Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Le soutien scolaire, entre éducation populaire et industrie de service
Personnaliser les parcours et réussir ensemble
Des assises de l’éducation en Meurthe et Moselle
Suresnes (Hauts-de-Seine) : Prévention des conduites addictives

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> colloques, séminaires
Personnaliser les parcours et réussir ensemble
La mobilité européenne : une étape vers l’autonomie des jeunes en insertion ?
Reconnaissance de l’autre : Pour une nouvelle pédagogie de la citoyenneté ?
Les 11-15 ans sont-ils les oubliés des politiques jeunesse actuelles ?

> école
Les rythmes scolaires : mais de quoi parle-t-on ?
Parcours et rencontres au salon de l’éducation 2009
Regards sur la rentrée
La Machine à trier : comment la France divise sa jeunesse


Ecole : "Quels partenariats locaux contre la violence ?"

Compte rendu d’un atelier des Etats généraux de la sécurité à l’école
Mis en ligne le lundi 12 avril 2010.

Lors de la restitution des ateliers qui se sont déroulés dans le cadre des Etats Généraux de la sécurité à l’école, à Paris le 7 avril 2010, Benjamin MOIGNARD [1]a présenté une synthèse des travaux du groupe "Quels partenariats locaux contre la violence ?" [2] composé notamment de représentants de syndicats enseignants et d’associations, de professionnels de l’éducation, de la jeunesse, de la justice, de la gendarmerie… de chercheurs et des représentants de l’Injep.

Michèle ALLIOT MARIE [3] , Luc CHATEL [4] et Fadela AMARA [5] sont venus assister à une partie des travaux de l’atelier. La ministre de la Défense a conclu les travaux du groupe (vidéo sur le site des Etats généraux)

Lors de la restitution, Benjamin Moignard a notamment souligné que, suite aux travaux de l’atelier :

- Le territoire constitue une partie de la solution aux questions de violence et non un problème en soi. C’est une ressource.
- Il est nécessaire de travailler dans la durée et que les dispositifs mis en place ne soient pas systématiquement changés.
- Une meilleure connaissance des territoires s’avère aussi très importante. Quels sont les acteurs en présence et qui interviennent dans le cadre d’une approche pas uniquement « scolaro-centrée » ? Plusieurs partenaires peuvent développer des actions qui s’inscrivent dans le cadre d’une éducation non-formelle.
- Il semble qu’il n’y ait pas assez de visibilité de l’action des uns et des autres et il est important de développer une culture de partenariat alors que l’école ne s’est pas construite sur ces bases.
- En matière de partenariat il est nécessaire de dépasser une logique de sous-traitance et de développer des partenariat de « co-construction ».
- Un point essentiel concerne la formation initiale et continue des personnels. Il est nécessaire d’insister sur la formation des personnels de direction pour qu’ils puissent animer des personnels d’origine pluridisciplinaire dans et en dehors de l’établissement.
- Enfin, l’animateur a souligné l’absence de mesures d’efficacité du partenariat. Il y a un besoin de chiffres et d’évaluer les actions réalisées.

Lors de cet atelier est intervenu Bernard Bier en introduction. Il a insisté sur la nécessité de se décentrer des questions de violence : « Parler de prévention de la violence c’est aussi parler de réussite éducative. » Aujourd’hui il est nécessaire de sortir de la "centration" sur l’école et de prendre en compte les différents temps : formel, non formel, informel.

« Il ne faut pas faire tout porter par les enseignants. Ces temps sont des temps de socialisation. Cela pose la question de l’offre éducative. La question de l’éducation c’est aussi la question des espaces de socialisation. » (...)

L’évaluation de l’action « 13-18 Questions de justice » réalisée par l’Injep dans l’agglomération de La Rochelle, a également fait l’objet d’une courte intervention dans la salle. Cette action concernant les domaines de l’éducation, de la citoyenneté, de la prévention contres les violences... est l’illustration d’une démarche partenariale associant différents acteurs [6].

Gérard Marquié

A lire aussi, à voir :

- Tribune de Mathieu Hanotin, Vice-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis en charge de l’éducation :

« Il faut que l’ensemble des acteurs de l’éducation investissent massivement pour casser la spirale de l’échec scolaire. Les collectivités le font, au delà même de leur compétence... »

- vidéo des restitutions des 10 ateliers (atelier "partenariat" à la fin de la "Table ronde - 2e partie")

[1] Benjamin MOIGNARD maître de conférences en sociologie, Université Paris XII

[2] "Quels partenariats locaux contre la violence ?" Animation : Benjamin MOIGNARD, maître de conférences en sociologie, Université Paris XII, avec Bernard BIER, chargé d’études et de recherches à l’Injep et Johan DELERCK, professeur de criminologie à l’université Catholique de Leuven (Belgique)

[3] Ministre d’Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés

[4] Ministre de l’Éducation nationale, porte-parole du Gouvernement

[5] Secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, auprès du ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique

[6] Les professionnels des collèges, la communauté d’agglomération, la Ville, les centres sociaux, les services jeunesse de communes de l’agglomération, la PJJ, les professionnels de justice... sont notamment concernés par cette action qui s’adresse à des jeunes de classes de 4e


Partagez cet article :