Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Des évolutions sur la conception du métier d’enseignant ?
Impliquer les parents contre l’absentéisme scolaire
Fortes inégalités d’emploi entre régions pour les niveaux d’études les plus faibles
Rapprocher les familles populaires de l’école - Analyse sociologique d’un lieu commun

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Jeunes ruraux : travaux et références
Journée de mobilisation contre l’échec scolaire
« La téci » : Lieu de confinement pour une jeunesse en attente de socialisation
Programme réussite éducative : le coordonnateur, un nouveau métier ?

> insertion
Les 30 ans de la mission locale de Gennevilliers
Chiffres clés des missions locales PAIO et bilan d’activité
Les jeunes ruraux ont le sentiment que leurs « galères » n’intéressent personne
L’insertion des jeunes sans diplômes


La baisse des sorties sans qualification : un enjeu pour l’employabilité des jeunes

Mis en ligne le lundi 6 septembre 2010.

Selon une note de la DEPP [1] (Education nationale), les sorties sans qualification n’ont cessé de baisser au cours des trente dernières années. En 1975, un quart des élèves d’une même génération interrompait ses études au collège ou en première année de CAP ou de BEP. Trente ans plus tard, ils ne sont plus que 5 %.

Cette intéressante note permet notamment de revenir sur les termes de "sans qualification " et "sans diplôme".

Extraits :

Si les « sans diplôme » représentent, en 2008, 17% de l’ensemble de la population âgée de 20 à 24 ans, 60%d’entre eux sont « qualifiés » : un quart a atteint la dernière année de CAP ou de BEP et un autre quart une terminale générale, technologique ou professionnelle, 10% ont étudié jusqu’en classe de seconde ou de première générale ou technologique, et 40% sont « sans qualification » puisqu’ils ont arrêté leurs études au collège ou en première année de CAP ou de BEP.

Par ailleurs, les auteurs de cette note relèvent que « l’élévation du niveau d’étude déplace le curseur de la qualification professionnelle vers le haut  » :

« La situation des jeunes qui continuent à quitter l’école sans un niveau de qualification reconnu devient donc de plus en plus problématique. Ils sont beaucoup plus exposés qu’avant à des risques d’exclusion professionnelle lorsque l’on sait que les jeunes non diplômés du second cycle de l’enseignement secondaire sont ceux qui rencontrent les plus grandes difficultés pour trouver un emploi, même lorsqu’ils sont "qualifiés". »

Consulter, télécharger la note de la Depp

http://www.education.gouv.fr/cid53006/la-baisse-des-sorties-sans-qualification.html

[1] Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance


Partagez cet article :