Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

La Machine à trier : comment la France divise sa jeunesse
Jeunes : les stigmatisations de l’apparence
Les mêmes emplois pour des personnes de plus en plus qualifiées
Qu’entend on par autonomie des jeunes ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Les 18-24 ans et les réseaux sociaux en ligne
Hommage à Françoise Tétard
Quitter le foyer familial : les jeunes adultes confrontés à la crise économique
L’enseignement professionnel : enjeux et tensions

> emploi
Les subtilités du lien entre formation et emploi
Picardie : Forum Jobs d’été
Besoins des entreprises / envies des jeunes…rencontre possible ?
Les apprentis en 2009 : une insertion professionnelle plus difficile

> zones prioritaires
Structures d’animation en zones urbaines sensibles
Adolescents, familles, collège et TIC dans les quartiers Nord de Marseille
Jeunesse en banlieue
Travailler ensemble (Ecole, Ville, associations...) sur un territoire


Emploi : de quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

Un article de Louis Maurin (Observatoire des Inégalités)
Mis en ligne le lundi 2 mai 2011.

Dans un article publié sur le site de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin [1] s’appuie sur les enseignements d’une étude publiée par la revue Economie et Statistique de l’Insee [2]. Il estime que les résultats sont en complet décalage avec le discours traditionnel sur la situation des quartiers sensibles :

« Les jeunes qui vivent dans les zones urbaines sensibles (Zus) accèdent à des emplois moins qualifiés, et sont moins bien payés, en moyenne, que les autres jeunes. Pourtant, ces écarts ne s’expliquent pas par le fait même de vivre dans un quartier sensible et la stigmatisation qui y serait associée comme on l’indique souvent. Leur niveau de diplôme, notamment, est un facteur bien plus important. »

(...)

« Que faire ? Une bonne partie des politiques de la ville actuelles n’a aucune prise sur ces éléments structurels. Pour les auteurs, l’effort des pouvoirs publics devrait porter « sur l’égalité des chances dans l’accès à l’éducation et à l’information sur les débouchés professionnels ». Au-delà, c’est l’amélioration de la mixité sociale du territoire à travers une politique du logement volontariste qui constitue l’enjeu le plus important. »

- Lire l’article

[1] Rédacteur en chef : Observatoire des inégalités

[2] « Lieu de résidence et discrimination salariale : le cas des jeunes habitant dans une zone urbaine sensible » Thomas Couppié, Jean-François Giret et Stéphanie Moullet, Economie et statistique n°433-434, 2010.


Partagez cet article :