Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur
Quelles politiques publiques pour résorber les inégalités numériques ?
Sécuriser les parcours des apprentis : l’apport des missions locales
Jeunes sortis de de l’enseignement professionnel trois ans plus tôt

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Accompagnement éducatif : inventer de nouvelles pratiques au sein de l’école
Quelles politiques d’accompagnement des parents pour le bien-être de leurs enfants ?
Actualités de la recherche sociologique sur les questions de jeunesse
L’information des jeunes en Charente Maritime : résultats d’une observation

> grand Sud-Est
Filles et garçons dans les quartiers : comprendre les mécanismes relationnels pour favoriser l’égalité
Adulte-ado, une question de relation
Education partagée : l’orientation
Quel accueil pour les 11-15 ans durant leur temps de loisirs ?

> zones prioritaires
Programme réussite éducative : le coordonnateur, un nouveau métier ?
Les « métiers flous » de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux
Structures d’animation en zones urbaines sensibles
Les jeunes et l’amour dans les cités


Circulations juvéniles et usages adolescents de l’espace

Jeunesse périphérique en centre-ville : l’exemple de Lyon

Penser la ville comme ressource et la mobilité comme apprentissage
Mis en ligne le dimanche 27 mars 2011.

Un article de Jean-Marc Berthet (sociologue) qui présente sous un éclairage nouveau un travail de recherche consacré aux pratiques du centre-ville des « jeunes de banlieue » de l’agglomération lyonnaise, en l’occurrence la rue de la République, principale artère piétonne de la presqu’île lyonnaise et le centre commercial de la Part-Dieu.

Que font donc les adolescents des quartiers dits difficiles de l’agglomération lyonnaise lorsqu’ils ne sont pris en charge ni par l’école ni par les structures de loisir ou sportives ? Lorsqu’ils sont à la fois dehors (dans la rue, dans l’espace public) et dedans (dans le centre commercial, dans le flux de la foule) ?

Pour y répondre, une méthode originale a été employée : des observations et des suivis de parcours déambulatoires les mercredis après-midi et les samedis après-midi sur plus d’une année.

Il en ressort la vision d’une pratique de l’espace faite d’épreuves pour lesquelles la déambulation fait figure de ressource (faculté à ce mouvoir à sa guise pour les uns, capacité à contrôler les conduites pour les autres) et d’enjeu (rapprochements, drague, mise à distance) tant pour les filles que pour les garçons. Vus sous cet angle, les deux espaces étudiés présentent des formes relativement opposées de régulation.

Lire l’article sur le site "Société et jeunesses en difficultés"

Source : http://sejed via Bernard Bier


Partagez cet article :