Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Décrochage scolaire : travailler en réseau est essentiel
Aller à la rencontre de l’autre : quelles réalités, quels enjeux, quelles démarches développer sur les territoires ?
Des villes éducatrices ou l’utopie du « territoire apprenant »
Culture de l’école, cultures des jeunes

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> rencontres
jeunes acteurs, sujets ou producteurs
Savoir s’informer, un enjeu pour l’autonomie des jeunes
3è rencontres jeunesse à Landerneau le 30 septembre
Charente : Place aux jeunes

> éducation partagée
Société de la connaissance : quels enjeux pour demain ?
L’accompagnement éducatif dans la ZEP de Soyaux
Personnaliser les parcours et réussir ensemble
Organiser des activités périscolaires : des actions vers un projet partagé

> famille
Au programme de l’espace parents d’Issy-les-Moulineaux
Culture des institutions, cultures des familles : alliance ou malentendu ?
Sortir du face-à-face école-familles
Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire

> grand Ouest
Quimper : Les jeunes des quartiers populaires face aux politiques jeunesse
Lutte contre les discriminations : l’implication des acteurs de jeunesse
Quelles politiques de jeunesse pour nos territoires ?
Morbihan : Guide des temps périscolaires


Deux-Sèvres : La participation des familles aux projets éducatifs

Enjeux, freins, conditions
Mis en ligne le jeudi 10 janvier 2008.

Compte rendu de rencontres départementales destinées aux acteurs locaux de l’éducation partagée (5e édition) organisées par la DDJS des Deux-Sèvres.

Ces rencontres, de l’éducation partagée (enseignants, professionnels de l’animation, représentants des parents, élus, responsables et bénévoles associatifs....) sont conçues pour permettre l’échange d’idées et de pratiques tout en favorisant la connaissance, la compréhension et une meilleure coopération entre les différents acteurs éducatifs.

Cette manifestation, initiée en 2002 par la Direction départementale jeunesse et sports des Deux- Sèvres dans le cadre de sa mission d’accompagnement des projets éducatifs locaux, a été organisée en partenariat avec les principales fédérations d’éducation populaire du département Ligue de l’enseignement, fédération départementale des centres socioculturels, Francas, fédération départementale des foyers ruraux, familles rurales. Etaient également associés à la mise en œuvre de cet événement les organismes sociaux (CAF, MSA) et l’Inspection académique.

Extraits :

« Aborder la question de la participation des familles aux projets éducatifs et en particulier aux projets éducatifs locaux, c’est renvoyer aux principes mêmes de l’éducation partagée qui reposent sur une reconnaissance mutuelle pleine et entière des différents acteurs éducatifs. Cette reconnaissance mutuelle devrait se traduire par un travail en commun autour d’un projet éducatif.

Pourtant, la famille a parfois des difficultés à trouver sa place dans les différents dispositifs d’éducation partagée et ce en dépit des prescriptions qui font de sa participation une priorité.

En Deux-Sèvres, comme ailleurs cette problématique existe. L’objectif de ces rencontres est de sensibiliser les participants à cette question et de tenter de réfléchir ensemble à une meilleure participation des familles aux projets éducatifs. »

Extrait de l’intervention de Jean-Manuel de Queiroz [1]

« Ecole et inégalités :

On constate que les inégalités devant l’école se sont aggravées en parallèle de la démocratisation du système scolaire. Avec la démocratisation, l’entrée des représentants des classes populaires dans les grandes écoles à fléchi alors même que le contexte de socialisation est devenu premier dans l’accès à la réussite scolaire.

Les familles populaires n’ont pas le capital culturel et informationnel leur permettant d’être stratège par rapport à l’école. Par ailleurs leurs difficultés économiques et sociales rendent plus difficile l’assistance éducative aux enfants et l’imposition d’un cadre stable.

Dans l’ancien système qui n’était pas parfait, il y avait de la justice car la place des connaissances scolaires n’était pas omnipotente. Il y avait de la culture que les enfants pouvaient trouver dans leur milieu social (entreprises, familles, Eglise....) et qui leur permettait de s’orienter dans les rapports sociaux.

Les perdants actuels de l’école sont donc les enfants des milieux défavorisés qui ont des difficultés à tirer parti des enseignements scolaires et qui en plus sont dévalorisés et humiliés par un système d’évaluation particulièrement stigmatisant (notes) dont les effets psychologiques sur les familles populaires sont sous- estimés et un système d’orientation très connoté entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel.

Il y a donc une dégradation objective des chances de réussite et des conditions subjectives (dignité, confiance en soi...). »

Extraits sélectionnés par Ressources jeunesse

Télécharger le compte rendu des rencontres de l’éducation partagée (15 pages) :

PDF - 561.2 ko
Rencontres DDJS 79
La participation des familles aux projets éducatifs : enjeux, freins et conditions.

A lire aussi :

- sur le site de la DDJS 79 :

http://www.ddjs-deux-sevres.jeunesse-sports.gouv.fr/

- A la une du site Ressources jeunesse

http://ressourcesjeunesse.injep.fr/

[1] docteur en sociologie et professeur à l’université de Rennes 2


Partagez cet article :