Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’insertion des jeunes sans diplômes
Les 10 ans du programme Pourquoi pas moi de l’Essec
Compétences, évaluation et systèmes éducatifs
3e journée du refus de l’échec scolaire : quelle évaluation et quelle Ecole ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Les jeunes Bretons, l’information et Internet
Politiques de jeunesse : six idéaux-types
La jeunesse dans la crise du CPE un an avant l’élection présidentielle de 2007
La participation des jeunes dans le contexte européen

> livres, supports pédagogiques
Délégué Flash édition 2006
La place des jeunes dans une société rurale profondément transformée
Les métiers du sport présentés par l’Onisep
Bac STMG, quelles poursuites d’études ?

> école
Education partagée : l’orientation
" Il n’y a pas que la réussite scolaire ! "
Parcours et rencontres au salon de l’éducation 2009
L’école ne doit pas s’ériger en forteresse.

> jeunes en difficulté
Un partenariat pour désamorcer l’échec chez les 10-18 ans
Des jeunes en situation d’insertion prennent la parole
Des disparités dans la mise en oeuvre du Fonds d’aide aux jeunes
Paradoxes autour de la participation


L’élève extraordinaire dans l’école ordinaire : difficultés des élèves ou difficultés de l’école ?

Mis en ligne le mardi 15 janvier 2008.

Au sommaire d’un dossier des "cahiers pédagogiques" réalisé sur le thème : "L’école à l’épreuve du handicap".

Un article de Jean-Michel Wavelet

« Si certains élèves échouent parce que leurs « représentations » du savoir ou de la tâche font obstacle à l’apprentissage, les enseignants eux-mêmes ne sont exempts d’idées fausses sur les « élèves difficiles ». L’auteur propose ici un panorama des analyses et des pistes qui permettent à l’école de rompre avec les conduites de blocage dès que « ça ne va pas », et de prendre à bras le corps l’hétérogénéité des élèves.

Une école qui classe ses élèves, élimine les plus faibles et favorise les plus avantagés n’a pas le souci de l’exception. Elle tire les conséquences de la courbe de Gauss et attribue les échecs à un étiquetage préétabli des élèves en écart dont elle s’efforce de figer à jamais le destin. Rien de tel dans notre école républicaine dont le mot d’ordre est désormais très clair : tous les élèves doivent réussir. Certains esprits chagrins s’en offusqueront et s’interrogeront sur le réalisme de cet objectif généreux qu’ils qualifieront d’idéaliste. »

En ligne sur le site des Cahiers pédagogiques :

http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3 ?id_article=3480

Sommaire du numéro de janvier 2008 des "cahiers pédagogiques" :

http://www.cahiers-pedagogiques.com/numero.php3 ?id_article=3497


Partagez cet article :