Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Une pédagogie contre le racisme et l’antisémitisme
La peur des jeunes : des apports de l’histoire et de la sociologie
Etre jeune dans la Nièvre
Hommes, femmes, sortir des stéréotypes

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> colloques, séminaires
Concilier laïcité et diversité culturelle : quels enjeux d’éducation et de société ?
L’accompagnement à la scolarité dans le cadre des programmes de réussite éducative
Lycéens décrocheurs, raccrocheurs d’école
Les jeunes acteurs de leur santé

> adolescents
« Ados et société, nouveaux échanges, nouveaux comportements ? ».
Regards croisés entre grands-parents et adolescents
Les colos : le point de vue des jeunes et des animateurs
Numérique : Les pratiques s’invitent au milieu d’autres activités


L’adolescence dans tous ses états …

Compte-rendu d’un colloque
Mis en ligne le samedi 25 octobre 2008.

Le collège international de l’adolescence, (CILA), le Laboratoire de psychologie clinique et de Psychopathologie clinique de l’université de Paris-Descartes , l’ERA, (CEPP de Paris-Descartes ), la revue Adolescence [1] courriel : espritemp@aol.com proposait une réflexion ouverte sur l’adolescence puisque le colloque s’intitulait « l’adolescence dans tous ses états) .

Compte rendu par Chantal de Linares

Le comité scientifique avec Ph.Gutton, Ph. Jeammet, F.Marty, F.Richard était très présent au cours de ce colloque puisque ces psychanalystes ainsi que certains de leurs collègues étaient les discutants des conférenciers .

L’intérêt de ce colloque était que la psychologie, la psychanalyse dont on connaît l’antériorité et la suprématie dans les travaux sur l’adolescence, ont laissé au cours de cette journée la part belle à d’autres disciplines pour lesquelles l’adolescence n’est pas toujours un objet de recherche vraiment constitué.

Ainsi la psychanalyse s’est–elle confrontée à l’anthropologie avec Marc Augé qui a obligé à décentrer la réflexion en rendant compte de l’extraordinaire complexité de l’organisation des classes d’âge en Afrique, organisation étroitement liée au système de la famille et de la filiation.

L’anthropologue n’ a pas de conception de l’adolescence mais du passage, si passage il y a, à un état particulier , celui d’une plus grande maitrise à interpréter le monde dans les termes de l’organisation sociale (lignage, sorcellerie etc.. ).

François de Singly a montré comment la sociologie s’est emparé de la question de l’adolescence alors que la massification scolaire en donnant aux jeunes la possibilité de se construire « leur monde » coupé de celui de adultes inventaient aussi leurs normes et valeurs .

Il a de fait montré comment les questions de socialisation sont centrales dans la réflexion, le projet d’éducation morale et civique de Durkheim étant lié à des problématiques du 19° siècle alors qu’aujourd’hui, il devient nécessaire de comprendre le modes de socialisation des adolescents moins marqués par les familles et sans doute plus par la société de consommation.

En écho, les psychanalystes ont souligné à quel point la clinique des ados a changé « nous n’avons plus les mêmes adolescents » dira l’un d’entre eux .

JP Goudailler en présentant ses travaux sur le langage des cités a souligné l’importance de cette socialisation quand du sens naît d’une pratique langagière de la part de populations dominées qui crée, détourne, travaille la langue commune jusqu’à en faire une langue d’opposition.

La fin de la journée consacrée à un débat avec psychiatre, cliniciens, épidémiologistes, médecins travaillant avec la neuro-imagerie a précédé le projet d’une rencontre à venir, plus importante, pour travailler sur les « butées », comme a dit joliment F. Marty, de disciplines connexes mais dont les supports épistémologiques et les résultats méritent d’être confrontés .

Cette journée a permis aux psychanalystes organisateurs de scander les débats de l’apport de leur discipline et de leur pratique, mais l’ouverture scientifique réelle constituée par des conférences étoffées (enfin un colloque qui a "pris le temps" et n’a pas obligé des intervenants à se succéder dans un rythme trop étouffant !) est un exemple à suivre .

L’adolescence enfin objet de recherche multidisciplinaire …. Certaines des conférences seront publiées dans la revue "adolescence" à suivre …

[1] La revue Adolescence est éditée par l’Esprit du temps Boite postale 107, 33491 Le Bouscat Cedex


Partagez cet article :