Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Ouvrage

Le conseiller principal d’éducation

De la vie scolaire à la politique éducative
Mis en ligne le lundi 29 juin 2009.

Éducateurs à part entière, en charge d’une mission spécifique au sein de l’établissement scolaire, les conseillers principaux d’éducation exercent un métier original et mal connu. Placés au coeur des questions éducatives, ils sont pourtant des interlocuteurs appréciés de la direction de l’établissement, des personnels, des élèves, des parents et des partenaires de l’école...

Un ouvrage fait le point sur les spécificités de cette fonction essentielle et propose quelques pistes pour une politique éducative concertée au sein de l’établissement scolaire :

Interview de Jean-Paul Delahaye, auteur du livre, sur le site du Café pédagogique : "les CPE ont une expertise, une qualification en matière éducative qui est indispensable à tous"

Extrait :

« (...) Les missions exercées par les CPE français ne sont pas singulières et elles existent bien entendu dans les autres pays. Cependant elles ne sont pas centrées comme en France sur une seule et même personne, et c’est ce qui est en effet singulier chez nous, mais elles sont réparties sur différents personnels, notamment les enseignants.

Cette singularité française qui a conduit à la juxtaposition des fonctions d’enseignement et d’éducation est héritée de l’histoire de l’enseignement secondaire français (notamment le lycée napoléonien) qui a séparé transmission des savoirs et encadrement éducatif en confiant ces deux missions à des personnels différents. On peut le regretter (déjà le rapport Ribot de 1899 pointait le fait que « les professeurs sont trop spécialisés » ou encore que « notre organisation tout entière aboutit à l’émiettement des forces et favorise un individualisme jaloux et farouche »).

On peut aussi être plus positif et essayer de dépasser ces clivages. C’est ce que nous préconisons, en faisant en sorte que les personnels cessent de se partager formellement les tâches (au sens de se les répartir) mais travaillent beaucoup plus ensemble.  »


Partagez cet article :