Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

T’as PIJ’é, T’as pas PIJé ? : le voyage, version complète
Un wiki pour parler d’Europe au BIJ-point cyb de Courbevoie
Cannes : présentation du bureau information jeunesse
Hauts de Seine : Guide départemental des aides aux projets jeunes

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> communal
"FMR", une radio faite par des jeunes
Information jeunesse et politiques locales de jeunesse
La signalétique du PIJ réalisée par des jeunes pour des jeunes
Le conseil des enfants de Savigny-le-Temple

> témoignages
L’acccompagnement à la scolarité en Ile-de-France
Témoignages : les jeunes, citoyens de leurs régions
La signalétique du PIJ réalisée par des jeunes pour des jeunes
L’expérience du Canard enchanté

> collège
Neujpro 2007 : vers quelle éducation partagée ?
Qui sont nos élèves aujourd’hui ?
Discipline et sanctions dans les établissements du secondaire
La qualité de vie au travail dans les lycées et les collèges

> ile-de-france, centre
Le collège Chevreul à L’Hay les Roses parmi les six collèges choisis pour une expérimentation nationale
Injep : Ingénierie des politiques de jeunesse
Echange de bonnes pratiques entre acteurs du Progamme européen jeunesse
Vers un engagement collectif pour le projet académique 2006-2010

> information des jeunes
Les canulars : de l’art ou du cochon ?
Logement des jeunes et insertion sociale
Printemps de l’info jeunesse à Bain de Bretagne
Internet et évolutions des pratiques d’information

> lycée
Le bac a 200 ans
Un portail d’informations pour les journalistes lycéens
Un an après les violences urbaines de l’automne 2005 : qu’en ont dit les journaux lycéens
Le bâtiment au coeur du projet pédagogique dans un lycée


Au Bureau information jeunesse d’Argenteuil

La politique du partenariat à petits pas

Mis en ligne le jeudi 19 mai 2005.
Miloud Aïssat, responsable du BIJ d’Argenteuil, a établi un partenariat avec deux lycées et deux collèges de la commune grâce aux journées de l’engagement. « C’est vrai qu’un travail de longue haleine est nécessaire pour devenir partenaire d’un établissement scolaire, mais il s’agit d’un bon partenariat », affirme Miloud Aïssat

L’opération « Envie d’agir ? » a donné à Miloud Aïssat l’opportunité d’accélérer sa démarche en direction des établissements scolaires : « Il est primordial pour nous de travailler en partenariat pour jouer pleinement notre rôle de relais. Nous avons besoin de l’école, qui est le lieu permettant d’entrer en contact avec le maximum de jeunes. » Deux lycées et deux collèges ont répondu favorablement à la proposition du BIJ d’organiser une journée d’information pour les élèves. « Depuis, nous sommes restés en contact. Comme ils nous font confiance, nous devrions logiquement susciter l’intérêt d’autres établissements scolaires cette année à l’occasion du Mois de l’engagement », précise-t-il. Pour parvenir à tisser un lien avec l’Éducation nationale, Miloud Aïssat a procédé par étapes : « Nous avons commencé par envoyer un courrier en janvier 2003 aux chefs d’établissements pour leur proposer de nous rencontrer. Obtenir un premier entretien est fondamental, car nous pouvons ainsi leur permettre de mieux appréhender nos intentions. Nous leur avons expliqué que le but de notre contact n’était pas seulement lié aux Journées de l’engagement, mais qu’il consistait plutôt à collaborer avec eux, afin qu’ensemble, nous répondions au mieux aux besoins exprimés par les jeunes. Cette première entrevue nous a permis de leur expliquer les missions du BIJ et l’apport que cela pouvait représenter pour leur établissement. Certains voyaient nos missions comme étant identiques à celles d’un CIO. » Une fois le premier contact établi, Miloud Aïssat conseille « d’être réactif », de répondre rapidement et efficacement aux sollicitations. Dans un premier temps, il s’agit surtout de faire ses preuves : « Il faut rester patient : il ne faut pas s’attendre à des retours immédiats. C’est un lien qui se tisse dans la durée. »

À l’issue des ces journées, et dans un délai très court, le BIJ d’Argenteuil a été sollicité autant par les CPE et les équipes enseignantes que par les proviseurs pour qu’il leur apporte une aide technique pour la mise en place de projets d’établissement (recherche de financements ou de partenaires spécifiques, organisation de journées thématiques...), des projets de jeunes (entretiens, information et documentation...), la tenue de permanences thématiques au sein des lycées (BAFA, vacances, loisirs, sports, jobs d’été...).

Pour nouer des liens avec les établissements scolaires, Miloud Aïssat précise qu’il faut surtout éviter « de faire la leçon » aux chefs d’établissements et d’arriver avec un discours ou un comportement du type : « Nous savons mieux nous y prendre que vous avec les jeunes. Nous allons vous apprendre à mieux agir avec eux. » Selon lui, il ne faut pas avoir peur d’essuyer des refus. Une réponse négative ne veut pas dire qu’ils ne sont pas intéressés, ils sont parfois simplement tenus par d’autres engagements. « C’est déjà bien que l’établissement connaisse l’existence du BIJ. Par expérience, je sais qu’ils sont en fait demandeurs, car les jeunes leur posent de plus en plus de questions auxquelles ils ne peuvent pas toujours répondre. Mais il faut laisser le temps à l’institution scolaire d’évoluer dans son rapport de confiance. »

Marie Pierre PERNETTE

article extrait de la publication "les cahiers de l’action" n°1 : "des ressources pour l’engagement et la participationd es jeunes".


Partagez cet article :