Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Rhône-Alpes : rencontres régionales de la jeunesse
Mettre en œuvre une politique jeunesse sur les territoires : quels enjeux ?
Jeunesse et institutions locales, un enjeu politique fort
Conditions et enjeux d’une politique locale de jeunesse aujourd’hui

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
L’expérience du déclassement
Ile de France : Enquête sur les attentes et préoccupations des "15-29 ans"
"Des ghettos en France ?" : entretien avec Didier Lapeyronnie
63% des jeunes privilégient le conseil dans les lieux d’information qu’ils fréquentent

> école
L’absentéisme ferait-il progresser l’école ?
Les faux-semblants du « mérite »
Patrice Huerre : "L’absentéisme scolaire, mieux le comprendre pour mieux y répondre"
Un Tchat avec François Dubet organisé par l’Afev


Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur

Mis en ligne le lundi 8 mars 2010.

Les parcours et les expériences scolaires restent souvent sexués. L’orientation des filles et des garçons est trop couramment le reflet de stéréotypes et de préjugés qui restreignent leur parcours. Alors que les filles sont presque à parité avec les garçons en terminales S, seulement 26 % des diplômes d’ingénieurs sont délivrés à des femmes.

Et si les filles réussissent mieux que les garçons à l’école et jusqu’au baccalauréat, elles sont moins nombreuses à s’engager dans les filières sélectives de l’enseignement supérieur.

Extraits des données :

- Mixité à l’école : Un garçon pour une fille… mais pas toujours : les filles sont 25,5% en école d’ingénieur (et 46 % en terminale S)

- Les filles sont scolarisées plus longtemps : 80 % des filles âgées de 18 ans sont scolarisées, contre 76 % des garçons du même âge

- Les résultats : A 14 ans, 69 % des filles scolarisées sont en classe de troisième, contre 60 % des garçons du même âge.

- le premier degré : Les filles redoublent moins souvent que les garçons quel que soit le milieu social d’origine

21 % des filles appartenant à une famille de catégorie socioprofessionnelle « ouvrier » ont redoublé à l’école élémentaire. Cette proportion atteint 26 % pour les garçons.

- Le second degré :

Quand ils se jugent très bons en français, 1 garçon sur 10 va en L, quand elles se jugent très bonnes en français, 3 filles sur 10 vont en L

-  Après le baccalauréat : À série de baccalauréat équivalente, les filles et les garçons ne font pas les mêmes choix de poursuites d’études dans l’enseignement supérieur…

- La situation professionnelle : À diplôme équivalent et à la sortie du lycée ou de l’apprentissage, les filles s’insèrent moins bien en emploi que les garçons, surtout dans le domaine de la production

Consulter la brochure éditée par le ministère de l’Education nationale :

Source : http://www.education.gouv.fr via http://www.onisep.fr/metiers


Partagez cet article :