Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Lancement des premiers appels à projet du fonds d’expérimentations pour la jeunesse
Le RollerFootBall : estime de soi et éducation au respect
Rhône-Alpes : rencontres régionales de la jeunesse
Y a t-il encore une place pour les jeunes ? Y en a t-il déjà eu une ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Une consultation des collégiens et d’acteurs de l’éducation par le conseil général
L’animation socio-culturelle : un objet scientifique ?
Ce que les adoslescents disent au "Fil santé jeunes"
Rapprocher les familles populaires de l’école - Analyse sociologique d’un lieu commun

> interventions
L’engagement des jeunes dans leur rapport au territoire
Climat scolaire et violences dans les collèges et les lycées
« l’Ecole, espace d’intégration sociale et culturelle » : contribution de l’Injep
Qu’entend on par autonomie des jeunes ?

> Europe, international
Les jeunes dans une société vieillissante
La participation des jeunes résidant dans les quartiers d’habitat populaire
Contribuer à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en Afrique de l’Ouest
Jeunes adultes en Europe et en Méditerranée


Deux ou trois choses autour des jeunesses d’Europe

Mis en ligne le lundi 19 octobre 2009.

À l’initiative de la DDJS de la Loire, en relation avec un certain nombre de fédérations d’éducation populaire, s’est tenu à Feurs, près de Saint Etienne, un « Forum européen autour de l’accompagnement des jeunes en Europe », le jeudi 1er octobre 2009.

Cette manifestation a regroupé des délégations de professionnels de jeunesse venant de cinq pays différents (Grece, Pologne, Estonie, Malte, Grande-Bretagne) et du département de la Loire. Son objet était de rassembler tous les professionnels, élus locaux et associatifs, jeunes… intéressés par les échanges européens et interculturels, ou par les dispositifs d’aide à la mobilité internationale.

Dans ce cadre l’INJEP, sollicitée par la DDJS, est intervenue sur la situation des jeunes en Europe.

Pour tous contacts

- Emilie Malafosse, emili69gmail.com ou
- Hélène Breant, helene.breant@jeunesse-sports.gouv.fr

Texte de l’intervention de Jean-Claude Richez (coordinateur de la mission "Observation-évaluation" à l’Injep.

PDF - 42.5 ko
Deux ou trois choses autour des jeunesses d’Europe
Texte de l’intervention de Jean-Claude Richez lors de du Forum Européen organisé par la DDJS de la Loire.

Extrait de l’intervention de Jean-Claude Richez :

« En conclusion deux ou trois mots… sur les cadres nationaux des politiques de jeunesse ;

Historiquement nous pouvons distinguer trois grands modèles :

- Les questions de jeunesse relèvent d’abord des familles (surtout les pays méditerranéens)
- Les questions de jeunesse relèvent des associations (dans les pays de l’Europe du Nord fortement marqués par la tradition social-démocrate ou travailliste)
- Les questions de jeunesse appartiennent à l’Etat (régimes totalitaires) Évidemment nous ne trouvons jamais ces modèles à l’état chimiquement pur.

Historiquement les opinions publiques dans la tradition démocratique mais aussi dans certaines traditions conservatrices ont exprimé une forte défiance à l’égard d’une intervention de l’Etat. Cette intervention ne s’est développée que dans les années d’après-guerre avec le développement de l’Etat providence (Welfare state) tout en maintenant un rôle important aux associations.

Depuis une vingtaine d’année nous pouvons cependant dégager un certain nombre de glissements :

- d’abord le rôle de plus en plus en plus important des communes qui tendent un peu partout à jouer un rôle privilégié ;
- l’accroissement du rôle des régions auxquelles les Etats tendent à transférer leurs compétences jeunesse ; ce mouvement est d’autant plus important que le pays a un fonctionnement décentralisé et est particulièrement avancé dans des pays comme l’Allemagne, La Grande-Bretagne ou encore la Belgique ;
- le repositionnement de l’Etat qui renforçant les logiques interministérielles et ciblent les jeunes en difficulté en déléguant cependant très souvent la gestion de ces programmes à des agences ; certains pays continuent cependant à combiner cette politique privilégiant les JAMO (jeunes avec moins d’opportunités dans le jargon européen) avec une politique insistant sur le développement de l’autonomie.

 »


Partagez cet article :