Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Infos ou intox sur le web

Mis en ligne le lundi 30 novembre 2009.

Compte rendu d’une conférence débat organisée au CIDJ à Paris dans le cadre d’une journée intitulée "Kulture (s) web", mercredi 25 novembre 2009.

Une classe de 1ère année de Bac bro électrotechnique participait notamment à une table ronde organisée sur le thème "infos ou intox sur le web".

A cette occasion est intervenu Alexandre Malsch qui a présenté Melty.fr :

Alexandre Malsch [1] apporte des données sur la fréquentation du site :

- 1.500.000 visites par mois dont 75% sont déjà venus au cours du mois.
- Croissance annoncée de 15 à 30% par mois.
- Les jeunes arrivent sur le site par le biais d’autres sites.
- 55.000 jeunes de la région Île de France sont inscrits sur melty.fr qui s’adresse aux 16-25 ans L’intervenant explique que les choix éditoriaux sont basés sur les sujets qui deviennent des buzz, c’est à dire des "vagues de mode" qui se répandent dans les médias.

Des enseignants questionnent la conception "jeune" du site, associée à des sujets plutôt superficiels ou des rumeurs. Peu de jeunes présents dans la salle annoncent connaitre le site. La diversité des pratiques d’information des jeunes en fonction de leur profil se confirme donc. Comme dans la presse magazine, nous trouvons sur l’Internet une segmentation liée à des publics spécifiques et donc à des stratégies éditoriales souvent très différentes.

En savoir plus sur http://www.melty.fr/

JPEG - 35.3 ko
Une classe de 1ere année de Bac pro était notamment présente

Thierry Coudray, journaliste à Wikimédia a présenté Wikipédia

L’association Wikimédia France soutient l’encyclopédie en ligne wikipédia mais également d’autres projets de la Wikimédia Fondation [2] En tout une dizaine de projets en ligne en diffusion libre de la connaissance, c’est à dire librement réutilisable, gratuite et contributive [3].

Wikipédia existe en plus de 260 langues. L’encyclopédie en anglais a plus de 3 millions d’articles, celle en allemand 1 millions et celle en Français près de 900.000 articles. Mais le but est plus la qualité que la quantité selon l’intervenant.

Wikipédia ne vit que de dons et n’a que 30 salariés dans le monde, principalement à San Francisco dont les 2/3 travaillent sur les serveurs informatiques. En France, il y a seulement seulement des bénévoles.

Question est posée sur la fiabilité des articles dans la mesure où il s’agit d’un outil collaboratif : de quelle façon l’information est vérifiée ? L’intervenant présente des critères :

- Il faut mettre des contributions qui doivent être encyclopédiques, donc pas de travaux inédits.
- Il y a des règles tels que la neutralité de point de vue, donner les sources…
- Un premier filtre des internautes qui travaillent sur l’encyclopédie s’exerce. Il peut intervenir dans les quelque minutes.

Le problème concerne les sujets que personne ne va voir parce qu’ils n’intéressent que peu d’internautes. Pour les sujets qui font polémiques, il y a des règles d’arbitrage et l’article peut être bloqué à la publication en attendant qu’un consensus se dégage.

Un débat sur l’utilisation de Wikipédia comme source à l’école ou à l’université est lancé. L’intervenant donne l’exemple d’un enseignant, contributeur à Wikipédia, qui demande aux élèves d’aller plus loin que la simple citation de Wikipédia. On peut aussi faire référence aux sources citées par Wikipédia puis rechercher à partir de Wikipédia les autres travaux des auteurs des articles de l’encyclopédie pour évaluer le sérieux de l’article...

En savoir plus sur http://www.wikimedia.fr/

JPEG - 33.7 ko
Thierry Coudray, journaliste à Wikimédia, Didier Zyserman et Charlotte Grosse (vidéadoc)

Christophe Emmanuel Del Debbio est intervenu sur la place des images et du son dans le traitement l’information.

Christophe Émmanuel Del Debbio est documentaliste et réalisateur. Il a collaboré à l’émission Arrêt sur images, de 1997 à 2002. Il a présenté lors de la table ronde plusieurs documents permettant de décrypter les images sur internet et dans les médias télévisés :

Thèmes abordés :

- Le rôle de la musique sur les images : exemple d’une musique de film, utilisée dans Super Nanny, Pièces à conviction, et extrait du film original.
- Flouté, non flouté : un reportage identique sur 2 chaînes différentes
- La fabrication d’images par les internautes et leur mise en ligne sur Dailymotion - L’exemple des émeutes de 2007 à Villiers-le-Bel.
- L’utilisation des images Internet par les journalistes - 3 exemples de fausses informations (image de frappes israéliennes de 2005 présentées comme datant de 2009, extrait d’un JT allemand sur Jean Sarkozy en octobre 2009 présenté comme vrai alors que c’est un montage d’un internaute, image d’une exécution en Irak reprise comme vraie par la TV alors que c’est un américain qui a filmé dans son garage)...

Didier Zyserman et Charlotte Grosse ont présenté Vidéadoc destiné à faire découvrir les formations du cinéma de l’audiovisuel et du multimédia.

Les intervenants considèrent qu’il n’existe pas une information suffisamment fiable dans le domaine des formations dans le cinéma, l’audiovisuel et le multimédia. La part belle est souvent faite aux formations privée souvent d’un cout excessif au regard des prestations apportées.

Vidéadoc est un centre d’information sur la création audiovisuelle [4] L’association a mis en place en 2005 un centre de ressources spécialisé sur les formations aux métiers du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia destiné aux lycéens et à leurs parents, aux étudiants, mais aussi aux salariés, aux demandeurs d’emploi ainsi qu’aux professionnels de l’orientation et de la formation.

Vidéadoc propose un centre de ressources, un site Internet et édite un guide.

- Vidéadoc, 8 rue des Trois Couronnes 75011 Paris, tél. 01 48065866
- courrier@videadoc.com
- www.videadoc.com

Gérard Marquié avec Cécile Delesalle

[1] PDG d’Eeple qui édite Melty.fr

[2] Wikimedia Commons : Une banque de données multimédia, Wiktionary : Dictionnaire multilingue et thésaurus, Wikinews : Source d’actualités libres, Wikispecies (en anglais) : Répertoire du vivant, Wikibooks : Ouvrages pédagogiques gratuits, etc.

[3] elle est créée par les internautes

[4] soutenu en particulier par le ministère de la Culture et de la Communication [CMC, DDAI), la DRAC Ile-de-France, le Conseil régional Ile-de-France et la SCAM.


Partagez cet article :