Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les jeunes dans une société vieillissante
Les chiffres clés de la jeunesse
Jeunesse en banlieue
Martin Hirsch au Sénat et dans le Finistère

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> école
"La laïcité à l’usage des éducateurs"
Construire un projet éditorial en ligne : une éducation critique à Internet
Vers un engagement collectif pour le projet académique 2006-2010
Bilan de la troisième Journée du Refus de Échec Scolaire organisée le 22 septembre 2010

> emploi
Val-de-Marne : Opération jobs d’été 94
Profils du décrochage étudiant à l’université
Les animateurs socioculturels
Jobs d’été 94 : une action menée en partenariat au service des jeunes

> insertion
Contribuer à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en Afrique de l’Ouest
La mobilité européenne : une étape vers l’autonomie des jeunes en insertion ?
Le festival de Cannes vu par des jeunes des missions locales
Les jeunes ruraux ont le sentiment que leurs « galères » n’intéressent personne


Enquête Céreq "génération 2004"

L’accès au premier emploi des jeunes repose souvent sur les réseaux

Mis en ligne le samedi 23 février 2008.

Au printemps 2007, dans le cadre des enquêtes « Génération », le Céreq a interrogé, un échantillon de 65 000 jeunes de tous niveaux de formation parmi les quelque 700 000 sortis du système éducatif en 2004. Les résultats de cette toute dernière enquête sont comparés aux données des précédentes et apportent ainsi un éclairage sur l’évolution, au fil des générations, des premiers pas dans la vie active des jeunes.

Leurs études terminées, les jeunes ont souvent bénéficié de réseaux et de liens préexistants pour trouver leur premier employeur. Trois sur dix avaient en effet déjà travaillé chez ce dernier avant la fin de leurs études, en tant que stagiaires pour plus de la moitié. Cela confirme le fait que stages et travail en cours d’études constituent des atouts pour l’insertion.

Toutefois l’accès à cette première expérience professionnelle passe souvent par des relations personnelles. Dans la moitié des cas, les jeunes connaissaient quelqu’un dans l’entreprise. Le rôle des réseaux sociaux est donc important avant même la fin de formation initiale, et le reste par la suite.

Lorsqu’ils n’avaient pas déjà travaillé dans l’entreprise où ils ont trouvé leur premier emploi, 39 % des jeunes y connaissaient néanmoins une ou plusieurs personnes. Dans les trois quart de ces cas, il ne s’agissait pas de relations professionnelles mais des amis ou de la famille...

Autres enseignements de l’enquête :

- Des difficultés accrues pour une partie des jeunes issus de l’immigration depuis 2001

L’insertion des jeunes issus de l’immigration reste très contrastée selon leur origine. Ceux dont les deux parents sont natifs d’Europe du Sud connaissent des conditions d’insertion légèrement plus favorables que celles des jeunes dont les deux parents sont nés en France.

En revanche, ceux issus de l’immigration maghrébine, turque ou subsaharienne restent largement pénalisés dans l’accès à l’emploi du fait de leur faible niveau de formation, mais aussi de discriminations sur le marché du travail.

La détérioration de la conjoncture depuis 2001 s’est traduite pour eux par une très forte hausse du chômage entre la Génération 1998 et la Génération 2004. Pour autant, lorsqu’ils ont un emploi, à niveau de diplôme équivalent, ces jeunes issus de l’immigration ont des salaires voisins des jeunes dont les parents sont nés en France.

- L’absence de diplôme reste une lourde pénalité : Sur le marché du travail, les avantages liés au niveau de diplôme demeurent. Les jeunes sans diplôme pâtissent non seulement du taux de chômage le plus élevé ( 32 % à trois ans de vie active ) mais aussi de temps partiels subis ( 13% des emplois ) et de statuts souvent précaires ( 51 % d’emplois à durée déterminée ).

- Les Cap-Bep protègent moins contre le chômage :

L’enquête révèle un accroissement des difficultés d’insertion pour les titulaires d’un CAP-BEP dont le chômage à trois ans a même progressé entre les générations 2001 et 2004 pour atteindre 17 %.

Sont concernés au premier chef les titulaires d’un CAP ou BEP tertiaire, dont le taux de chômage a progressé de 4 points, pour atteindre 22 % au sein de la Génération 2004. Les titulaires d’un CAP ou BEP industriel, dont l’insertion s’était dégradée entre les Générations 1998 et 2001, voient leur taux de chômage légèrement diminuer avec la Génération 2004.

Après trois ans de vie active, il est de 15 %, mais ce chiffre masque de fortes disparités entre les jeunes ayant choisi de passer leur diplôme par apprentissage et ceux ayant opté pour la voie scolaire dont le taux de chômage est de 20 %.

- Les études les plus longues ne trouvent pas toujours un débouché immédiat

A l’issue de l’enseignement supérieur, les études les plus longues ne sont pas toujours un gage d’accès rapide à l’emploi, même si elles procurent à terme des salaires en moyenne plus élevés.

Alors que les « bac +2 » continuent à être relativement épargnés par le chômage long, une partie des docteurs connaissent, depuis la génération 2001, des difficultés d’accès à l’emploi plus marquées qu’auparavant.

- Entre hommes et femmes, les disparités demeurent

Bien que plus diplômées que les hommes, les jeunes femmes de la génération 2004 restent désavantagées sur le marché du travail. Lorsqu’elles sortent d’une formation secondaire, elles sont nettement plus exposées au chômage et au sous emploi que leurs homologues masculins.

Par ailleurs, à niveau de diplôme équivalent, leur rémunération est nettement plus faible que celle des hommes, y compris lorsqu’elles sont diplômées de l’enseignement supérieur.

Source : service de presse Céreq

http://www.cereq.fr/index.htm


Partagez cet article :

  • Bonjour

    J’ai lu votre article et je l’ai trouvé interessant , on est souvent les victimes de la realité qui nous frappe en plein figure je site mon cas personnelle, je suis en france depuis plus de deux ans je suis venue de l’Algérie avec un diplome en poche ( Bac+4, licence en sciences économiques) et jusqu’a maintenant pas de travail méme un petit job parceque si je postule pour un emploi dans me domaine je ne suis pas accepter et si je postule pour les petit boulot c’est pas accepter aussi, hors que je maitrise parfaitement la langue mais bon le hic reste l’origine du diplome a mon avis eh oui c’est la vie et on assume

    Répondre à ce message