Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les jeunes et Internet : de quoi avons nous peur ?
jeunes acteurs, sujets ou producteurs
Jeunes, information, Internet
Avignon : Des jeunes collégiens filment leur ville avec leur portable

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> colloques, séminaires
Absentéisme scolaire : un colloque et un livre
Orientation et information des jeunes : repenser les rôles ...
L’adolescence dans tous ses états …
Images de la bibliothèque chez les jeunes

> rencontres
Les nouvelles jeunesses de la démocratie  : une revitalisation de la participation citoyenne  ? 
Comment valoriser les atouts et initiatives des jeunes par l’accompagnement individuel ?
Jeunesses : questionner l’accès à l’information
Hauts-de-Seine : 4e journée de l’éducation partagée le 9 novembre 2010

> TIC
Apprendre avec le numérique
Quand les profs innovent
Les jeunes français plus nombreux que la moyenne des jeunes européens à utiliser leur smartphone pour aller sur Internet
Publier : s’exprimer en ligne, Trouver la bonne média-attitude


Internet : l’exigence éducative

Serge Tisseron est notamment intervenu lors d’un colloque organisé par l’INHESJ
Mis en ligne le lundi 16 janvier 2012.

L’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) organisait le 10 janvier 2012 un colloque consacré aux relations des enfants et adolescents avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, du point de vue de l’émergence des risques et des menaces que le développement de ces technologies suscite.

Le psychiatre Serge Tisseron est notamment intervenu lors de ce colloque au cours duquel l’approche éducative est apparue comme essentielle pour aborder de manière efficace les questions liées aux dangers.

Intervention de Serge Tisseron

Dans les rapports des jeunes à internet on vit, pour Serge Tisseron, à la fois quelque chose de nouveau mais aussi une situation ancienne. Nous vivons aujourd’hui dans une culture qui est multiple. C’est aussi un retour à l’ambiance des "terrains vagues". Dans cette nouvelle culture rien n’est pire rien n’est meilleur. Pour le psychiatre, il est nécessaire de développer les bonnes pratiques visant à éduquer.

Par ailleurs, la question de l’addiction aux écrans n’est, rappelle-t-il, pas retenue par les spécialistes.

Serge Tisseron a abordé cinq points lors de son intervention :

- La relation à soi-même : les jeunes jouent avec leur identité à travers leurs blogues et leurs pages sur les réseaux sociaux ; « Vous êtes multi-identitaires. Plusieurs images de vous sont sur la toile »
- La relation aux autres : Elle va en être bouleversée. Les jeunes viennent chercher sur internet une reconnaissance d’eux-mêmes. C’est un désir d’extimité (par opposition à l’intimité). L’éducation est faite pour éviter de mettre trop de choses compromettantes. Il y a danger à se caricaturer pour être reconnu. Plus un jeune est peu valorisé dans la vie sociale et plus il cherchera à se valoriser sur internet.
- La relation aux images : Les jeunes sont à la fois consommateurs et producteurs d’images. Les parents l’ignorent souvent. Se pose aussi la question du droit à l’image. Il y a donc un rôle éducatif pour les parents et l’école.
- La relation au réel : Le paradoxe d’internet est qu’au lieu de cultiver des différences il développe une culture de la réassurance. On vient conforter ce que l’on pense déjà.
- La relation à la connaissance : Le rapport à la connaissance change et fait donc évoluer les rapports enseignants/élèves

JPEG - 43.2 ko
Serge Tisseron

Quels axes de prévention retenir ?

Les familles ont tout d’abord un rôle essentiel à jouer. Serge Tisseron rappelle la règle des 3, 6, 9, 12 :
- Pas d’écran avant 3 ans ;
- Pas de console de jeu avant 6 ans
- Pas d’internet sans être accompagné avant 9 ans
- Pas d’écran dans la chambre avant douze ans

Concernant les problèmes de harcèlement (thème abordé d’emblée en introduction au colloque), Serge Tisseron estime que la première chose à faire pour la victime est de se plaindre. « Sinon, des couples infernaux se forment entre des agresseurs qui prennent de plus en plus de plaisir à faire souffrir et des victimes qui voient de moins en moins à qui elles pourraient se plaindre ».

Concernant l’utilisation du téléphone portable à l’école, Serge Tisseron recommande de ne pas l’interdire. Il faut non seulement autoriser le téléphone mobile mais inciter les jeunes à travailler avec. Il préconise aussi que les sites Web des établissements scolaires soient alimentés par les élèves. C’est pour lui à l’école de s’emparer des capacités créatrices des technologies de l’information et de la communication. Pour le psychiatre, ce qui pose plus généralement problème aux adultes, c’est de ne pas comprendre ce qui se passe sur internet. Il faut dédramatiser internet pour mieux en comprendre les réels dangers.

Compte rendu par Gérard Marquié

A consulter aussi :

- Présentation du colloque : Les jeunes sur la toile

- Compte rendu sur le site du Café pédagogique (par François Jarraud)

- Documents ressources proposés par l’INHESJ et ses partenaires

- Dangers d’Internet : 3 vidéos mises en ligne par la préfecture de Police réalisées par Evelyne Ragot avec les élèves d’un Club de théâtre (Paris 9e)

A voir sur le site Netpublic


Partagez cet article :