Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

4e journée du refus de l’échec scolaire : compte rendu
L’égalité des chances, consensuelle et conservatrice ?
Patrice Huerre : "L’absentéisme scolaire, mieux le comprendre pour mieux y répondre"
3e journée du refus de l’échec scolaire : quelle évaluation et quelle Ecole ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
L’âge de l’Assemblée (1946-2007)
Pratiques d’information des jeunes lors de l’élection présidentielle
Les utilisations du concept d’engagement
Les colos : le point de vue des jeunes et des animateurs

> école
Culture de l’école, cultures des jeunes
Rencontres annuelles sur l’accompagnement : "Prendre du pouvoir sur l’écrit"
L’accompagnement : quels enjeux ?
Enquête sur les rythmes scolaires à Issy les Moulineaux


Crise de l’École ou crise de la société ?

Mis en ligne le dimanche 22 avril 2007.

Alors que le système éducatif est violemment remis en question et soumis à des pressions autant internes qu’externes, le Café pédagogique interroge Vincent Troger, historien de l’éducation, sur le sens de ces tensions.

Extrait :

François Jarraud :

« Paradoxalement alors que l’École scolarise et délivre des diplômes comme jamais, elle est invitée dans le débat électoral sur le thème de sa "crise". Peut-on parler vraiment de crise ou la tension qui l’habite est-elle un fonctionnement normal de l’École ? Est-elle universelle cette crise ? »

Vincent Troger :

« Avec l’allongement de la durée des études et la quasi disparition des emplois non qualifiés offrant du travail à ceux qui ont échoué à l’école, il n’existe plus d’alternative aux diplômes pour atteindre un statut socioprofessionnel acceptable. Par ailleurs, les instances qui assumaient autrefois, parallèlement à l’école, un rôle de formation et d’éducation (syndicats, patronages, certains partis politiques, ateliers, petits commerces, petites entreprises agricoles,...) ont disparu ou ne sont plus en mesure de le faire. L’école assume donc seule la lourde responsabilité de distribuer les places sur le marché du travail et dans la hiérarchie sociale. » (...)

Une interview à lire sur le site du café pédagogique


Partagez cet article :