Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Paris 19e : témoignages d’habitants, de jeunes, de professionnels à "Curial-Cambrai"
Quel accueil pour les 11-15 ans durant leur temps de loisirs ?
Pistes pour réduire les inégalités scolaires et limites de l’éducation comparée
Quelle implication des actrices et des acteurs jeunesse dans la lutte contre les discriminations ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> départemental
Hauts de Seine : L’information jeunesse au coeur de l’éducation et de l’orientation.
Jeunes en Finistère un autre regard
Le conseil général d’Ille-et-Vilaine partenaire du réseau information jeunesse
Municipales et cantonales 2008 : les propositions de l’anacej

> interventions
Les espaces de participation des jeunes : outil ou alibi ?
L’information des jeunes : pratiques de jeunes et pratiques professionnelles
« Les jeunes, la société, les médias » : constats, questions, pistes »
L’orientation dans le contexte d’aujourd’hui

> collectivités territoriales
Landes : un collégien, un portable, quel bilan après 5 ans ?
Quelles politiques de jeunesse pour nos territoires ?
« Pratiques écologiques et éducation populaire. L’éducation qui vient »
Politiques de jeunesse : la nouvelle donne

> éducation populaire
Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous »
Education populaire et éducation nationale
Place des jeunes et nouvelles configurations territoriales
« Pratiques écologiques et éducation populaire. L’éducation qui vient »

> grand Ouest
Acigné (35) : Les jeunes expriment leurs opinions dans une boite à sons
Printemps de la jupe et du respect en Bretagne
Témoignage d’une démarche structurante d’élus qui ont mis en place des politiques jeunesse
Les jeunes Bretons, l’information et Internet


Jeunesse, éducation populaire et politiques publiques

La jeunesse et les collectivités territoriales, au-delà des apparences
Mis en ligne le dimanche 5 avril 2009.

Une intervention de Jean-Claude Richez en Loire Atlantique : "S’il y a depuis longtemps des actions jeunesse éducation populaire, leurs prises en compte par une collectivité territoriale est rarement revendiquée de façon explicite, débattue et administrée en tant que telle comme politique de jeunesse et d’éducation populaire".

Extraits :

« Je regarde régulièrement les sites des collectivités territoriales, pas une seule n’oublie la jeunesse : c’est « l’avenir de notre cité », c’est « l’avenir de notre département », « de notre région ». Si nous regardons de plus près la traduction du discours, très souvent, ces déclarations ne se traduisent que très rarement par des mesures pratiques et l’élaboration et la mise en place d’une politique de jeunesse.

(...)

L’éducation populaire procède d’une double démarche :

- favoriser l’accès du plus grand nombre à la culture (...) comme condition d’exercice de la citoyenneté ;
- mettre en commun des savoirs et des compétences, la notion d’enseignements mutuels, d’éducation active est quelque part consubstantielle au programme d’éducation populaire, à la démarche d’éducation populaire.

Par ailleurs la démarche d’éducation populaire renvoie à deux valeurs fondamentales : la solidarité à travers la mise en commun de savoirs et de compétences et l’émancipation à travers le développement de la capacité de chaque citoyen à s’interroger sur sa place et sa responsabilité dans la société, ce qui entre en résonance directement avec un certain nombre d’impasses dans notre société.

L’héritage de l’éducation populaire entre en résonance avec des préoccupations d’aujourd’hui, et se traduit par un phénomène de retour de l’éducation populaire. La référence à l’éducation populaire qui paraissait ringarde il y a encore quelques années connaît une nouvelle jeunesse.

(...)

Trois grands facteurs contribuent largement à cette nouvelle actualité de l’éducation populaire : les impasses de l’éducation formelle, les échecs des politiques de démocratisation culturelle, le développement des problématiques de démocratie participative ou de proximité

(...)

Une politique départementale jeunesse éducation populaire peut s’articuler solidement autour deux axes :

- D’une part : dégager des espaces de mobilisations associatives, c’est-à-dire créer les conditions de la liberté associative. L’exercice de cette liberté associative passe notamment par un soutien logistique aux associations. S’il n’y a pas la possibilité d’exercer cette liberté associative, alors il n’y aura pas non plus de plus value associative.

- D’autre part : accompagner les collectivités territoriales dans la mise en place de politiques de jeunesse dans une logique d’engagement mutuel entre collectivité et associations ; partir d’objectifs partagés. C’est ce qui est d’extrêmement intéressant dans la convention que le Conseil général de Loire-Atlantique a rédigée (un espace qui est garanti à travers une convention tri annuelle).

Cette politique passe par la capacité du département à apporter son soutien, son conseil aux communes, aux communautés de communes et à la gestion des territoires, dans l’articulation des dispositifs de politique publique et leur adaptation aux nécessités du territoire.

 »

Texte de l’intervention de Jean-Claude Richez :

PDF - 84 ko
Jean-Claude Richez
Jeunesse, éducation populaire et politiques publiques - La jeunesse et les collectivités territoriales, au-delà des apparences

A lire aussi :

- la page jeunesse du site du conseil général de Loire Atlantique :

http://www.loire-atlantique.fr/cg44/jcms/c_5048/jeunes-adolescents


Partagez cet article :