Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Reims : Place aux jeunes
Du Service civil volontaire au Service civique
La DRDJS et la CAF valorisent l’implication des enfants et des jeunes dans les projets
La prévention routière vue par des jeunes en milieu rural

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> rencontres
1er Festijeunes Ardéchois
Parcours de jeunes et territoires
Les jeunes, le sport et les pratiques : quels enjeux ?
Quel avenir pour les politiques éducatives territoriales ? 24 - 25 novembre à Brest

> Europe, international
Devenir adulte : quatre modèles européens
Villes éducatrices : l’expérience du projet de Barcelone
Momi Clic : utiliser Internet dans une démarche éducative partagée
Haïti mon amour

> grand Est
5e rencontre des élus en charge de la jeunesse et assemblée générale de l’Anacej
Les canulars : de l’art ou du cochon ?
Strasbourg : l’Europe et la presse écrite s’unissent pour rencontrer les jeunes
Ain : Un schéma départemental des actions éducatives

> participation
La participation locale des jeunes en Europe, enjeux et définition
Les jeunes acteurs de leur santé
Délégué Flash édition 2006
Un nouveau site pour l’Anacej


Strasbourg

La participation des jeunes résidant dans les quartiers d’habitat populaire

Une rencontre franco-allemande de réflexion et d’échange
Mis en ligne le mercredi 29 novembre 2006.

Compte rendu d’une rencontre franco-allemande qui oblige à ouvrir nos horizons trop nationaux et permet d’échanger à partir d’autres expériences et d’autres travaux.

Le vendredi 17 novembre à Strabourg, l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville (l’ ORIV), l’Evangelische Fachhochschule de Freibour (efh) [1] et le Freiburger Regionaler Arbeitskreis Gemeinwesenarbeit(FRAG) [2] ont organisé en partenariat une journée transfrontalière de réflexion et d’échange sur le thème : « la participation des jeunes résidant dans les quartiers d’habitat populaire, solution, fausse piste ou impasse ? »

la rencontre (plus de cent personnes) était accueillie au centre européen de la jeunesse et sa présentation par Nadine Lyamouri-Bajja a permis de mieux comprendre les ressources de cet organisme.

Deux thématiques de réflexion le matin avec des intervenants allemands et français : la première , « place des jeunes des quartiers d’habitat populaire et accès au débat public » avec Mazarkus Ottersbach pour l’Allemagne et Joëlle Bordet pour la France ont éclairé la situation des jeunes d’origine populaire et les enjeux de l’accès au débat public de ces catégories de jeunes trop souvent disqualifiées et considérées comme dangereuses .

difficultés et perspectives prometteuses des formes de participation

La seconde, « difficultés et perspectives prometteuses des formes de participation » avec Chantal de Linares pour la France et Günter Rausch ont mis en l’accent sur l’écart qui pouvait exister entre les représentations des adultes (élus, institutionnels, professionnels,enseignants ) persuadés qu’ils permettent une « participation » des jeunes et la réalité vécue par les jeunes, (sentiment de ne pas « participer », formes invisibles ou illégitimes de participation ) .

L’après-midi avec 3 ateliers « formes institutionnelles de participation, », « nouveaux médias, nouvelles formes de participation, » et « auto-organisation des jeunes » a rassemblé là encore des contributions allemandes et françaises avec des interventions soit d’experts ou de professionnels soit de jeunes regroupés en association et bien décidés (comme l’Association « pour la jeunesse constructive 68 » en auto-gestion, de Mulhouse pour ne prendre que cet exemple ) à faire valoir leur capacité à s’organiser et à intervenir sur l’espace local .

Les jeunes, une génération montante appelée à remplacer les décideurs d’aujourd’hui

Ce type de rencontre, qui oblige à ouvrir nos horizons trop nationaux, permet d’échanger à partir d’autres expérience, d’autres travaux. Cela nous ramène à une interrogation partagée, celle de l’obligation de considérer les jeunes non comme des fauteurs de troubles mais comme une génération montante appelée à remplacer les décideurs d’aujourd’hui. Ce qui est sans doute de plus en plus nécessaire si nous voulons construire une europe intergénérationnelle.

A noter l’excellente organisation et le travail si juste des traducteurs qui permettait à chacun de prendre sa place dans les débats et les réflexions.

Chantal de Linarès [3]

[1] université qui enseigne les métiers du social

[2] regroupement de professionnel

[3] Chargée d’études et de recherche à l’Injep


Partagez cet article :