Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Imaginons le collège de demain
Médias et questions éducatives
L’enseignement professionnel victime de l’académisme à la française
17 mars : ce que les candidats à la Présidentielle ont dit sur l’école

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Le sport dans la cité : approche critique d’un traitement préventif de la violence
Information des jeunes : observer, analyser les pratiques
Séminaire de Recherche-action : travail social et développement communautaire
Les jeunes et le monde numérique

> apprentissage, enseignement professionnel
Les apprentis en 2009 : une insertion professionnelle plus difficile
Les nouveaux chèques culture sont arrivés
Un guide raisonné de l’apprentissage
Apprentissage : Le niveau de la formation préparée continue de s’élever


Contrat d’apprentissage, les raisons de la rupture

Une étude du Céreq
Mis en ligne le lundi 5 juillet 2010.

Pour diminuer efficacement le nombre de ruptures de contrats d’apprentissage, une connaissance fine de leurs motifs est nécessaire. En effet, certaines ruptures n’ont pas de conséquences négatives. D’autres apparaissent difficiles à éviter.

Cette étude, menée par le Céreq [1], avait pour objectif d’aider les services de l’État et de la Région chargés de l’apprentissage à mieux cerner les motifs de rupture de contrat en Nord - Pas-de-Calais.

La commande incluait des préconisations en vue de prévenir et de réduire ces ruptures.

3 167 jeunes, ayant rompu un contrat d’apprentissage, ont été interrogés. La base d’interrogation est celle des contrats d’apprentissage enregistrés par les trois Directions départementales du travail et de l’emploi (DDTE) de Lille, Valenciennes et du Pas-de-Calais.

Extrait de la synthèse présentée par "Bref", le Bulletin de recherche emploi formation du Céreq

« La voie de l’apprentissage est de plus en plus empruntée pour préparer un bac ou un diplôme de l’enseignement supérieur. Les raisons de l’entrée en apprentissage, le parcours, les motifs de rupture ne sont pas les mêmes au-delà et en-deça du bac.

Au niveau V, l’apprentissage constitue bien souvent une voie de seconde chance pour des jeunes en difficulté avec le cadre scolaire. En revanche, pour les niveaux supérieurs, il représente une voie de formation mieux considérée qui permet d’allier savoirs théoriques, expériences pratiques et connaissance du milieu de l’entreprise.

À l’extrême, pour des ingénieurs en formation, il peut être considéré comme une voie d’excellence pour l’individu, et un investissement pour l’entreprise. Les mesures de lutte contre les ruptures doivent tenir compte de ces différentes réalités selon les niveaux de formation.

Une grille de lecture des motifs d’abandon intégrant cette dimension pourrait servir de guide pour la réalisation d’enquêtes à échéance régulière, mais aussi pour l’évaluation des différents dispositifs mis en place.

 »

- Consulter, télécharger "Bref" le Bulletin de recherche emploi formation du Céreq

- Synthèse de l’étude portant sur les ruptures des contrats d’apprentissage en Région Nord - Pas de Calais

Source : http://www.cereq.fr/

[1] Centre d’études et de recherche sur les qualifications


Partagez cet article :