Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 



Injep de Marly le Roi (Yvelines)

Formation : L’éducation aux médias et aux usages d’Internet

du mardi 14 novembe au vendredi 17 novembre 2006
Mis en ligne le vendredi 8 septembre 2006.

L’Injep organise, du mardi 14 novembre au vendredi 17 novembre 2006, une formation sur le thème de l’éducation aux médias et aux usages d’Internet. Cette formation s’efforcera notamment d’appréhender les stratégies pluri-médias et les usages des médias par les jeunes. Les concepts, démarches pédagogiques et les pratiques d’éducation aux médias seront abordés.

intervenants et thèmes abordés :

- Agnès Pecolo (maître de conférence, Bordeaux III) : stratégies plurimédias et usages des médias
- Nathalie Caclard (chargée de mission TIC au CIDJ) : éducation aux médias et aux usages d’Internet : une approche autour de la parentalité
- Isabelle Breda (Clémi) et Jean-Pierre Carrier (Cémea) : Postures et outils éducatifs dans les cadres scolaire et extra-scolaire,
- Pratiques d’éducations aux usages d’Internet dans une démarche d’éducation à l’information : Mamy Rabel (Directeur du Crij Rhône Alpes) et deux professionnels du Bureau information jeunesse de Brest,
- Travaux en sous-groupes : échanges d’expériences menées par les participants,
- l’environnement juridique des usages d’Internet : quel rôle pour l’animateur (Nicolas Thouvenin : journaliste, photographe)

informations inscriptions au stage

Extraits d’un article d’Agnès Pécolo réalisé pour le Credam, [1] et intitulé : "l’enfant au royaume des écrans".

Dans cet article cette spécialiste de l’univers médiatique des enfants estime que « si l’enfant est au cœur des images il n’y est pas seul, parler des enfants c’est parler des adultes qui l’encadrent, élaborent des stratégies à son égard tout comme parler des écrans c’est parler des écrits. »

« Les médias font l’objet de préjugés défavorables et tenaces, malgré un rappel constant de leurs apports. Craintes et reproches perdurent exacerbés dès lors qu’on les associe à l’enfance, catégorie sociale d’âge certes vulnérable mais pour beaucoup alibi.

Cependant, ils ne sont pas égalitaires face aux feux de la critique. Le livre et la presse semblent bien à l’abri, servis par une légitimité culturelle portée à la chose écrite. L’écrit, réflexion et rigueur, rime naturellement avec culture. La bande dessinée rencontre alors quelques soucis en terme de reconnaissance, du fait d’une image dominante, mais ce n’est que peccadilles face à tous ceux qui produisent de l’ « image qui bouge ». Ecran et tout bascule dans le réflexe, la passivité, rime avec fugacité bref avec danger.

Si l’on ne peut nier leurs spécificités, on ne peut également que soupçonner une différence de légitimité entre un écrit synonyme de liberté et un écran, associé, à priori, à dépendance et facilité. Le statut de l’image est à interroger dès lors que l’on souhaite comprendre les écrans, car à la base de nombreux rejets, fondés moins sur des constats empiriques que sur des positions idéologiques.

Si nous sommes dans une civilisation de l’image du fait de la multiplication des écrans, nous baignons encore dans une culture de l’écrit et l’enfant-écran doit savoir lire, entendez les papiers. Le discrédit porté à l’écran est aussi alimenté par son succès et pas seulement auprès des petits. Un rapport culpabilisant-culpabilisé bien adulte, génère un sentiment de péché dès lors qu’on s’y colle ou qu’on y colle ses enfants. Une gênante fascination qui concerne notamment les plus réticents à l’écran, incapables d’en accepter sereinement les délices, tout empreints qu’ils sont de leur culture écrite de référence.

Aussi, plonger dans le monde de l’écran c’est d’abord réaliser que cet univers est balisé par un positionnement face au champ de l’écrit et desservi par des représentations négatives qui, loin d’être neutres, influencent les représentations et pratiques enfantines, coupables ou valorisées, selon qu’il s’agit de télévision ou de livre.

Mais tous les écrans ne se valent pas pour autant. » (...)

Lire l’ensemble de l’article en le téléchargeant :

PDF - 77.6 ko
Agnès Pecolo
L’enfant au royaume des écrans

Gérard Marquié

[1] Centre de recherches sur l’éucation aux médias


Partagez cet article :