Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

A Montbazon, le PIJ structure la politique de jeunesse de la communauté de commune
En 90 secondes les enjeux du scrutin du 25 mai 2014
Un partenariat entre le conseil régional et le réseau information jeunesse
Un guide "anti galère" pour les jeunes du Val d’Oise

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> témoignages
A Niamey, des pairs-éducateurs informent les jeunes sur la santé sexuelle
« DÉFI jeunes » souhaite s’ouvrir à tous les publics
Rendre plus facilement accessible l’information sur la mobilité européenne pour les jeunes
La signalétique du PIJ réalisée par des jeunes pour des jeunes

> ouvrages
Les mutations de l’école. Le regard des sociologues
Une pédagogie contre le racisme et l’antisémitisme
Portrait social d’une jeunesse en mutation
Les jeunes, les valeurs de la démocratie et l’école

> collectivités territoriales
Bourgogne : Des kiosques dans les lycées pour une éducation à la citoyenneté
Regards sur les Contrats éducatifs locaux
Du 3 au 18 novembre, le Finistère prend un coup de jeune
La jeunesse : une chance et un atout pour Brest

> ile-de-france, centre
Avoir moins de 18 ans et créer une association
« Expresso » : Troisième édition du festival national de la Presse Jeunes
« Halte aux discriminations ! les connaître pour les combattre »
Volontariat, service civil volontaire et engagement associatif : mode d’emploi !

> information des jeunes
Un guide de l’information jeunesse : "pour aider les jeunes à construire leur avenir"
La signalétique du point information jeunesse réalisée par des jeunes
Alsace : pratiques d’information des jeunes
Un espace jeunes centré sur la participation


Bois-Colombes, Etampes, Issy-les-Moulineaux

L’Information jeunesse : un maillon essentiel dans la construction d’un projet

Des professionnels témoignent
Mis en ligne le mardi 17 janvier 2006.

Un article [1] paru dans l’ouvrage "quand les jeunes s’engagent : entre expérimentations et constructions identitaires" [2]qui rassemble certaines contributions présentées lors de l’université d’été du ministère de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la recherche intitulée "comprendre, accompagner et favoriser l’engagement des jeunes" proposée dans le cadre du programme ministériel "Envie d’agir" à l’Injep en août 2003.

L’un des arguments souvent invoqués pour comprendre l’absence d’engagement des jeunes est celui de leur difficulté à recueillir de l’information pour se repérer dans leur environnement et connaître les réseaux, les interlocuteurs et les démarches nécessaires. On voit donc que le rôle de l’information est essentiel, non pas l’information en tant que telle, même si elle est indispensable, mais surtout l’appropriation de cette information par les jeunes qui vont lui donner un sens et une finalité afin de la rendre opératoire. Informare en latin signifie « donner une forme » et, au fond, on peut dire que les jeunes en s’appropriant l’information vont lui donner une forme. L’information suppose alors un rapport interactif entre les porteurs de cette information et les jeunes, pour permettre ce passage, cette transformation de l’information brute en une ressource personnelle qui les aidera à élaborer un projet personnel.

L’information des jeunes relève des politiques de jeunesse, qu’il s’agisse des politiques scolaire ou universitaire, des politiques d’insertion et de formation et des politiques plus généralistes. Trois types d’organismes peuvent, à des niveaux différents, aider les jeunes à concevoir, formaliser ou réaliser un projet d’action : ceux qui se consacrent à l’accueil, l’information et l’orientation, ceux qui apportent du conseil, de l’expertise et de l’accompagnement technique, et enfin ceux qui financent [3].

Nous porterons notre attention sur les premiers qui s’inscrivent de manière complémentaire dans les politiques de l’État et dans celles des collectivités territoriales. Ces organismes représentent en effet un maillon essentiel dans la construction d’un projet. Ils interviennent dès le début d’un processus qui va engager des interlocuteurs, le jeune étant à l’initiative à travers sa demande, l’informateur portant la responsabilité de le favoriser. Ces organismes centrés sur l’accueil, l’information et l’orientation mettent à la disposition des jeunes les premières ressources et interviennent au moment où le projet n’est encore qu’à l’état d’intention. Dans ces structures, les jeunes peuvent trouver une documentation professionnelle et actualisée, d’accès le plus souvent gratuit, des personnels capables d’écouter, de dialoguer, de diagnostiquer et de reformuler une demande, voire de les orienter vers d’autres structures plus spécialisées en fonction des besoins recensés.

Parmi ces structures figurent notamment le réseau des centres d’information et d’orientation (CIO) [4], le réseau des missions locales et des permanences d’accueil, d’information et d’orientation (PAIO) [5], et enfin le Réseau information jeunesse [6]. Le public de ce dernier réseau ne correspond pas à une catégorie spécifique comme « les scolaires » ou « les jeunes en difficulté ». Il a vocation à produire et à diffuser une information générale à destination de tous les jeunes. C’est le travail de ce réseau qui a été au centre des travaux de l’atelier.

Télécharger l’ensemble de l’article en format pdf

PDF - 1.4 Mo
l’Information jeunesse...
article paru dans l’ouvrage "quand les jeunes s’engagent..."

Télécharger la table des matières de l’ouvrage : "quand les jeunes s’engagent..."

PDF - 226.2 ko
Quand les jeunes s’engagent...
Table des matières

[1] Ce texte rend compte des travaux d’un atelier animé par Gérard Marquié (chargé d’études et de formation à l’Injep)qui réunissait les intervenants suivants : Bruno Jarry, directeur du CLAVIM d’Issy-les-Moulineaux, Christian Bastardie, informateur jeunesse au bureau information jeunesse de Bois-Colombes, membre du Conseil national de l’information jeunesse et Laetitia Casali, directrice du bureau information jeunesse d’Étampes.

[2] édité sous la direction de Valérie Becquet et Chantal de Linarès

[3] Documents accompagnant la formation des « référents jeunes » du programme « Envie d’agir » réalisé par la Direction de la jeunesse et de la vie associative (ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche) en 2003.

[4] Services publics dépendant du ministère de l’Éducation nationale, les centres d’information et d’orientation sont des lieux d’accueil, de documentation et d’information pour les jeunes scolarisés et leur famille. Leurs services sont gratuits.

[5] À la fois structures d’accueil et relais d’information, les missions locales et les permanences d’accueil, d’information et d’orientation conseillent et orientent les jeunes de 16 à 25 ans, dans leur parcours professionnel mais aussi dans leur vie quotidienne. Elles s’adressent en priorité aux jeunes qui rencontrent des difficultés importantes d’insertion et qui, le plus souvent, ont quitté l’école sans qualification.

[6] Le réseau information jeunesse regroupe 1600 structures : le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ), tête de réseau, créé en 1969, à l’initiative du ministère de la Jeunesse et des Sports, les centres régionaux et départementaux information jeunesse (CRIJ, CIJ) et les points et bureaux information jeunesse (PIJ, BIJ) dont le développement s’est fait plus particulièrement dans le cadre du programme ministériel « 1000 points J » en 1992.


Partagez cet article :