Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Le collège Chevreul à L’Hay les Roses parmi les six collèges choisis pour une expérimentation nationale
Ecole et parents : un nouveau service de l’Onisep
La lutte contre le décrochage scolaire dans les lycées professionnels
703 millions d’euros pour les collèges de Seine Saint Denis

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Insertion des jeunes sortis sans diplômes : un besoin fondamental d’accompagnement
Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire
Actualités sur l’université
Isère : l’Information Jeunesse dans les politiques territoriales de la jeunesse

> insertion
Des disparités dans la mise en oeuvre du Fonds d’aide aux jeunes
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
Les jeunes ruraux ont le sentiment que leurs « galères » n’intéressent personne
Les TIC au service de l’insertion professionnelle des jeunes


L’insertion des jeunes sans diplômes

Extraits d’un colloque organisé par le CNDP à Nanterre les 16 et 17 octobre 2008
Mis en ligne le samedi 18 octobre 2008.

Michel Dollé, rapporteur général du rapport du CERC (conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale) "l’insertion des jeunes sans diplôme" est intervenu lors du colloque européen "les 16-18 ans en France et en Europe", dans le cadre d’un atelier intitulé "les inégalités éducatives".

L’intervenant a tout d’abord rappelé qu’en France, 16,5% des 25-29 ans n’avaient pas de diplôme de niveau secondaire en 2005. En comparaison la moyenne européenne est de 20,1%.

« Dans cette tranche d’âge, la France se situe, en 2005, au 13ème rang des pays de l’Union à 25 avec un pourcentage de 16,5.

Ces résultats sont proches de ceux de la Belgique, de l’Allemagne ou des Pays-Bas. Parmi les pays ayant les plus faibles taux de non-diplômés figurent, d’une part, les pays scandinaves (Finlande, Suède, Danemark) et plusieurs nouveaux membres (Slovénie : 6,7, Slovaquie, République Tchèque, Pologne) ainsi que l’Autriche.

À l’autre extrémité figure nombre de pays du sud de l’Europe, où la généralisation de l’enseignement a été plus tardive (Italie : 30,5, Espagne, Portugal, Malte : 54,9). »

Michel Dollé considère que si la France fait mieux que la moyenne européenne, il n’y a pas de croissance sans amélioration de la formation. Il considère que les inégalités éducatives sont fonction du niveau de vie de la famille et ces inégalités sont perceptibles dès le début de la scolarisation.

« L’urgence est donc d’abord de lutter contre l’échec au cours de la formation initiale. Mais il est maintenant bien connu qu’il se joue dès l’entrée à l’école, voire auparavant ; il ne fait que s’amplifier en cours de scolarité.

Il est également bien connu qu’il résulte d’une interférence entre les origines sociales et culturelles des familles et notamment les situations de pauvreté et le fonctionnement du système scolaire.

Il s’agit donc de réinventer l’ensemble du cursus éducatif, notamment en revalorisant l’enseignement professionnel (dont l’apprentissage) mettant en valeur d’autres compétences que celles, verbo-conceptuelles, privilégiées dans l’enseignement général. »

JPEG - 33.4 ko
Enseignants, travailleurs sociaux, étudiants ... étaient présents lors du colloque organisé par le CNDP à Nanterre.

En conclusion de son intervention, Michel Dollé a notamment estimé que :

- Nous ne savons pas suivre les élèves en difficultés,
- Il y a une rupture entre l’école primaire et le collège (les codes ne sont pas connus de tous et il y a rupture pour ceux qui ne connaissent pas)
- Concernant la Mission générale d’insertion (MGI) : « L’objectif donné à l’institution apparaît être davantage la reprise de scolarité que le fait que cette reprise conduise à une sortie avec diplôme. Ainsi, il est surprenant que le bilan de la MGI ne comporte pas d’indicateurs sur le devenir final des élèves. »

- Lire, télécharger le rapport du CERC sur "l’insertion des jeunes sans diplôme" :

http://www.cerc.gouv.fr/rapports/rapport9/rapport9cerc.pdf

Ont également participé à la table ronde sur le thème : "les inégalités éducatives" :

- Alexandra Felder, sociologue, chargée de recherche à la Haute école de travail social de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO), Genève

- Carla Nagels, docteur en criminologie, Université Libre de Bruxelles, Françoise Lorcerie, sociologue.

Ressources proposées dans le cadre du colloque

 : http://colloque16-18.cndp.fr/index.php ?rub=9

Portrait de Kevin, 14 ans, élève en classe relais qui parle de sa prof d’arts plastique "qui s’intéresse à nous" mais aussi de ses peurs quand il voit les grands dans le Hall des immeubles...

A lire aussi sur le site du café pédagogique un compte rendu des deux journées :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/10/201008_colloqueCNDP.aspx

Extrait : « "On a dans la société un rapport quasi religieux à l’école", conclut François Dubet, qui recommande de devenir laïc et de se contenter d’avoir une bonne école, qui permette à une majorité de jeunes de tirer bénéfice de cette période de formation. »

Le numéro 154 de Diversité, septembre 2008,

Elaboré en appui au colloque, il comporte de nombreux articles écrits par les intervenants :

Ces articles sont également en ligne sur le site du CNDP :

http://www.cndp.fr/vei/default.asp ?page=/revueVEI/som154.htm

- Entretien avec Ján Figel’ Commissaire européen en charge de l’Éducation, de la Formation, de la Culture et de la Jeunesse

- Échec scolaire : quelles solutions entre 16 et 18 ans ? État des lieux Brigitte Larguèze, Catherine Mathey-Pierre

- Le décrochage scolaire : une question sociale et institutionnelle, Dominique Glasman

- Comment on oriente les élèves : des jugements professoraux aux négociations familiales, Séverine Chauvel

- Points de vue d’Europe
- Espagne : Jeunes sans diplôme : jeunes sans qualification ? Maribel García Gracia

etc.


Partagez cet article :