Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Evaluer à l’heure des compétences
Un partenariat pour désamorcer l’échec chez les 10-18 ans
Ecole et famille : institutions rivales ou complémentaires ?
Organiser des activités périscolaires : des actions vers un projet partagé

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Les apprentis en 2009 : une insertion professionnelle plus difficile
Individuel/collectif en éducation : un faux débat ?
Jeunes, racisme et construction identitaire
Éduquer aux médias, éduquer les médias : pour un sursaut citoyen !

> école
Montpellier : Une école sans notes et sans reproches
Jeunes et engagement : ouvrir les frontières
Réussite éducative : Comment accompagner les parents dans la réussite de leurs enfants ?
L’accompagnement : quels enjeux ?

> éducation partagée
La centième lettre mensuelle de Prisme
Un contrat de réussite éducative expérimenté par le conseil général avec les collèges
Un nouveau modèle éducatif pour la société des savoirs
Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous »


Intervention

La réussite éducative, nouveau regard, nouveaux modes d’intervention ?

Mis en ligne le mercredi 20 juin 2007.

Bernard Bier, chargé d’études et de formation à à l’Injep, analyse l’approche individualisée promue dans le programme de réussite éducative, ainsi que les écueils et leviers du dispositif.

« La terminologie de la « réussite éducative » n’est pas vraiment nouvelle : des « contrats de réussite » existaient déjà dans le cadre de l’éducation prioritaire. Par ailleurs, ce dispositif s’inscrit dans une suite de dispositifs mobilisant des partenaires multiples (ZEP...), centrés de plus en plus sur l’enfant/le jeune (cf. la « veille éducative »), et nés à l’initiative d’autres institutions d’Etat que l’Education nationale (c’était déjà le cas de la « veille éducative », - et ce, au moment où l’Etat Education nationale met parallèlement en place les PPRE (Programme personnalisé de réussite éducative).

Son lancement a suscité des réactions contrastées : rejet idéologique ou (au nom) de principes pour les uns - le dispositif témoignerait de logiques accrues de contrôle social et d’individualisation de l’intervention éducative ; acceptation plus pragmatique pour d’autres qui y voyaient l’occasion de donner des réponses mieux ciblées aux besoins des enfants et jeunes ou des familles les plus fragilisés. Dans les faits, du poste d’observateur qui est le mien, je constate, certes ici ou là des dérapages inquiétants (par exemples dans les indices choisis ici ou là pour catégoriser les individus-cibles), mais aussi que nombre d’équipes se saisissent du dispositif et tentent de lui donner sens.

J’aborderai successivement les points suivants :
- comment le PRE (en rupture avec une tradition éducative) s’inscrit dans des évolutions « individualisantes » plus générales ;
- en quoi le contexte de son émergence rend le message parfois peu lisible, peut justifier certaines craintes et prêter à polémique
- quelles pourraient être, de manière plus constructive, les conditions pour “réussir la réussite éducative”.  »

- Télécharger l’intervention de Bernard BIER

PDF - 141.5 ko

- Version simplifiée sur le site "rôle resources 95" en duo avec Mathias PILLET maître de conférence en sociologie et membre du groupe de recherche sur la socialisation - CNRS/Université de Lyon qui propose une réflexion sur les effets de la dégradation des conditions d’existence d’une partie des familles en termes de scolarisation et socialisation, et sur la nature et les conséquences des relations mises en place par les institutions avec ces familles.

http://www.poleressources95.org/spip.php ?article480


Partagez cet article :