Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Jeunes : les stigmatisations de l’apparence

Un article d’Olivier Galland
Mis en ligne le vendredi 15 décembre 2006.

Des personnes peuvent avoir le sentiment que, dans certaines circonstances de leurs relations sociales, on a porté atteinte à leurs droits ou à leur dignité. Les jeunes se distinguent nettement de leurs aînés à cet égard.

Leur sensibilité à différentes formes d’ostracisme est plus aiguisée que celle des adultes, mais s’applique surtout à des atteintes portées à l’image de soi : ils se plaignent plus de vexations - moqueries ou insultes - que d’injustices ou du refus de droits.

L’apparence physique - poids, taille et look - constitue pour les jeunes le motif principal des formes d’ostracisme dont ils se plaignent. Ce sont surtout les filles corpulentes et les garçons fluets qui en font état. Mais quelle que soit leur corpulence, les jeunes filles y sont plus sensibles que les garçons : contrairement à ces derniers, un tel événement réduit leurs chances de vivre en couple.

Le racisme est une autre manifestation d’une discrimination liée à l’apparence. Un jeune sur quatre d’origine non européenne déclare avoir été victime de mauvais traitements liés à ses attaches étrangères. L’intensité de ce sentiment de stigmatisation est très variable selon les origines et le sexe. Les jeunes issus de courants migratoires récents (Afrique noire, Asie) et les garçons d’origine maghrébine se sentent particulièrement stigmatisés.

Des facteurs culturels (maîtrise de la langue, pratique religieuse, sentiment d’identité nationale) accroissent la probabilité de déclarer avoir été victime de tels actes, sans l’expliquer totalement. Quels que soient leurs comportements culturels les jeunes victimes d’exclusion professionnelle ou de ségrégation urbaine se sentent surexposés aux stigmatisations racistes. Les jeunes filles originaires du Maghreb se sentent beaucoup moins stigmatisées que les garçons de même origine, malgré le maintien plus affirmé d’une spécificité culturelle en matière religieuse et d’une fidélité au pays d’origine. filet de présentation

Extraits d’Economie et statistiques N° 393-394 - nov 2006

Télécharger l’article sur le site d’Economie et statistiques, N° 393-394 - nov 2006 (Histoires de vie)


Partagez cet article :