajustés, alors même qu’ils n’envisagent pas d’y faire carrière.

extraits :

« Aujourd’hui, au sein du secteur de l’animation, trois groupes peuvent être distingués à partir des données disponibles, des travaux publiés et des discours indigènes

- Le premier groupe, que l’on pourrait qualifier de groupe des « militants », hérite de l’engagement bénévole qui a caractérisé l’éducation populaire. Sa figure idéale-typique en est l’instituteur de sexe masculin, né avant les années 1960, qui, pendant les vacances scolaires, encadre des colonies ou « centres de vacances et de loisirs » (CVL) à titre d’animateur ou de directeur et parfois des stages BAFA à titre de formateur ou de directeur.
- Le deuxième groupe, celui des animateurs « occasionnels », est représenté par des jeunes scolarisés, étudiants ou lycéens, qui voient dans l’animation une façon ajustée à leurs dispositions et à leurs attentes de gagner un revenu d’appoint et/ou de s’initier aux métiers de l’éducation ou du travail social auxquels ils se destinent. Très présents dans les CVL, ils le sont également dans les centres de loisirs sans hébergement (CLSH), les filles étant largement majoritaires au sein des centres maternels.
- Enfin, le troisième groupe, celui des animateurs « professionnels » (y compris précaires), est constitué d’individus plus ou moins jeunes dont l’activité principale et la carrière probable se situent dans le secteur de l’animation, principalement dans les CLSH. Essentiellement féminin, moins diplômé et d’origine plus populaire que la catégorie précédente, souvent issu des « quartiers », ce personnel parfois doté de diplômes professionnels a accédé à l’animation par la voie des politiques d’emploi mises en place à partir des années 1980 ou par celle des concours de la fonction publique territoriale.

Il est essentiel, pour comprendre l’ajustement d’étudiants au secteur de l’anima- tion, d’avoir à l’esprit l’existence de ces trois groupes : si certains étudiants semblent en tout point détenir le profil de l’emploi, c’est parce que cet emploi a été construit par des agents qui présentent des affinités de dispositions avec les leurs et qui semblent de ce fait reconnaître en eux – davantage qu’en certains professionnels – des héritiers légitimes, c’est-à-dire aptes à recevoir un héritage de normes et de pratiques, autre- ment dit les valeurs du métier. D’où la distinction, apparemment paradoxale, entre, d’un côté, la motivation, le désintéressement voire le professionnalisme des occa- sionnels et, de l’autre, la routine et les soucis de carrière attribués aux professionnels, ou, en d’autres termes, la distinction entre vocation et profession, où sont dissociés les deux versants de la notion de Beruf6. Distinction assez répandue qui renvoie à d’autres, comme celle qui oppose les colonies, lieux emblématiques et paradis perdus de l’animation, aux centres de loisirs, parfois assimilés à de simples garderies.  »

PDF - 389.8 ko
Les étudiants animateurs : un petit boulot vocationnel
par Vanessa Pinto

Sommaire du n°48 d’Agora débats-jeunesse :

Faire carrière dans l’animation socioculturelle ? Un dossier coordonné par Francis Lebon et Léa Lima

http://www.injep.fr/Faire-carriere-dans-l-animation.html

[1] Vanessa Pinto Doctorante en sociologie au Centre de sociologie européenne (CNRS/Paris-I/EHESS) et membre de l’équipe Enquêtes, terrains, théories du Centre Maurice-Halbwachs (ENS/EHESS/CNRS) Attachée temporaire d’enseignement et de recherche en sociologie à l’université Lille-III


Partagez cet article :