Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Huit préconisations pour le renouvellement associatif et l’implication des jeunes

Mis en ligne le samedi 30 juin 2007.

Lors de son intervention devant les membres du CNJ [1] qui tenaient leur université d’été , Roselyne Bachelot, ministre de la Santé de la Jeunesse et des Sports a évoqué les grandes lignes de sa politique envers les jeunes. Elle a en particulier affirmé son intention de favoriser et valoriser l’implication des jeunes dans les associations . « Pour encourager la jeunesse de notre pays à s’investir dans les associations, notamment celles qui portent un projet d’intérêt général, j’entends développer, d’une part, le volontariat associatif créé l’année dernière, et d’autre part, la formation à la gestion associative qui doit soutenir les jeunes - dont les mineurs - dans leur désir de prise de responsabilité. »

Ce souhait était au cœur des préoccupations des participants au colloque "le mineur et les projets associatifs" qui s’est tenu en décembre dernier à l’Injep. Les travaux qui ont concerné le cadre juridique et le cadre éducatif de la participation des mineurs à la vie associative et la question de l’accès des mineurs aux instances dirigeantes.

A l’issue des tois journées, les participants ont élaboré une liste de préconisations afin de lever les obstacles à l’adhésion des mineurs aux association et à leur prise de responsabilité dans la gestion. Nous livrons aujourd’hui ces préconisations qui s’adressent à différents acteurs , afin d’alimenter la réflexion sur le renouvellement associatif et l’implication des jeunes.

Auprès de la société civile et des associations :

- Relancer les propositions de la conférence de la famille 2004 « reconnaître aux adolescents le droit de s’associer »
- Suivre l’application par la France de la convention internationale des droits de l’enfant sur la liberté d’association

Aupres du ministère de l’Intérieur :

- Rappeler aux services en charge des déclarations d’associations des préfectures le texte du JO N° 1068 [2]
- Mettre en conformité des pratiques administratives avec la loi

Auprés du ministère de l’Education Nationale :

- Lever les restrictions d’accès des mineurs aux postes de trésorier, président et secrétaire des foyers socio-éducatifs

Envers l’ensemble des acteurs :

- Développer la formation et valoriser le bénévolat. Il s’est en effet dégagé des questionnaires et des témoignages en ateliers la préoccupation de la formation des jeunes bénévoles, de leur accompagnement à la prise de responsabilités et de la formation aux questions associatives de tous ceux qui sont en contact avec les jeunes professionnels de jeunesse, enseignants, fonctionnaires.

- Favoriser la mutualisation de ressources

Par exemple,créer à L’Injep un lieu qui permettrait de repérer et d’échanger autour des pratiques d’accompagnement et de formation qui comporterait par exemple :

- La mise en ligne des documents et outils pédagogiques d’accompagnement des projets associatifs des jeunes
- La diffusion des vidéos : « paroles de jeunes sur les associations »
- La diffusion de l’exposition CAP-asso sur la participation associative des jeunes
- La diffusion du CD du CNOSF « stage jeunes dirigeants associatifs, Kit de montage »

- Recenser les Liens utiles tels que :

Blog dédié au droit des jeunes :

http://associationdemineurs.blog.lemonde.fr

Site officiel des associations : http://associations.gouv.fr

Site des droits de l’enfant : http://droitsenfant.com/

Site du défenseur des enfants : http://defenseurdesenfants.fr

Droits des jeunes, site officiel : http://www.droitsdesjeunes.gouv.fr/

Annie Oberti

En savoir plus :

- Mineurs et vie associative : des contradictions majeures (un article paru sur le site Injep) :

http://www.injep.fr/Mineurs-et-vie-associative-des.html

[1] Conseil national de la jeunesse

[2] BO Association n° 1068, page 4 - Le déclarant est mineur (situation éventuellement constatée, la loi n’exigeant pas d’information sur la date de naissance des déclarants). Une tolérance jurisprudentielle, atténuant le principe d’incapacité du mineur, permet la présomption tacite de l’autorisation parentale pour la liberté du mineur d’adhérer à une association ; en outre, il peut être considéré comme mandataire en application de l’article 1990 du code civil qui dispose : “un mineur non émancipé peut être choisi pour mandataire ; mais le mandant n’aura d’action contre lui que d’après les règles générales relatives aux obligations des mineurs”.extrait du blog "Interdit d’association"


Partagez cet article :