Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Animation jeunesse et pratiques numériques
Accompagner les pratiques médiatiques et numériques des jeunes
Film court : Les jeunes, acteurs de la prévention
« Les jeunes, la société, les médias » : constats, questions, pistes »

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> Europe, international
Education à l’environnement : un guide franco-belge pour les enseignants et les animateurs
le Programme européen jeunesse illustré
Echo solidaire
La mobilité européenne : une étape vers l’autonomie des jeunes en insertion ?

> information des jeunes
Info jeunesse : des projets Europe soutenus par le conseil régional en Ile-de-France
Info jeunesse : la plus-value de l’humain aujourd’hui et demain
Un observatoire de l’information des jeunes expérimenté en Charente Maritime
63% des jeunes privilégient le conseil dans les lieux d’information qu’ils fréquentent

> TIC
Les jeunes français plus nombreux que la moyenne des jeunes européens à utiliser leur smartphone pour aller sur Internet
La France dans le groupe de tête en Europe
Carcassonne : Le lycée Jules-Fil, pionnier des réseaux sociaux sur Internet
La culture numérique des ados et l’école


Publication

La maitrise de l’information : enjeux et explications

Mis en ligne le dimanche 30 mars 2008.

Dans le cadre du Programme Information pour tous (PIPT, programme intergouvernemental dédié à la promotion de l’accès universel à l’information et à la connaissance), l’Unesco a édité une brochure intitulée « Introduction à la maîtrise de l’information, une explication », par par Forest Woody Horton, Jr.

Cette publication se veut une explication, en termes simples et sans jargon technique, de ce que l’on entend par « maîtrise de l’information », à l’intention des responsables des politiques publiques, des cadres d’entreprise, des administrateurs d’organisations de la société civile et autres professionnels très occupés.

Dans l’ouvrage, il est fait référence à la Proclamation d’Alexandrie, adoptée en novembre 2005 par le colloque de Haut-Niveau sur la maîtrise de l’information et l’apprentissage tout au long de la vie. Il y est défini la maîtrise de l’information comme un moyen de « permettre aux gens, sur tous les chemins de la vie, de chercher, d’évaluer, d’utiliser et de créer l’information pour des objectifs personnels, sociaux, professionnels et éducationnels ».

Dans ces conditions : cela signifie qu’à l’ère numérique, « la compréhension des technologies ne suffit pas. Ce que tout un chacun doit aussi faire, c’est apprendre à utiliser effectivement et efficacement ces technologies incroyablement diverses et puissantes pour rechercher, extraire, organiser, analyser et évaluer, puis utiliser à des fins concrètes de prise des décisions et de solution des problèmes.  »

Dans la préface l’auteur précise :

S’il ne devait vous rester en mémoire qu’un seul paragraphe de cette publication, il faudrait que ce soit celui-ci :

« Tout au long de la vie, plus on apprend et plus on connaît, mais surtout plus vite on maîtrise et adopte des capacités, habitudes et attitudes d’apprentissage efficaces – trouver comment, où, auprès de qui et quand rechercher et extraire l’information dont on a besoin mais qu’on n’a pas encore acquise – plus on maîtrise l’information.

L’aptitude à appliquer et à utiliser ces capacités, habitudes et attitudes permet de prendre des décisions judicieuses en temps opportun pour faire face aux difficultés qui peuvent survenir sur les plans personnel et familial comme sur les plans de la santé et du bien-être, de l’éducation, de l’emploi, de la citoyenneté et autres. »

L’ouvrage recense six domaines qu’il nomme :

« La grande famille des "maîtrises pour la survie" au XXIe siècle »

Il s’agit de :

1. la maîtrise fondamentale ou de base des pratiques (compétences) que sont la lecture, l’écriture, l’expression orale et le calcul ;

« Les maîtrises de base portant sur la lecture, l’écriture et le calcul constituent normalement une condition préalable, nécessaire mais non suffisante, pour acquérir la maîtrise de l’information. »

2. la maîtrise de l’informatique ;

Lauteur distingue : la maîtrise du matériel, la maîtrise du logiciel et des applications.

3. la maîtrise des médias ;

« Les principaux chercheurs dans ce domaine défi nissent souvent l’initiation aux médias par trois éléments : l’accès aux médias, la compréhension des médias et la création/l’expression à l’aide des médias (Buckingham 2005, Livingstone 2005).  »

4. l’enseignement à distance et le cyberapprentissage ;

« L’enseignement à distance ou le cyberapprentissage désignent les technologies de télécommunications utilisées pour permettre à des étudiants ou autres apprenants d’entrer en contact avec les enseignants et d’avoir accès aux devoirs et aux examens, et d’établir un dialogue avec d’autres élèves et instructeurs, sans jamais avoir à se rendre physiquement dans une salle de classe ou un campus. »

5. la maîtrise culturelle ;

« Par maîtrise culturelle, on entend la connaissance et la compréhension de la manière dont les traditions, les croyances, les symboles et les fi gures emblématiques, les célébrations et les moyens traditionnels de communication (l’oralité, par exemple) d’un pays, d’une religion, d’un groupe ethnique ou d’une tribu ont des effets sur la création, le stockage, le maniement, la communication, la préservation et l’archivage des données, des informations et des connaissances, au moyen des technologies. »

6. la maîtrise de l’information ;

L’auteur définit onze étapes du cycle d’acquisition de la maîtrise de l’information

Il estime que la maîtrise de l’information ne doit pas être considérée comme une réalité isolée, comme un obscur sujet technique que l’on pourrait apprendre puis oublier.

Cette maîtrise ne doit pas être considérée non plus comme une réalité ponctuelle, le dernier barreau d’une échelle de l’apprentissage que l’on atteindrait en grimpant cette échelle pour ensuite se reposer sur ses lauriers, satisfait d’avoir réalisé un objectif personnel.

Au contraire, il n’y a de « limite supérieure » à cette maîtrise, qui est en fait un continuum, qui s’apparente davantage à un périple que l’on entreprend pour la vie.

Consulter, télécharger la publication (112 pages)

http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001570/157020f.pdf


Partagez cet article :