Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Six façons bien différentes de voir la jeunesse
Penser la jeunesse c’est aussi se penser soi, les autres et le monde
L’accès au premier emploi des jeunes repose souvent sur les réseaux
Quelle jeunesse en 2020 ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Les jeunes dans une société vieillissante
Quelles priorités pour le lycée professionnel ?
Journée de mobilisation contre l’échec scolaire
Les jeunes et la presse magazine

> Europe, international
Louise : volontaire en Turquie
"Jeunesse pour la démocratie"
A Niamey, des pairs-éducateurs informent les jeunes sur la santé sexuelle
Les jeunes dans une société vieillissante

> international
Mieux impliquer les jeunes dans des actions de solidarité internationale
Pas de quartier pour les inégalités
La société de la connaissance, une chance pour la cohésion sociale en Europe
Echange de bonnes pratiques entre acteurs du Progamme européen jeunesse


Les Jeunesses face à leur avenir : une enquête internationale

Mis en ligne le jeudi 3 janvier 2008.

Quelles sont aujourd’hui les aspirations de la jeunesse ? Quel regard porte-t-elle sur la famille, l’emploi, la société dans son ensemble ? Dans l’étude « Les Jeunesses face à leur avenir : une enquête internationale » – A. Stellinger (dir.), avec la collaboration de R. Wintrebert – la Fondation pour l’innovation politique poursuit sa réflexion sur les jeunes.

Elle s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 20 000 personnes dans 17 pays en Europe, en Asie et aux États-Unis. La méthodologie utilisée (passation du questionnaire par voie électronique) pose aussi les limites de l’exercice et de l’exploitation des données.

extrait :

« L’enquête Kairos Future-Fondation pour l’innovation politique permet d’analyser les valeurs des jeunes, mais aussi d’identifier leurs attentes à l’égard des pouvoirs publics. Ainsi, les auteurs de cet ouvrage mettent en évidence une triple demande exprimée par les jeunes.

- Une demande d’autonomie, d’abord, afin de rendre la transition vers l’âge adulte moins douloureuse et moins conflictuelle.
- Un désir de participation, ensuite, qui se traduit souvent par des nouvelles formes d’engagement dans la vie sociétale. Les jeunes demandent à être écoutés, valorisés, quels que soient les moyens par lesquels ils expriment leurs projets ou leurs frustrations.
- Un besoin d’équilibre entre les différentes sphères de la vie, enfin, dans la mesure où le travail, toujours essentiel pour les jeunes, prend un nouveau sens.

Le travail est désormais perçu comme une dimension d’un projet de vie plus large.

Loin d’être désengagée, la jeunesse adresse au contraire des messages forts au politique. C’est dans cette perspective que nous esquissons, dans notre conclusion, quatre impératifs – autonomie, participation, équilibre, projet commun – qui devraient guider toute action publique en faveur de la jeunesse. »

Télécharger l’Etude sur le site de la Fondation de l’innovation politique :

http://www.fondapol.org/politique-societe/publication/titre/les_jeunesses_face_a_leur_avenir_une_enquete_internationale.html

La méthodologie - extraits :

« Plus de 22 000 personnes ont été interrogées dans 17 pays (en Europe, en Asie et aux États-Unis) : 1 000 personnes de 16 à 29 ans ainsi que 300 personnes de 30 à 50 ans, pour chaque pays. Le premier panel est donc composé de 1 000 personnes nées entre 1977 et 1990 ; le second, de 300 personnes nées entre 1956 et 1976 : il constitue le panel de référence par rapport auquel les résultats des jeunes sont interprétés.

Les 17 pays retenus pour ce sondage sont l’Allemagne, le Danemark, la Chine, l’Espagne, l’Estonie, les États-Unis, la Finlande, la France, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Norvège, la Pologne, le Royaume-Uni, la Russie, la Suède et Taïwan. »

(...)

« Le questionnaire a été soumis par voie électronique. L’objectif était de constituer, pour chaque pays, des échantillons représentatifs de la population totale, que ce soit en termes d’âge, de genre ou de lieu d’habitation. Les avantages de ce type d’enquête sont connus : gain de temps, réduction des coûts, possibilité d’interroger des personnes géographiquement dispersées, possibilité pour celles-ci de répondre quand elles le souhaitent, à leur rythme, etc.

Une limite doit cependant être mentionnée : en Russie, en Chine et en Inde, le faible taux de pénétration d’Internet dans les zones rurales fait que l’échantillon retenu n’est pas exactement représentatif de la population totale, les classes moyennes habitant dans les grandes villes sont donc surreprésentées. De même, la tranche d’âge 16-19 ans est légèrement sous-représentée dans la mesure où elle a moins participé à l’enquête.  »

Lire le dossier réalisé par l’Express sur ce sujet :

http://www.fondapol.org/politique-societe/publication/titre/les_jeunesses_face_a_leur_avenir_une_enquete_internationale.html

Extrait :

« Dans les pays nordiques, les ministères de la Jeunesse sont puissants et bien organisés, souligne Patricia Loncle, de l’Ecole des hautes études en santé publique. Ils mènent des politiques cohérentes, très construites. En France, en revanche, il est difficile de savoir qui fait quoi et avec quels objectifs. Les jeunes relèvent simultanément du ministère des Affaires sociales, de celui des Finances ou encore de celui de la Santé. Avec, en toile de fond, le désengagement progressif de l’Etat, qui passe de plus en plus souvent la patate chaude aux collectivités locales. »


Partagez cet article :