Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Certificat de formation à la gestion associative : l’arrêté publié
La junior association, un espace de politisation ?
Quand les jeunes s’engagent
Pas de quartier pour les inégalités

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Charente Maritime : quelles perspectives pour l’information jeunesse ?
L’âge de l’Assemblée (1946-2007)
Internet : évolutions chez les jeunes et inégalités dans les usages
Bretagne et Pays de la Loire : une recherche-action sur les politiques de jeunesse

> association
Un nouveau président pour l’Anacej
Au lycée, au collège et dans la cité
Comment les réseaux sociaux transforment l’action associative ?
Charente-Maritime : un outil pour valoriser la fonction éducative et sociale de l’action associative

> engagement
Finistère : Kaléidoscope 2012 c’est parti !
« Jeunesse en action » entre dans les manuels scolaires
Des jeunes haut-normands à découvrir
Pierrick veut trouver une autre manière de faire du commerce

> international
Jeunes citoyens du monde
Info jeunesse : des projets Europe soutenus par le conseil régional en Ile-de-France
Pas de quartier pour les inégalités
L’OCDE plaide pour des systèmes éducatifs plus égaux et plus inclusifs


Intervention

L’éducation populaire présentée à des jeunes du Service civil volontaire

Mis en ligne le vendredi 7 mars 2008.

Lors d’un séminaire de formation organisé par l’Afev [1] regroupant des jeunes volontaires du Service civil volontaire à l’Injep le 19 février 2008, Jean-Claude Richez [2] est intervenu sur le thème de l’éducation populaire. Dans ce cadre, le responsable de l’Unité recherche études formation de l’Injep à précisé que l’éducation populaire n’était pas une exception française.

On retrouve dans plusieurs pays le terme même d’éducation populaire ou des pratiques qui peuvent être désignées sous d’autres appellations, mais recouvrant la même démarche.

En France, l’éducation populaire repose sur la combinaison de trois principes :

- accès du plus grand nombre aux savoirs et à la culture,
- accès considéré comme inséparable de l’exercice de la citoyenneté et enfin
- développement en dehors du cadre scolaire dans un cadre d’éducation non formelle.

Selon les pays, on mettra plus ou moins l’accent sur tel ou tel de ces principes conférant à l’éducation populaire des tonalités politiques différentes selon que l’on insiste plus ou moins sur l’un ou l’autre des termes, avec tous les degrés de variation possibles, de la transformation sociale au maintien d’un certain ordre social.

(...)

« L’éducation populaire est donc aujourd’hui un véritable mouvement international touchant tous les continents (...). Même si les options restent diverses, on y retrouve les mêmes fondamentaux que dans notre pays dans des déclinaisons diverses selon les traditions historiques et culturelles et des contextes géopolitiques propres à chacun.  »

Cette intervention s’est appuyée sur un texte extrait de "villes éducatrices et éducation populaire" (Jean-Claude Richez), collection colloques et séminaire (septembre 2006).

Télécharger le texte de Jean-Claude Richez :

PDF - 99.5 ko
De quelques définitions internationales de l’éducation populaire

Gérard Contremoulin (militant de l’éducation populaire, fonctionnaire jeunesse et sports, responsable syndical) a titré son intervention : "l’éducation populaire dans tous ses états"

Il estime que :

"L’Education populaire est un pari pour la connaissance, un défi à l’Éducation, un défi à la démocratie directe."

extraits :

« Parler d’éducation populaire, c’est souvent prendre le risque d’une parfaite incompréhension. On est, tour à tour, "ringard", doux rêveur ou idéaliste. Le contraire absolu du "politiquement correct".

Le propos n’est évidemment pas de cette nature puisque nous allons évoquer l’engagement de l’Homme pour une Société à sa mesure, solidaire, juste, participative, qui vise à son Bonheur.

Un propos politique certes, mais comme l’entendait Jean MACE, fondateur de la Ligue de l’Enseignement :

"Oui, la Ligue poursuit un but essentiellement politique, mais elle ne s’occupe ni de politique, ni de religion, elle ne s’occupe que de l’éducation au suffrage universel, non pour faire des élections, mais des électeurs, non pas pour faire des candidats, mais des citoyens".

C’est pourquoi, traiter de ce sujet reste toujours un exercice d’une grande responsabilité car il expose les raisons profondes de l’engagement humain dans la Cité. »

(...)

Télécharger l’intervention de Gérard Contremoulin et ses annexes :

PDF - 478.2 ko
L’éducation populaire dans tous ses états

A lire aussi :

sur le site animafac :

- Le service civil volontaire menacé

Outil d’engagement citoyen pour les jeunes, nouveau souffle pour les associations... Le service civil volontaire permet aux 16-25 ans d’effectuer des missions associatives d’intérêt général, moyennant une indemnité financée par l’État. Un dispositif en sursis après seulement un an et demi d’existence. Financements réduits, recrutements suspendus...

Le point sur les menaces qui pèsent sur le service civil, et témoignages de jeunes et d’associatifs dont le message est clair : le volontariat ne doit pas mourir.

http://www.animafac.net/article.php3 ?id_article=2256

[1] Association de la fondation étudiante pour la ville

[2] Historien, responsable de l’unité recherche, études, formation de l’Injep


Partagez cet article :