Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Du projet éducatif territorial... à une politique d’éducation et de formation tout au long de la vie.
Rouen : une ville pour les jeunes ?
Adolescents et jeunes des quartiers : construction de soi, rapport à l’autre
Politique Jeunesse et communauté de communes

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> lycée
Bacheliers de "père en fils" : la filière S largement en tête
Carcassonne : Le lycée Jules-Fil, pionnier des réseaux sociaux sur Internet
Rencontre de la presse écrite et des jeunes au Mans
Absentéisme scolaire : un colloque et un livre

> orientation, CIO
Place des adultes dans les choix d’orientation des lycéens
Tourisme : 31 métiers présentés par l’Onisep
Profils du décrochage étudiant à l’université
Orientation : quels écarts entre les souhaits des familles et les décisions ?


Décembre : Histoires d’hiver

Un texte de Monique Ronzeau
Mis en ligne le vendredi 25 décembre 2009.

Que sera le lycée de demain ? Le suspens continue. Le projet de réforme suit le parcours obligé de l’examen. Passage devant les assemblées, instances administratives, hautes autorités prévues par l’organisation compliquée du système éducatif. Temps long du mûrissement de la loi ; voies buissonnantes de la démocratie.

Dans le présent incertain, inquiet, l’enseignement de l’histoire a réveillé les consciences érudites. Philosophes, sociologues, anthropologues et, bien évidemment, historiens de tous niveaux ont délivré leurs conceptions, confronté leurs savoirs. Querelles d’écoles, de maîtres . Multiplicité des mémoires.

Le débat s’est élargi, par moments, aux finalités du baccalauréat, à son articulation avec l’enseignement supérieur. Questionnement épineux, à peine ébauché, évité. Pour l’heure, le schéma général doit rester en place. La hiérarchie des séries doit être maintenue. Les vieilles étiquettes doivent durer.

Que deviendraient des scientifiques plus scientifiques, des littéraires autrement sélectionnés ? Quelles perspectives pour les économistes sociaux, les professionnels, les artistes, les techniciens ? Ce dernier groupe actuellement ne retient guère l’attention. Majorité discrète, frustrée peut-être d’avoir dû renoncer aux « filières d’excellence »

L’école française tient à son passé. Elle entend conserver le monopole des enseignements fondamentaux, continuer à classer, à désigner les élites. Ses usagers n’ont plus qu’à s’efforcer d’atteindre l’idéal de perfection indiqué. Parents, élèves, étudiants s’imprègnent peu à peu de la carte scolaire, repèrent les territoires les plus fertiles et tentent de les gagner avec l’espoir d’y prospérer. Parcours des combattants soucieux de ne pas sombrer, d’échapper à l’anonymat, de voir leurs mérites reconnus. Réussir, être quelqu’un et/ ou être soi, sujets philosophiques qui pourraient faire l’objet de discussions bien avant la classe de terminale.

Monique Ronzeau

http://ressourcesjeunesse.fr/L-orientation-un-avenir-pour.html ?var_recherche=ronzeau


Partagez cet article :